Des difficultés d’embauche dans l’artisanat et de forts écarts de revenus

Des difficultés d’embauche dans l’artisanat et de forts écarts de revenus

Le baromètre de l’artisanat* évalue l’évolution des chiffres de l’emploi dans le secteur artisanal. La sortie de crise modérée s’accompagne de difficultés de recrutement.




Le nombre d’emplois non-salariés (1 emploi sur 4 dans l’artisanat, tous secteurs confondus) n’augmente plus depuis 2012 : le nombre croissant de micro-entrepreneurs s’accompagne en effet d’une diminution des emplois indépendants du régime classique. En bref, le régime micro-entrepreneur ne permet plus la création nette d’emplois indépendants.

 

L’emploi salarié dans les TPE artisanales de moins de 20 salariés se stabilise également à 1,6 million de salariés sur la période 2015-2016, après plusieurs années de baisse entre 2011 et 2015 (80.000 emplois perdus).

 

De plus en plus d’entreprises sans salarié

 

Une évolution de la structure d’emploi des entreprises artisanales a été observée sur les dix dernières années. Elle se caractérise par une forte progression du nombre d’artisans travaillant seuls, sans salarié (ils représentent 66 % des entreprises artisanales en 2016, contre 49 % en 2008, et 58 % en 2012).

 

Entre 2008 et 2016, ce nombre a été multiplié par deux, passant de 458.000 à 898.000 (sur 1.360.000 entreprises au total). Ce phénomène s’explique notamment par la mise en place du régime micro-entrepreneur.

 

Une reprise fragile portée par quelques secteurs

 

La sortie de crise est perceptible en 2017 mais de façon plus modérée que dans l’ensemble du secteur marchand. Les bons indicateurs de l’emploi salarié au 1er semestre 2017 ne sont pas confirmés au 3e trimestre.

 

L’artisanat du BTP reprend des couleurs, notamment les travaux d’installation électrique (+980) et de plâtrerie (+930). Une embellie est également visible dans la construction de maisons individuelles (+ 460).

 

Dans l’artisanat de fabrication qui continue à perdre des emplois salariés (- 18% entre 2000 et 2016), les rares niches créatrices d’emplois sont l’installation et la réparation de machines, ainsi que la fabrication d’équipements de climatisation.

 

Une forte hausse des offres d’emploi dans l’artisanat en 2016…

 

Avec un total de 220 000 offres déposées en 2016, on constate une progression à la hausse des emplois recherchés pour la 2e année consécutive. Ce regain observé dans les TPE artisanales témoigne d’un turn-over croissant du personnel et de besoins d’emplois nouveaux.

 

Cette progression des intentions d’embauche est nuancée par une hausse des difficultés de recrutement dans le secteur artisanal. Tous métiers confondus, les difficultés de recrutement anticipées par les dirigeants sont plus importantes dans l’artisanat (53 % des recrutements sont jugés difficiles par les TPE artisanales, contre 37,5 % en moyenne pour l’ensemble des secteurs et des entreprises).

 

Les secteurs les plus touchés sont ceux du BTP, de la réparation automobile, du travail du métal et de la boucherie. Idem dans d’autres professions intermédiaires et d’encadrement, comme celles de chef de chantier, de dessinateur, de technicien du BTP ou de la mécanique.

 

Des écarts de revenus importants dans le BTP

 

Les revenus annuels des micro-entrepreneurs sont très en deçà de ceux des indépendants classiques qui sont parfois jusqu’à 4 fois plus élevés. Dans le BTP, des écarts importants : 28.200 euros pour les chefs d’entreprises indépendants contre 6.100 euros pour les micro-entrepreneurs.

 

Dans l’artisanat de fabrication, le même contraste est observé : alors qu’un micro-entrepreneur enregistre un revenu annuel moyen de 3.800 euros, un indépendant classique peut gagner jusqu’à 31.200 euros par an.

 

Chez les professionnels du BTP, de forts contrastes sont observés : les revenus moyens se situent entre 27.200 euros et 28.600 euros annuels (respectivement pour les activités de cloisonnements / travaux de finition et les travaux électriques et plomberie). Une activité beaucoup plus rémunératrice se distingue : le génie civil (44.800 euros par an).

 

*ISM-MAAF

 



Source : batirama.com

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (25 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits


BAGAR AIRLISS LF