Ubisoft équipe ses bureaux lyonnais de verre électrochrome

Ubisoft équipe ses bureaux lyonnais de verre électrochrome

Ubisoft conçoit des jeux vidéo, l’absence d’éblouissement et de reflet est primordiale, tout comme le souhait de voir l’extérieur et de bénéficier de lumière naturelle.



 

Le bâtiment Ubisoft accueille environ 150 personnes, 350 ordinateurs, plus de 700 écrans et quantité de serveurs : la chaleur dégagée est considérable. ©PP

 

Le bâtiment qui abrite une filiale d’Ubisoft à Lyon est un ancien entrepôt d’antiquités. Comme le dit Emmanuel Oualid, directeur administratif et financier et cofondateur du studio Ubisoft Ivory Tower, seule la structure acier du bâtiment a été conservée. Tout le reste a été désossé.

 

En toiture, les sheds existaient depuis la construction du bâtiment, mais ils étaient percés de petites fenêtres, dont les vitres n’avaient pas été nettoyées depuis cent ans. Après rénovation, le bâtiment offre 1665 m² de surface de plancher, dont près de 1000 m² en open space.

 

 

 

La structure acier ancienne a été conservée. Les sheds ont été modifiés pour apporter davantage de lumière naturelle, de manière indirecte. ©PP

 

Maximiser la lumière naturelle

 

Les occupants du bâtiment travaillent sur écran toute la journée. Le nouveau bâtiment abrite d’ailleurs 350 ordinateurs avec chacun 2 ou 3 écrans et 200 serveurs tournent en permanence : la quantité de chaleur produite est considérable. Le bâtiment est climatisé en 8 mois sur 12.

 

Pour cette raison, Ubisoft était moins intéressé par les performances de contrôle solaire du vitrage SageGlass qui contribuent à la réduction des besoins de climatisation, que par ses propriétés de réduction de la transmission lumineuse (TL). Le vitrage dynamique SageGlass, rappelons-le, se teinte automatiquement, ou à la demande, pour lutter contre l’éblouissement et contre l’apport de chaleur.

 

Une couche, déposée sur une face intérieure du complexe double vitrage, se teinte par une réaction d’oxydo-réduction sous l’effet d’un courant de très basse tension de 3 Volts. La réaction offre 4 niveaux de teintes, de 1 (plus clair) à 4. Au niveau 4, la transmission lumineuse TL n’est plus que de 1% et le facteur solaire chute à 0,04 : 96% de la chaleur du soleil est bloquée. Même au niveau 4, le vitrage SageGlass demeure translucide.

 

 

 

Ubisoft est attaché au confort visuel de ses salariés. Le travail sur écran peut être pénible. L’apport de lumière naturelle est important, éviter les réfractions et éblouissements aussi pour conserver un rendu des couleurs exact sur les écrans spécialement calibrés. ©PP

 

Eviter l’éblouissement et la distorsion de rendu des couleurs

 

Ubisoft avait l’expérience de locaux lyonnais précédents, dans lesquels des rideaux intérieurs étaient tirés en permanence et l’éclairage artificiel allumé pour fournir aux occupants un environnement de travail compatible avec leur activité.

 

Cette configuration n’est d’ailleurs pas idéale : l’éclairage direct provoque des reflets sur les écrans. Sa température de couleur peut distordre le rendu des couleurs sur les écrans. Pour les concepteurs graphiques des jeux Ubisoft, c’est inacceptable.

 

Pour la façade ouest de ses nouveaux locaux, Emmanuel Oualid s’est donc mis à la recherche d’une autre solution qui permette de conserver un apport de lumière naturelle, mais évite tout éblouissement : pas de rideaux, pas de protections solaires intérieures ou extérieures qu’il considère comme peu adaptées à l’activité d’Ubisoft.

 

Il s’est arrêté sur la technique du vitrage occultant et en a testé 3 : celui de l’allemand eControl (couleur non-satisfaisante), l’offre de Vision System (couche à plasma, vitrages trop foncés à son goût) et SageGlass. Il s’est décidé en faveur de SageGlass après avoir vu un échantillon de 30 x 30 cm seulement. Il en a testé les performances à l’aide de l’écran de son Smartphone : en mode lampe, la lumière demeurait visible à travers le SageGlass, sans éblouir.

 

 

 

Seule la façade Ouest est équipée de 78 m² de vitrage dynamique SageGlass au total. Il requiert 4 Volts pour changer d’état en 10 minutes environ, puis 0,4 Volts pour maintenir son état. 100 m² de vitrage SageGlass requièrent une puissance électrique maximale de 40 W. En cas de coupure d’électricité, le vitrage revient à sa teinte claire en une à deux heures. ©PP, Saint-Gobain Glass

 

 

 

24 semaines de délais

 

Une fois la solution arrêtée, l’architecte Atelier 4+, représenté par Mathieu Crozet, et le façadier PicPartner, représenté par Michel Lissandre, se sont mis au travail. Le projet prévoyait initialement une trame de 40 cm. Le SageGlass est disponible en 70 cm : le dessin et la conception de la façade ouest ont été repris.

 

La commande pour 78 m² de vitrage SageGlass ClimaPlus Classic a été passée en novembre 2016. Les vitrages ont été reçus en mars 2017 et posés dans la foulée. Le bâtiment a été réceptionné et occupé en juin 2017. Heureusement, le câblage, entièrement fourni par Saint-Gobain Glass est arrivé plus tôt.

 

L’électricien a pu l’installer calmement avant livraison des vitrages. Le façadier a utilisé une structure de mur rideau Wicona Mecano, avec capots et serreurs extérieurs. En attendant l’arrivée du vitrage SageGlass, il a posé des vitrages temporaires pour ajuster la structure du mur rideau et garantir le clos-couvert.

 

Pour un coût de chantier total de 4 millions d’euros, le surcoût du vitrage électrochrome SageGlass était de 150 000 € pour 78 m². Comme l’explique, Emmanuel Oualid, il a fallu compenser cette plus-value en économisant ailleurs. Par exemple, il envisageait d’équiper les salles de réunions largement vitrées de verres Priva-Lite à occultation commandée pour un coût de 50 000 €. Il y a renoncé en faveur de cloisons de verre classiques.

 

 

 

Emmanuel Oualid d’Ubisoft a testé trois vitrages dynamiques différents, avant de choisir la solution SageGlass. ©P

 

Trois sortes de vitrages

 

Finalement, ce bâtiment fait appel à trois types de vitrages différents : 78 m² de SageGlass sur la façade Ouest, 50 m² de vitrages verticaux à fort contrôle solaire exposés à l’Est et 450 m² de vitrage à fort contrôle solaire et teintés en bleu sur les sheds.

 

La hantise du façadier était de briser l’un des verres SageGlass durant la manutention ou la pose. Ce qui aurait impliqué 24 semaines de délai à nouveau pour obtenir un nouveau vitrage.

 

En raison de la particularité du raccordement électrique des verres SageGlass – ici, une boîte de répartition alimente 5 vitrages et le chantier compte 4 boîtes de ce type -, il aurait été impossible de mettre en service la boîte devant alimenter le vitrage à remplacer. Il a donc construit d’étroits chariots destinés à transporter les vitrages SageGlass à travers le bâtiment fini. Tous les vitrages ont été manutentionnés à la main et posés par l’extérieur.

 

 

 

A droite, Mathieu Crozet architecte membre de l’Atelier 4+. A gauche, Michel Lissandre, représentant du façadier PIC PARTNER. ©PP

 

 

 

Le vitrage SageGlass possède 4 teintes, de 1 (TL = 60%) à 4 (TL = 1% et contrôle solaire de 0,04). Dans le bâtiment Ubisoft, il est piloté automatiquement par des sondes de luminosité extérieure et peut être forcé à l’aide d’un bouton de commande sur chaque groupe de 5 vitrages. ©PP

 


Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2187 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer
 

Boutique

Garde-corps de bâtiments


Les enduits de façade - NF DTU 26.1