Weber invite l’artiste Jérémy Gobé pour créer des oeuvres exposées au public

Weber invite l’artiste Jérémy Gobé pour créer des oeuvres exposées au public

Il s’appelle Jérémy Gobé et a pris ses quartiers pendant plusieurs mois sur le site industriel Weber de Servas dans l’Ain. Ses oeuvre sont exposées sur un lieu de patrimoine et un lieu de création contemporaine.



Légende : ce motif vermiculé se retrouve sur l’installation monumentale mise en oeuvre à la Fondation Bullukian : un motif qui rappelle le travail de la pierre caractéristique de certains monuments parisiens comme la façade du Louvre par exemple, tout en présentant des similitudes avec le corail (polype cher à Jérémy Gobé) dénommé « Cerveau de Neptune », qui tire son appellation des reliefs labyrinthiques le parcourant.

 

Après avoir accueilli, il y a deux ans, une plasticienne au sein de son siège social, Weber poursuit l'expérience d’inviter des artistes sur ses sites industriels pour créer une dynamique tournée vers la co-créativité et la rencontre de deux mondes : l’un industriel et l’autre artistique.

 

D'octobre 2018 à août 2019, sur le site de Servas (Ain), Weber a fédéré 80 collaborateurs dans une aventure artistique aux côtés de Jérémy Gobé, avec en fil rouge la notion d'apport mutuel : comment l'artiste insuffle sa liberté et son inventivité dans un environnement industriel et comment des process de fabrication rigoureux lui permettent, en retour, de s'inspirer et créer des œuvres uniques.

 

Le site de Servas réunit à la fois le centre de Recherche & Développement de Weber et une unité de production, les "créatifs" d'un côté et les "productifs" de l'autre en quelque sorte.

 

Exposition de l’oeuvre au monastère royal de Brou à Bourg en Bresse


Passionné par la matière, Jérémy Gobé a élaboré, à partir de mortier et d'enduit, ce qu'il nomme "les Témoins", œuvres amenées à quitter le site industriel (Servas) pour être exposés au sein d'un lieu de patrimoine et d'histoire, le monastère royal de Brou à Bourg-en-Bresse, et un lieu de création contemporaine, de recherche médicale et sociale, la Fondation Bullukian à Lyon.

 

Ces œuvres sont à découvrir dans le cadre de l'exposition associée à la Biennale d'Art Contemporain de Lyon, jusqu’au 5 janvier 2020, à la Fondation Bullukian ainsi qu’au monastère royal de Brou. À cette occasion, l’artiste a aussi développé une œuvre in situ et originale, en habillant une façade de la Fondation Bullukian, avec une installation matricée dont il a créé le motif (voir photo d'ouverture).

 

Comme pour le premier projet de rencontre entre Weber et une artiste il y a 2 ans, l'agence Mona Lisa Factory a accompagné l'entreprise dans toutes les phases de ce nouveau projet de résidence d'artiste. Dès son démarrage, le projet a été co-conçu avec les collaborateurs de Weber et les institutions culturelles proches ont été associées.

 


 

Jeremy Gobé a réalisé une partie de son immersion auprès des équipes de production et le reste de son temps avec l'équipe R&D où il a appréhendé l'ensemble des produits. La transmission des savoirs est restée au coeur de cette expérience atypique.
 

De l'immersion industrielle...



En octobre 2018, Jérémy Gobé a d'abord passé une semaine au sein du site de Servas pour y découvrir au quotidien tous les métiers : cariste, conducteur de process, opérateur de fabrication, technicien R&D, ingénieur...

 

L’artiste a ainsi réalisé une partie de son immersion auprès des équipes de production et le reste de son temps avec l'équipe R&D où il a appréhendé l'ensemble des produits, avec un intérêt pour les enduits de façade, les techniques de matriçage et la variété des pigments développés (des plus classiques aux irisés et métallisés).

 

Puis, il s’est vu donner carte blanche pour créer une œuvre en cohérence avec tout ce que lui avait inspiré l'entreprise.


... à l'élaboration du projet artistique



En janvier 2019, Jérémy Gobé a présenté aux équipes Weber le projet Anthropocène, qui selon ses mots " relie les préoccupations économiques et sociales d'une entreprise dédiée à la construction aux enjeux environnementaux de notre temps à travers la création artistique. Mettre en exergue les possibilités actuelles et à venir de construire tout en respectant la nature ".

 

Sa proposition est triple : la conception de sculptures, la réalisation d'une installation monumentale sur façade et la réhabilitation de la "Maison du gardien" de Servas en espace convivial pour les salariés où tous partageront leurs propres pratiques artistiques et culturelles.

 

Entre temps, des passerelles se sont aussi créées au sein du territoire. La Fondation Bullukian à Lyon a proposé à la fois d'exposer ses sculptures et de mettre à disposition un mur de la façade de la Fondation pour y recevoir son œuvre monumentale matricée ; et ce, dans le cadre de l'exposition associée à la Biennale d'Art Contemporain de Lyon, jusqu’au au 5 janvier 2020.

 

Par ailleurs, un salarié de Weber, Lionel Deleage, photographe amateur habitué des structures culturelles locales, a mis en relation l'administrateur du monastère royal de Brou, Pierre-Gilles Girault, avec le site de Servas et Jérémy Gobé. Et là-encore, les œuvres font également l'objet d'une exposition, toujours dans le cadre de la Biennale d'Art Contemporain de Lyon.

 

Des créations avec pour dénominateur commun l'éco-construction


Pour concevoir ses sculptures nommées " Témoins ", Jérémy Gobé s'est inspiré des éléments constitutifs du logo Weber: la sphère symbolisant la chimie (la cornue du chimiste), la pyramide pour le bâtiment et la stabilité et le cube en guise d'échafaudage.

 

Les Témoins sont ainsi un ensemble de trois modules : les formes ont été imprimées en 3D avec un matériau végétal biosourcé et compostable, les contre-moules réalisés en silicone recyclé et le matériau Weber utilisé présente une empreinte CO2 réduite : une véritable allégorie de l'éco-construction. Enfin, Jérémy Gobé a choisi de les revêtir d'un motif organique, signe extérieur de leur nature écologique, reflétant leur réalisation respectueuse de l’environnement.

 

On retrouve ce motif vermiculé sur l'installation monumentale mise en œuvre à la Fondation Bullukian : un motif qui rappelle le travail de la pierre caractéristique de certains monuments parisiens comme la façade du Louvre par exemple, tout en présentant des similitudes avec le corail (polype cher à Jérémy Gobé) dénommé "Cerveau de Neptune", qui tire son appellation des reliefs labyrinthiques le parcourant.


 


 

C’est la transmission du savoir que l’artiste a souhaité mettre au cœur de son travail : après avoir été formé par les salariés aux produits et techniques d'application des solutions Weber, il a pris soin de leur apprendre à mouler et démouler les œuvres et les recouvrir d'une finition irisée créée tout spécialement. Ainsi, liberté leur a été donnée de réaliser eux-mêmes les 7 autres séries de Témoins. Au final, 4 sont exposées à la Fondation Bullukian et 4 au Monastère Royal de Brou. ©Weber
 


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2306 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique


Les escaliers

Fenêtres en travaux de rénovation Aluminium, bois, PVC