Vinci "dément" des "discussions avec l'Etat" sur des indemnités de résiliation

Vinci

Vinci a démenti "l'existence de discussions avec l'Etat portant sur les indemnités de résiliation au contrat de concession des aéroports du grand ouest", suite à l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes.





L'entreprise candidate à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) "dément également avoir formulé une quelconque demande d'indemnisation chiffrée" et indique en outre ne pas avoir "reçu de notification de résiliation du contrat de concession".

 

La ministre des Transports Elisabeth Borne avait indiqué sur France 3 que l'Etat négociait avec le groupe de BTP une indemnité liée à l'abandon du projet de nouvel aéroport, et déclaré: "ils (Vinci, ndlr) ont parlé de quelques centaines de millions d'euros, tandis que nous parlons de quelques dizaines" de millions.

 

Interrogée pour savoir si Vinci serait "un bon candidat" à la reprise d'Aéroports de Paris (ADP), une privatisation vivement contestée par l'opposition, elle avait évoqué un groupe "qui a une grande expérience aéroportuaire".

 

Récusant l'idée que le choix du groupe de BTP pourrait faire figure de "compensation à l'abandon de Notre-Dame-des-Landes", comme l'ont affirmé des députés de l'opposition lors de vifs débats sur la privatisation à l'Assemblée, la ministre a affirmé : "Cela ne marche pas comme ça".

 

"On a un contrat à Notre-Dame-des-Landes, sur lequel on est en train de travailler à la résiliation, et par ailleurs il y aura une procédure sur Aéroports de Paris, évidemment avec toutes les garanties de transparence", a-t-elle déclaré.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (645 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

La pathologie des façades