L'AIMCC déplore un "signal négatif" avec la réforme du CITE

L'AIMCC déplore un

Les fabricants de produits de construction regrettent que leur message "n'ait pas été entendu" sur la modification des aides à la rénovation énergétique.





L'Association française des industries des produits de construction (AIMCC) a pointé un "manque de cohérence entre la réforme du CITE (Crédit d'impôt pour la transition énergétique, NDLR) et les engagements français de stratégie nationale bas carbone" dans le projet de budget 2020, présenté en Conseil des ministres.

 

La fédération a salué "la volonté d'orienter les aides en priorité sur les ménages modestes et très modestes", mais noté que la future prime, appelée à remplacer le CITE, "ne concernera désormais qu'une partie très faible de la population".

 

"Les arbitrages en cours ne permettront pas d'atteindre l'objectif de massification de la rénovation énergétique", a affirmé l'AIMCC. La fédération a notamment jugé que pour les ménages modestes, le reste à charge "devient désormais trop important pour de nombreux actes de rénovation", en mentionnant la division par deux des aides pour les pompes à chaleur ou la baisse de certaines aides concernant des travaux d'isolation.

 

L'AIMCC représente 80 organisations professionnelles regroupant 7.000 fabricants de produits pour la construction (matériaux, composants, équipements).

 

Photo ©F. Leroy



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (900 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans