Réaliser un enduit décoratif en mélange de chanvre

Réaliser un enduit décoratif en mélange de chanvre

L’association de la chaux et du chanvre en enduit intérieur rassemble plusieurs avantages, dont l’isolation et la respiration des supports ne sont pas les moindres.




 

Simple produit de la calcination d’un calcaire, la chaux est l’un des matériaux de construction les plus naturels. Lors de sa mise en œuvre, elle récupère une partie de l’eau et du gaz carbonique perdu lors de la cuisson pour effectuer sa carbonatation (prise), reformant ainsi le calcaire d’origine.

 

L’enduit à la chaux convient pour tous les supports minéraux granuleux. Il est aussi à éviter lorsqu’il s’agit de chaux hydraulique naturelle en raison de l’incompatibilité des deux matériaux : l’association plâtre et liant hydraulique est susceptible de provoquer des gonflements.

 

Dans la phase finition, on peut associer par la suite des matériaux naturels comme les sables colorés, les terres, les ocres et le chanvre.

 

Un mortier traditionnel

 

Sur ce chantier, c’est la chaux hydraulique naturelle pure NHL 2 (Rénochaux de Socli) qui a été appliquée afin de réaliser un mortier traditionnel. A mi-chemin entre une chaux hydraulique naturelle et une chaux aérienne pour ses résistances mécaniques, elle permet de préserver les matériaux tendres ou fragiles aux variations d’humidité.

 

Comme toujours, la préparation du support est importante?: il doit être sain, propre et respirant. Le mélange peut être réalisé soit par malaxeur à axe vertical, soit par bétonnière. Notons que chaque fabricant indique les proportions à utiliser qui varient selon les caractéristiques de la chaux qu’il propose (de 40 à 70?kg de chaux pour 100 litres de chanvre et 50 à 60 l. d’eau).

 

Il faut préparer au total environ 1,5 m³ d’enduit pour couvrir 30 m² de murs d’une couche de 5 cm d’épaisseur. Le chanvre doit être introduit en toute fin dans le mélange et bien malaxé.

 

Aspect final : faites des essais

 

Le gobetis, première couche d’accroche, est appliqué en premier. Deux couches suffisent ensuite pour un enduit à la chaux intérieur. La première est jetée grossièrement à la truelle, puis talochée sur 2,5 à 3 cm d’épaisseur.

 

La seconde passe, épaisse de 2 cm, est effectuée quelques jours plus tard, avant ­séchage complet de la précédente. Les murs ont ensuite été ici recouverts d’un enduit en poudre, prêt à gâcher, à base de chaux hydraulique naturelle (Monolys).

 

Concernant l’aspect final, il est recommandé de faire des essais ­préalables, non seulement pour les couleurs, mais aussi pour vérifier la bonne tenue de l’enduit après 24h: s’il s’effrite lorsque l’on passe le doigt dessus, c’est que le mélange est trop pauvre en chaux. À l’inverse, s’il se faïence (fissures), c’est qu’il y a trop de chaux.




 

 

  1. Le support est préparé en brossant le mur pour le nettoyer (et le débarrasser des vieux enduits), puis en l’humidifiant à saturation la veille du chantier afin qu’il soit encore humide le lendemain.

 

 

  1. Avant l’application de l’enduit, on applique à la truelle une première couche d’accroche peu épaisse : le gobetis. Ce mélange assez liquide de chaux hydraulique et de sable doit rester rugueux pour une bonne accroche.

 

 

  1. On introduit dans la bétonnière les trois quarts de l’eau et la chaux, puis on laisse tourner quelques minutes, avant d’ajouter progressivement le chanvre. On fait ensuite tourner 3 à 5 minutes en ajoutant le reste d’eau afin d’obtenir un mélange homogène.

 

 

  1. On commence l’application de l’enduit en démarrant par le bas et en serrant légèrement. En raison du caractère irritant de la chaux, le port de gants est obligatoire.



 

 

  1. On applique l’enduit sur un support sec à la taloche. On attend le début de la prise du mortier avant l’application d’une couche suivante. Lorsque l’enduit commence à durcir, on apporte une légère pression avec la taloche, on serre, puis on lisse.

 

 

  1. Le revêtement des murs a été réalisé avec un mélange chaux-chanvre, appliqué à l’aide d’une machine à projeter…

 

 

  1. que l’on graisse avant utilisation, étudiée pour des finitions d’une grande pureté.



 

 

  1. La finition Monolys (mortier de chaux naturelle prêt-à-l’emploi) et chanvre est intéressante esthétiquement.

 

 

  1. Pour ce faire, on associe le Monolys au chanvre, au mélange classique sur chantier (1 sac de Monolys
    + 1 seau de chanvre + 8 litres d’eau).

 

 

  1. La finition Monolys-chanvre permet de garder l’aspect paillé du chanvre apparent.

 

 

  1. Les couleurs ne sont définitives qu’après séchage de l’enduit (elles s’éclaircissent en séchant).

 

Correction thermique mais pas isolation

 

Le principal intérêt de l’enduit chaux-chanvre est d’offrir une correction thermique des murs épais maçonnés, en pierre ou en brique. On parle de correction thermique et non d’isolation car l’épaisseur nécessaire pour une véritable isolation ne pourrait tenir avec un simple enduit.

 

En outre, une épaisse couche d’isolant annulerait les effets bénéfiques de l’inertie des murs. Une couche de 4 à 6 cm d’enduit intérieur chaux-chanvre est donc le compromis idéal pour supprimer l’effet de paroi froide de ce type de mur, sans perturber son équilibre hygrométrique, tout en continuant à bénéficier de son inertie.

 

 

Souirce : batirama.com / Michèle Fourret

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits

Sales Cloud

Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (210 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits