Accessibilité : trois solutions pour la douche

Accessibilité : trois solutions pour la douche

Pour rendre la douche confortable en toutes circonstances, les professionnels disposent de solutions : la douche à l’italienne, le receveur extra-plat ou la solution globale conjuguant sol antidérapant, siphon optimisé et étanchéité.




 

Plusieurs solutions s’offrent au professionnel : installer une douche avec un receveur extra-plat, ou encore sans seuil, voire carrelé à l’italienne avec un simple siphon de sol, qui peut desservir l’ensemble de la salle de bains. ­

 

Autre possibilité :  installer des produits spécifiques liés à des problèmes physiques précis de la personne. Ici, la douche sera sans le moindre rebord, à l’italienne. Attention, cependant, à ces dernières, qui offrent un sol de salle de bains allant en pente douce jusqu’au siphon de sol.

 

Prévenir les chutes

 

La conception en fonction d’un effort minimal à effectuer est en effet un principe important. Pour prévenir les chutes, on songe à installer un appui entre 2 barres relevables, ce qui corrigera et stabilisera la position de l’utilisateur.

 

On pensera à d’autres éléments comme une pomme de douche sur support coulissant vertical réglable à des hauteurs variées ou un siège de toilette surélevé. Il conviendra aussi d’appliquer des revêtements de finition sur les murs et le sol antidérapants et conçus pour se drainer afin de prévenir la prolifération des moisissures.

 

 

AVIS D’EXPERT

 

Nicolas Merille
Conseiller national aménagement du territoire, villes et citoyenneté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Un investissement pour tous »



« La disposition la plus favorable aux personnes à mobilité réduite est la douche à l’italienne avec siphon de sol. La pièce doit comporter un dégagement de 150 cm de diamètre et une porte de 90 cm pour permettre l’usage d’un fauteuil roulant.

 

Des remontées de plinthes font, a contrario, obstacle à la personne car elles ne permettent pas de transfert de fauteuil, le moindre ressaut étant fatal et rendant impossible l’utilisation de la douche. Les équipements, tels que la robinetterie, patères, sèche-cheveux, poignées de portes ou barres d’appui doivent, selon la règlementation, être posés entre 90 et 130 cm du sol afin de pouvoir être utilisés en position assise.

 

Toutefois, la position à 130 cm se révèle souvent trop haute, notamment pour les enfants. C’est une des applications du principe de la conception universelle que la France a ratifié en 2010, qui est prescrit dans tous les domaines (transports, ERP, logements collectifs) une utilisation sans différenciation entre personnes handicapées et personnes valides.

 

On efface ainsi l’aspect “médicalisation” de l’équipement qui devient simplement esthétique, écologique, pratique et accessible pour tous. Ainsi, les barres d’appui et les sièges relevables pourront convenir aussi bien à une personne momentanément blessée qu’à une personne âgée ou une personne handicapée.

 

Enfin, c’est un équipement d’un excellent retour sur investissement puisqu’il convient à tous et pour tous les âges…




 

Solution n° 1 : En résidentiel : la douche à l’italienne

 

 

La douche à l’italienne affleure le sol dans toutes ses versions, sans seuil ni receveur apparents. Elle ne répond à aucune contrainte de taille ni de forme.

 

Appelée aussi douche au sol, douche à carreler ou encore douche sans paroi, ce type d’installation est ouvert vers l’intérieur, sans parois, et comporte quatre pentes qui permettent l’évacuation de l’eau vers la grille sous laquelle est placé le siphon.

 

Il s’agit, grâce à un cuvelage, de créer un réceptacle imperméable aux infiltrations. On trouve aujourd’hui des matériaux synthétiques de mise en œuvre facile, de type résine polyester. Ces procédés nécessitent aussi l’emploi de produits hydrofuges pour le jointoiement sol/mur.

 

Par ailleurs, les douches à l’italienne doivent être équipées d’un siphon de sol à fort débit pour que l’eau s’évacue très vite, évitant tout risque d’inondation. Le siphon de sol encastré ne pose aucun problème si la salle d’eau est sur une cave ou un vide sanitaire en maison individuelle (il suffit de percer la dalle et d’y intégrer un siphon de sol), mais elle est très difficilement envisageable en appartement.

 

Son efficacité dépend du diamètre de la bonde (90 mm minimum), mais aussi de celui de la canalisation (50 mm minimum) d’autant plus large qu’elle est longue. Une légère pente de 1 % environ converge vers la bonde. Le siphon de sol peut aussi être remplacé par une rigole périphérique.

 

Intérêts :

elle met en avant un plus grand espace puisqu’il n’y a plus aucune séparation visuelle entre le receveur et le reste de la salle de bains. Le revêtement utilisé peut être le même que celui du sol ou des murs de la pièce.

Limites :

ce choix se prête plus facilement au neuf et aux maisons individuelles.




 

Solution n° 2 : En collectif : la douche en revêtements PVC

 

 

L’application de la récente réglementation relative à l’accessibilité des bâtiments aux personnes à mobilité réduite propose une solution globale afin d’allier sol antidérapant, siphon extraplat et étanchéité.

 

Depuis 2010, dans chaque logement collectif, la réglementation indique que « au moins une salle d’eau doit être conçue pour permettre par des aménagements simples l’installation d’une douche accessible ».

 

Lorsque la douche n’est pas installée dès l’origine, son aménagement ultérieur doit être possible sans intervention sur le gros oeuvre. On trouve ici des systèmes complets sans bac et avec siphon d’évacuation comprenant les revêtements de sol et mur en PVC, qui rendent l’accessibilité de la zone douche aisée.

 

Cette solution globale remonte sur les murs d’une dizaine de centimètres et épouse parfaitement l’angle sol/mur qui peut être arrondi grâce un profilé d’appui. Il est disponible dans des lés dont la largeur permet de recouvrir la totalité de l’espace dévolu à la douche, sans raccord.

Intérêts :

cette solution est sans risque de fuite pour une étanchéité parfaite. Le matériau PVC est agréable aux pieds nus et sa surface à relief lui confère une résistance à la glissance adaptée. En outre, il se contente d’un nettoyage journalier à l’eau additionnée simplement d’un détergent neutre. Enfin, l’espace est sans plinthes.

Remarque :

la pose d’un siphon encastré dans le sol est irréversible.




 

Solution n° 3 : En rénovation : le receveur extra-plat

 

 

En appartement ou en rénovation, le receveur extra-plat est une solution à laquelle on a recours lorsqu’une douche à l’italienne n’est pas possible et que l’on ne peut pas encastrer le siphon et la bonde.

Ce bac de douche extrêmement plat ne dépasse que rarement 5 à 6 cm une fois posé et peut même, dans certains cas, être encaissé à fleur de sol. Il permet de ne pas trop dégrader l’isolation phonique, de résou­dre les problèmes d’étanchéité et, le cas échéant, être installé avec siphon de sol intégré.

 

Ce type de receveur ne pose pas de problème d’étanchéité. Seuls les joints du contour du bac sont à surveiller et devront être parfaitement réalisés pour éviter tout risque de fuite.

 

Intérêts :

plus facile à poser et à entretenir, il propose toutes sortes de formes, s’adapte facilement à la configuration de la pièce et permet de gagner en surface. Plus besoin de calculer la pente nécessaire à l’écoulement d’une douche à l’italienne.

Remarque :

si l’on veut éviter tout risque de débordement, la bonde d’un receveur extra-plat doit être d’un diamètre souvent de 90 mm (contre 60 mm habituellement). Pour plus de sécurité, certains modèles peuvent même disposer d’un système d’aspiration d’eau. La céramique ne permettant pas de dépasser certaines dimensions (pas plus de 120 cm de large), un modèle de grande taille nécessitera d’opter pour des matériaux de synthèse, ce qui n’est pas du goût de tous les clients. Enfin, le receveur ne permet pas de supprimer la séparation visuelle entre le receveur et le reste de la pièce.


INFOS PRATIQUES



La solution du prêt-à-poser



Certains fabricants sont spécialisés dans les salles de bains entièrement équipées, en prêt-à-poser : coque polyester, porte et huisserie, robinetterie, cuvette WC suspendue et réservoir encastré, éclairage, tuyauteries et accessoires.

 

Certaines versions sont dédiées aux personnes à mobilité réduite ou handicapées. Sans seuil, elles ne nécessitent pas de décaissement et permettent l’accès à un fauteuil roulant. Elles sont équipées de barres d’appui et d’un bouton d’appel intégré.

 

Un guide pour tout connaître

 

Un guide réalisé par Céquami (organisme de promotion de la qualité en maisons individuelles) et portant pour titre “Accessibilité en ­maisons individuelles. Guide technique et réglementaire” a pour objectif de décrypter, comprendre et appliquer, en maisons individuelles, la réglementation relative à l’accessibilité des bâtiments aux personnes à mobilité réduite.

 

Ces textes concernent à la fois les dispositions prises pour l’accessibilité des occupants mais aussi celles des éventuels visiteurs. Des dispositions qui doivent figurer dans le contrat de construction.


Source : batirama.com / M. Fourret

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (196 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
Modul'Air

DarkFighterX

Predal-Seacoustic