Les travaux publics prévoient un ralentissement en 2019

Les travaux publics prévoient un ralentissement en 2019

Le secteur des travaux publics, qui sort de deux années de croissance en France, devrait voir son activité ralentir sa progression cette année, notamment face à des coûts de production en hausse.





Les travaux publics sortent d'"une année 2018 bien meilleure que ce que l'on imaginait", a résumé Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), lors de son bilan annuel."2019, on est encore optimistes", a-t-il poursuivi.

 

"Que va t-il se passer en 2020 ? c'est encore l'inconnu pour nous." Selon les chiffres de la FNTP, dont les adhérents représentent quelque 260.000 salariés, le secteur a vu le montant global de son activité gagner 10,5% l'an dernier et celui-ci devrait encore avancer de 5,5% en 2019.

 

Pour expliquer cette hausse, la fédération met en avant la progression des investissements dans les collectivités locales, soulignant qu'ils rebondissent depuis 2017 et s'attendant à ce que ce mouvement se poursuivent l'an prochain.

 

Une progression d'activité grâce au Grand Paris

 

Cas particulier par son ampleur, le projet du Grand Paris, qui prévoit à terme quatre milliards d'investissements par an autour de la capitale, devrait dès 2019 contribuer à la moitié de la hausse d'activité du secteur, selon les estimations de la FNTP. Reste que cette progression va nettement ralentir l'an prochain, en particulier face à la reprise de l'inflation qui renchérit les coûts de production des entreprises du secteur.

 

"On a des hausses de coûts de production, que ce soit l'énergie, que ce soit sur les matériaux ou que ce soit sur la masse salariale", a souligné M. Cavagné. "Naturellement, cela influe sur notre activité. "Au-delà de cette année, la fédération, qui attend beaucoup du projet de loi sur les transports dit LOM ("loi d'orientation des mobilités") mais juge flou son financement, craint une période plus difficile.

 

Parallèlement à ses interrogations sur les orientations budgétaires de l'Etat, elle craint que les collectivités locales, par exemple exposées à la diminution de la taxe d'habitation, perdent de la marge de manoeuvre en matière d'investissement."Les élus locaux ne sont pas idiots, ils ne font pas n'importe quoi", a assuré M. Cavagné, dont la fédération réalise plus de 40% de son activité auprès des collectivités.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (655 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Les enduits de façade - NF DTU 26.1


Ventilation double flux dans le résidentiel