Réaliser un béton ciré coloré

Réaliser un béton ciré coloré

Exit le carrelage, la moquette ou le parquet, le dernier cri en matière de revêtement : une chape en béton ciré. Plein feux sur ces sols, techniques et décoratifs, qui connaissent un véritable renouveau grâce à une offre industrielle élargie et des produits de plus en plus performants.





 

Dérivé de la technique des sols industriels, le sol en béton ciré est souvent employé dans les lieux recevant du public grâce à sa grande résistance au poinçonnement. Depuis peu, les particuliers commencent également à s’y intéresser, voyant dans ce procédé la possibilité de réaliser, à un bon rapport qualité prix (+/- 75 à 140 € HT le m²), un sol personnalisé, particulièrement résistant. Outre ces propriétés mécaniques indéniables, un sol en béton ciré offre une infinité de couleurs et d’aspects, ce qui lui vaut d’être, très prisé en aménagement intérieur. Coulée en place sur une épaisseur inférieure à 6 mm, cette chape de finition n’a aucune fonction structurelle contrairement au sol fini en béton, qui peut également être coloré dans la masse, mais dont l’épaisseur est plus importante et la mise en œuvre très différente.

 

Bloquer la capillarité du sol

 

La réalisation d’une chape de finition en béton ciré intervient, en toute fin de chantier. Elle peut être effectuée sur tous, neufs ou anciens, à condition qu’ils puissent supporter la surcharge occasionnée, en moyenne 10 kg/m², et qu’ils aient fait l’objet d’une préparation adéquate : bloquer la capillarité du sol qui va recevoir la chape en béton ciré et créer une barrière étanche destinée à retenir l’eau du béton pour éviter la dissécation de la surface. Les supports doivent être propresLes fissures et microfissures des dalles béton doivent être rebouchées par marouflage d’une toile grillagée avec de la résine époxy ou une colle spéciale pour fissures sur béton. La réussite et le résultat final d’une chape de finition en béton, quelque soit son aspect (ciré, poli..)… dépend avant tout de la qualité de la mise en œuvre. Selon la formulation du béton, la surface autorisée sans joint de fractionnement est très variable, de 60 à 100 voire 150 m². Le calepinage de ces joints de fractionnement (3 à 5 mm d’épaisseur pour une profondeur comprise entre ¼ et 1/3 de l’épaisseur de la chape) doit être traité avec un soin tout particulier et pensé avant la mise en œuvre de la chape puisque ces joints resteront visibles. Ils peuvent même faire l’objet d’effets décoratifs en utilisant, par exemple, pour marquer leur emplacement, des profilés de bois exotique, d’aluminium... Le calepinage permet aussi de personnaliser le sol ! Au pourtour de la pièce, au niveau des seuils de portes et à la jonction avec un autre revêtement, un joint de dilatation est également indispensable et ce, quelle que soit la nature du produit utilisé. Pour garder tout l’éclat d’un sol en béton ciré, il importe de donner à vos clients les consignes détaillés pour l’entretien : lavage à base de produits neutres comme du savon de Marseille ou du savon noir, complété tous les deux ou trois mois par un lavage à l’eau, additionnée de quelques bouchons de cire.

 

Source : batirama.com / Virginie Bourguet.

 

 




 

bton1-389.jpg

 

 

1 . Avant de couler sur le sol, vérifier la bonne adhérence des carreaux existants, passer une résine époxy à la raclette, sur 1 à 2 mm d’épaisseur et saupoudrer de sable jusqu’à refus. Les dalles béton et les chapes liquides anhydrites doivent également recevoir deux couches d’un primaire d’accrochage. Le ciment est gâché avec de l’eau et malaxé jusqu’à l’obtention d’un mortier souple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bton2-389.jpg

 

2 . Le mortier est ensuite pompé ou versé directement sur le sol, sur une épaisseur d’environ 5 mm

 

 

 

 

 

 

 

 

bton3-389.jpg

 

 

3 . Lorsque le mortier commence sa prise, la surface est lissée.C’est le geste du poseur qui vont donner au sol des effets de matière et de nuançage.Plus la couleur de la chape est foncée, plus les marques de lissage seront visibles.

 

 

 

 

 

 

bton4-389.jpg

 

 

 

4 . Deux à trois jours après, le sol est poncé mécaniquement à l’aide de disques légèrement abrasifs (grains de 120 pour dégrossir la surface puis 150 et enfin 180 en finition).Le sol est  brillant comme un marbre. La machine utilisée pour ce travail de surfaçage est à aspiration continue, aucune poussière ne se dégage.

 

 

 

 

 

 

5 . Pour un entretien simplifié, la surface est traitée avec deux couches d’huile hydrofuge passées au manchon raclette, à 12 heures d’intervalles. En finition, deux couches de cire à émulsion de polymères spécial béton sont étalées, également au manchon raclette, en laissant pénétrer quelques heures (4 à 6 heures) entre chaque passe

 

  bton5-389.jpg

 

 

 

 

bton6-389.jpg

bton7-389.jpg

 

 

 
6 et 7 . La liberté de conception des teintes, des aspects de surfaces, des jeux de calepinage permet de personnaliser tous les types d’aménagements intérieurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

bton1b-389.jpg

 

 

 

1 . Les supports existants doivent être décapés avant de recevoir une résine de latex sur laquelle est saupoudrée de la poudre de quartz. Sur les chapes liquides anhydrites, sur le carrelage ou encore sur le marbre, une résine époxy est passée à l’avancement du  chantier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bton2b-389.jpg bton3b-389.jpg

 

 

2 et 3 . Une fois le coulis minéral gâché avec de l’eau additionnée de 20 % de résine latex, une semelle minérale de 4 mm d’épaisseur est soit dressée à la règle soit projetée sur la résine d’accroche encore fraîche.

 

 

 

 

 

bton4b-389.jpg

 

 

 

4 . Lorsque la prise a commencé, la surface est lissée à l’hélicoptère. Quelques jours après, le glacis résiduel est polissé à l’aide d’un grain fin, la surface balayée pour éliminer les résidus de poussière, 2 à 3 couches de cire polymérisée sont étalées au manchon raclette. En finition, le sol est lustré à la lustreuse pour un brillant impeccable.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (901 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans