Les foyers modestes ont du mal à accéder à la propriété

Les foyers modestes ont du mal à accéder à la propriété

Les foyers modestes ne peuvent plus accéder à la propriété et "décrochent" pour glisser dans la pauvreté, s'alarme l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale.






"Pauvreté et mal-logement sont étroitement liés dans notre pays", souligne cet organisme gouvernemental dans son nouveau rapport annuel qui s'alarme de "la crise persistante du mal-logement" en France. Intitulé "Mal-logement, mal logés", ce rapport note des "évolutions positives" comme l'augmentation du nombre de logements (+1,1% par an entre 1996 et 2013) et de leur confort, ou le fait qu'un grand nombre de ménages ont accès à la propriété privée.

 

Mais les foyers les plus modestes en restent exclus, faisant de l'accès à la propriété "un marqueur social" important, souligne-t-il. La révision récente du périmêtre du Prêt à taux zéro, dénoncée par les constructeurs de maisons individuelles, a d'ailleurs contribué à exclure les ménages aux plus bas revenus de l'accession à la propriété. Le dispositif pouvait leur permettre de financer jusqu'à 40 % de l'investissement requis pour le projet.

 

L'Observatoire rappelle que 4 millions de personnes sont mal-logées et 12,1 millions en situation de fragilité (chiffres du 27e rapport de la Fondation Abbé-Pierre), en soulignant également la hausse des prix des loyers et "l'intensification des disparités territoriales" entre métropoles urbaines et territoires ruraux.

 

Davantage de ménages à bas revenus locataires

 

En première ligne face à cette crise, les ménages à bas revenus "connaissent une évolution globale inverse à celle de l'ensemble des ménages. En 2013, six ménages français sur dix étaient propriétaires, mais les ménages à bas revenus étaient eux "locataires pour les deux tiers", rappelle-t-il.

 

L'Observatoire décrit un phénomène de "décrochage" des classes populaires, documentant en détail leur condition de vie tout en prenant en compte leur ressenti face à leur mal-logement. Selon lui, on peut "encore parler de crise du logement en France" dans la "deuxième moitié des années 2010".

 

Un lien direct entre mal-logement et transmission de la pauvreté

 

Selon lui, les plus modestes se concentrent de plus en plus dans les zones urbaines, pourvoyeuses d'emplois, malgré un marché de l'immobilier "sous tension". Et vivent du coup dans "des logements inadaptés" à leur situation. Les plus touchés par cette crise du mal-logement sont "les familles monoparentales, les étrangers, les familles avec trois enfants ou les couples dont les deux membres sont sans emploi", précise le rapport.

 

L'institution voit un lien indirect entre mal-logement et transmission de la pauvreté : "En créant des conditions défavorables à la réussite scolaire, le mal-logement contribue indirectement à augmenter le risque de pauvreté à l'âge adulte et peut devenir un canal de transmission intergénérationnelle de la pauvreté".

 

photo©F. Leroy



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (346 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique