Les premières orientations de la Loi Logement font "consensus"

Les premières orientations de la Loi Logement font

Les bailleurs sociaux seront incités à se regrouper sur une base volontaire et le code de la construction pourra être simplifié rapidement, tandis que les mesures plus polémiques (SRU) seront débattues au Parlement.





Un compromis a été trouvé sur le point sensible des organismes sociaux, au terme de la Conférence de consensus qui était organisée depuis mi-décembre (pour préparer la future Loi Logement) par le président du Sénat, Gérard Larcher, et qui s'est achevée.

 

Le gouvernement a ainsi décidé de favoriser des "rapprochements d'organismes HLM pour leur permettre de mettre en place l'organisation optimale nécessaire dans certains domaines et rationaliser la gestion et l'exploitation locatives", explique un document de synthèse.

 

Ces rapprochements pourront prendre la forme de "fusions d'organismes", si ces derniers le souhaitent, mais aussi "d'adossement à des groupes d'organismes intégrant des fonctions-clés" telles que les orientations stratégiques, les investissements, ou une solidarité financière. Les bailleurs sociaux eux-mêmes devront donc être à l'origine de ces regroupements, "sans qu'une solution et un statut uniques ne soient imposés", précise le texte issu de la conférence de consensus.

 

Les organismes HLM rassurés

 

C'était là une source d'inquiétude pour l'Union sociale de l'habitat (USH, qui regroupe 657 bailleurs sociaux), les organismes craignant de se voir imposer des fusions en deçà d'une taille minimale de leur parc de logements, comme l'envisageait le gouvernement à l'origine.

 

"Cette solution s'inspire directement des propositions formulées par les fédérations d'organismes HLM", souligne le document. Elle respecte notamment "les spécificités et les besoins particuliers liés au logement social dans les territoires".

 

"Nous pourrons intégrer dans le texte du projet de loi les mesures principales de la réforme du secteur du logement social", sans recourir à des ordonnances, a annoncé le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, au Sénat. Le gouvernement va en outre "réduire au maximum le recours aux ordonnances" sur ce texte, a-t-il promis, tout en affirmant la nécessité "d'aller le plus vite possible" sur certains sujets comme la lutte contre les copropriétés dégradées.

 

Simplification du code de la construction

 

Certaines orientations, comme la simplification du code de la construction, l'accélération du traitement des recours contre les permis de construire (qui devrait être ramené à 10 mois contre 2 à 4 ans actuellement), ou le renforcement de la lutte contre l'habitat indigne, ont "fait consensus" lors de la conférence, a affirmé M. Mézard.

 

Quant à d'éventuelles modifications, beaucoup plus polémiques, de la loi SRU qui impose aux communes d'avoir 20% à 25% de logements sociaux, elles seront débattues au Parlement, a précisé le ministre, tout en affirmant refuser de donner tout "signal laxiste" sur le sujet.

 

De son côté, M. Larcher a salué la démarche "inédite" du président de la République Emmanuel Macron, qui avait accepté qu'un débat soit organisé au Sénat avec les acteurs du secteur, sur un avant-projet de loi. "Maintenant il faut des effets concrets, sans quoi ça n'aura été qu'un colloque de plus", a-t-il jugé.

 

Réaliser des études d'impact sur les mesures proposées

 

Le Sénat souhaite notamment que soient réalisées des "études d'impact" sur des mesures qui toucheront "l'un des premiers secteurs industriels du pays", le "secteur économique du bâtiment, de l'aménagement, de l'économie sociale et solidaire", a-t-il plaidé.

 

M. Larcher et M. Mézard présentaient ensemble les conclusions de cette conférence, qui a réuni 150 à 200 acteurs du secteur du logement, à chacune de ses cinq séances thématiques, depuis mi-décembre.

 

Quelque 650 propositions législatives, réglementaires ou opérationnelles ont été recueillies sur le site de cette conférence. Certaines seront intégrées au projet de loi Logement attendu au Conseil d'État mi-février puis en conseil des ministres fin mars.



Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1553 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Pose collée de carrelage en travaux neufs - NF DTU 52.2


Les toitures et terrasses végétalisées