Construction de prisons et tribunaux : les partenariats public-privé "abandonnés"

Construction de prisons et tribunaux : les partenariats public-privé

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a annoncé "l'abandon" des partenariats public-privé (PPP) pour les futures constructions de prisons et tribunaux, jugeant ce dispositif "trop onéreux".





"Nous avons abandonné ce système. C'est une décision politique car nous considérons que le coût in fine était trop onéreux", a déclaré la ministre sur Franceinfo, alors que 7.000 nouvelles places de prison ont été promises par Emmanuel Macron d'ici la fin du quinquennat, au lieu des 15.000 initialement prévues.

 

En décembre, la Cour des comptes avait appelé, dans son rapport annuel, à "renoncer à l'avenir" à ce dispositif qui été notamment choisi pour la construction de 14 des 187 établissements prisons de France et du nouveau Palais de justice de Paris, qui doit accueillir ses premières audiences en avril.

 

En réponse, la garde des Sceaux Nicole Belloubet s'était alors déjà dite "très réservée" quant aux PPP, affirmant qu'aucun nouveau partenariat public-privé n'était prévu "dans les prochaines années".

 

Pas de précision sur le financement des nouvelles prisons

 

La garde des Sceaux s'est refusée à donner des précisions sur le mode de financement des nouvelles places de prison, renvoyant à la présentation le 11 avril au Conseil des ministres de la loi de programmation budgétaire pour la Justice.

 

Dans son rapport, la Cour des comptes avait particulièrement épinglé le chantier du palais de justice de Paris, né d'un partenariat avec le groupe privé de BTP Bouygues pour un coût global de plus de 2,3 milliards d'euros.

 

Le recours à ce PPP, "guidé par des considérations budgétaires de court terme, implique des loyers annuels d'un montant moyen de 86 millions d'euros (jusqu'en 2044) qui pèseront fortement sur le budget du ministère de la Justice", selon les magistrats de la rue Cambon.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Line
  • 0
  • 0

Si tout est trop cher il faut abandonner

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (705 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique