Immobilier de bureaux: l'atterrissage se confirme début 2019

Immobilier de bureaux: l'atterrissage se confirme début 2019

L'immobilier de bureaux confirme son repli début 2019 en Île-de-France, soit l'essentiel du marché français : déjà en net recul fin 2018 après une période d'essor, les investissements chutent au premier trimestre.





©F. Leroy

 

"Le ralentissement observé fin 2018 sur le marché francilien se confirme", a résumé dans une note, Grégoire de la Ferté, spécialiste du secteur au cabinet CBRE, qui, rassemblé au sein du groupement Immostat avec trois autres acteurs majeurs de l'immobilier d'entreprise - BNP Paribas Real Estate, Cushman and Wakefield et JLL -, participe à un bilan pour le premier trimestre.

 

"Cette décélération est la résultante de deux facteurs pesant actuellement sur le marché immobilier tertiaire, avec d'un côté une conjoncture économique un peu moins porteuse que lors des années précédentes et de l'autre un niveau d'offre disponible bas, particulièrement dans Paris", a-t-il détaillé.

 

Au premier trimestre, le montant global des investissements dans l'immobilier francilien d'entreprise a baissé de 22% par rapport à un an plus tôt, à 2,4 milliards d'euros. La surface totale des ventes et locations de bureaux, dites "demande placée", a reculé de 23%.

 

Pas de preneur pour les gros volumes de bureaux

 

"Ce qui est notable, c'est qu'il n'y a pas de très grosses transactions : la plus grosse fait 200 millions d'euros", a remarqué Delphine Mahé, de JLL. "Les gros volumes ont un peu de mal à trouver acquéreur au prix demandé par les vendeurs. "Pour autant, "il ne faut pas s'alarmer: on ne voit pas du tout de chute de la demande malgré le contexte économique qui est incertain", a-t-elle relativisé, rappelant que l'"on sort d'une année 2018 particulièrement dynamique".

 

Les investissements dans l'immobilier de bureaux avaient bondi l'an dernier de 17% pour dépasser les 23 milliards d'euros, un niveau jamais vu."Le plus gros des opérations sur les grosses transactions sont faites", a jugé Mme Mahé.

 

"Ce qu'on voit maintenant, ce sont les transactions entre 1000 et 5000 mètres carrés qui sont très actives", soit moins les grandes entreprises que les moyennes, souvent sous-traitantes des premières."C'est bon signe, c'est que l'économie tourne", a-t-elle conclu.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (654 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Installation d'assainissement autonome - NF DTU 64.1


Chauffe-eau solaire individuel - NF DTU 40 & DTU 43