Le Citroën Berlingo Van 2018 monte en gamme

Le Citroën Berlingo Van 2018 monte en gamme

Après dix ans de bons et loyaux services, le Berlingo cède la place au Berlingo Van qui innove dans de nombreux domaines et monte en gamme.



Chez Citroën, l'aventure des fourgonnettes a commencé avec la légendaire 2CV camionnette, de   mars 1951 à mars 1978, (1 246 335 exemplaires), puis l’Acadiane (235 393 unités en neuf ans).

 

En 1984, c'est le C15, produit pendant vingt-deux ans (1,18 million d’exemplaires). Puis en 1996, le Berlingo marque une évolution majeure dans les monde des utilitaires grâce à sa cellule intégrée au véhicule. Il sera renouvelé en 2008 et il cède la place, en cette année 2018, au Berlingo Van qui innove dans de nombreux domaines et monte en gamme.

 

A l’extérieur, une version longue


Derrière une apparence plus moderne, le nouveau modèle reste proche de son prédécesseur dans sa philosophie et dans son gabarit. Il introduit cependant des nouveautés majeures, à commencer par la plateforme EMP2 connectée et surtout la nouvelle version longue à empattement allongé baptisée XL, qui sera disponible plus tard dans l’année. 

 

Le Citroën Berlingo affiche un style un peu plus personnel que son prédécesseur et adopte un profil de van. Si les arches de roue ont disparu, on retrouve la face avant trapue qui s’inspire, avec son nez court et haut, de celle du Jumpy. Comme auparavant, le Citroën partage son destin avec un cousin Peugeot, rebaptisé Rifter. La famille s’est agrandie avec l’arrivée de l’ Opel Combo Life.

 

A l’intérieur, des finitions soignées

 

On remarque immédiatement les gros progrès en matière de finition. Bien entendu, il n’est pas question encore de plastique moussé mais la qualité générale des matériaux et des assemblages apparaît désormais très correcte.

 

Le Berlingo affiche une modularité au top dès le deuxième niveau de finition avec une multitude de rangements, jusqu’à 113 litres (boîte à gants supérieure pouvant abriter un ordinateur portable, capucine au-dessus de la tête, planche de bord qui recèle deux boîtes à gants, airbag passager positionné dans le pavillon qui permet de libérer une autre boîte à gants particulièrement logeable.

 

De la place pour ranger ses effets personnels


Au niveau de la console centrale, au moins trois emplacements où placer son téléphone portable. Le ciel de toit propose toujours autant de possibilités : l’arche centrale translucide, le rangement au-dessus du pare-brise. Sans oublier le tiroir sous le siège passager, les trappes sous plancher et le coffre Modutop directement accessible depuis le hayon arrière). 

 

Les pros apprécieront le système multimédia tactile (selon les versions) à portée de doigt, ainsi que la recharge sans fil, le système Mirror Screen (pour dupliquer son smartphone sur l’écran tactile), le GPS 3D connecté et des prises USB, 12V et 220V.

 

Tous les Berlingo peuvent recevoir, en option ou en série selon les finitions, la banquette Multiflex (trois places à l’avant, siège passager escamotable et assise relevable, siège central avec tablette écritoire orientable et rangement sous l’assise). Citroen propose également aussi, sur sa version Longue, une cabine approfondie avec banquette arrière.

 

Motorisation


Le Berlingo Van est disponible avec cinq moteurs. Trois diesels : le 1.5 BlueHDi décliné en 75, 100 et 130 ch (boîte manuelle 6 rapports ou automatique 8 vitesses) et deux essence :  le 1.2 PureTech 110 ch avec boîte manuelle 6 rapports et 130 ch (automatique 8 vitesses au second semestre 2019). 

 

Chargement optimisé

 

Le Berlingo Van peut embarquer deux euro palettes et jusqu'à 1 000 kg. Il est décliné en deux gabarits : M (4,40 m de long, 3,3 à 3,8 m3 de volume et une longueur utile de 1,81 m) et XL (4,75 m, de 3,9 à 4,4 m3 et 2,16 m). Le siège latéral s’escamote afin d’améliorer la longueur et le volume de chargement.

 

Le catalogue de configurations laisse la possibilité de choisir jusqu'à deux portes latérales coulissantes dont l’ouverture a été optimisée grâce à une nouvelle implantation du rail supérieur, des portes arrière battantes 60/40, tôlées ou vitrées, ou un girafon pour transporter des objets longs d’un poids maximal de 100 kg (option non disponible avec deux portes latérales et sur le format XL).

 

Véritable outil de travail, le Berlingo Van facilite la vie des pros en embarquant de nouveaux systèmes dont certains inédits. Par exemple, l’indicateur de surcharge (en option), évite les risques sur la route (éclatement d’un pneu), l’usure du véhicule et les amendes.

 

Ce système 100% PSA se base sur des capteurs placés sur chacune des roues qui calculent leur débattement et informe lorsque la charge s’approche ou dépasse la limite autorisée. Soit automatiquement au démarrage du moteur, soit à l’arrêt depuis la cellule arrière via une commande.

 

La version Worker idéale pour les pros

 

Avec le Berlingo Van, Citroën pousse la personnalisation au maximum. Les entreprises de bâtiment  opteront pour la version Worker. Elle se distingue par ses trois places avant, une garde au sol rehaussée de 30 mm, une plaque de protection moteur et un système de motricité renforcée Grip Control avec aide à la descente et pneus mixtes. L’équipement comprend aussi un plancher de chargement en plastique, une charge utile portée à 1 000 kg et un pack « zone de chargement » (éclairage renforcé, prise 12V et anneaux d’arrimage mi-hauteur).

 

Sur la route : du grand confort

 

 

Dès l'accès à bord, on sait qu'on est à bord d'un utilitaire. La position de conduite verticale est typique, mais heureusement le volant réglable en hauteur et en profondeur permet de trouver rapidement ses marques et d'apprécier les qualités du Berlingo : un diamètre de braquage étonnant vu le gabarit (11,5 m), une visibilité périphérique remarquableavec de grands rétroviseurs et des formes faciles à appréhender en stationnement.

 

Seule la largeur du fourgon peut demander un temps d’adaptation. S'y ajoute une remarquable douceur des commandes, une direction très bien assistée et des vitesses qui passent quasiment toutes seules ! Le confort profite d’une qualité de suspension et de filtrage absolument remarquable à toutes les vitesses.

 

L’insonorisation progresse de manière remarquable avec notamment une excellente maîtrise des bruits d’air, même sur autoroute. Sur le plan tenue de route, le Berlingo, bien que toujours stable et prévisible, prend du roulis et n’est pas très dynamique dans les enchaînements de virages. Là, par contre, la direction impressionne par sa douceur  ....plus que par sa précision.

 

Pour autant, le petit moteur 1.2 se montre à son aise malgré la prise de poids du Berlingo (36 kg de plus que son prédécesseur). Sa boîte six vitesses lui permet d’offrir des accélérations plus que correctes.


 

Source : batirama.com / Mirco Benassi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2030 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique