Les tours en structure bois progressent rapidement

Les tours en structure bois progressent rapidement

Quelques chiffres pour situer ce marché qui suscite toujours de l'intérêt : 14 étages pour le plus haut bâtiment livré, 24 étages en construction, 300 m à l’étude....






La progression des bâtiments de grande hauteur en structure bois est rapide. Depuis 2009, 27 bâtiments en structure bois ou mixte ont été livrés dans le monde. Le premier était Stadthaus, construit en CLT (Cross-Laminated Timber, panneaux de bois structurels en lamellé-croisé-collé) à Londres et livré en 2009.

 

La France en compte deux : la Maison de l’Inde (7 étages) à Paris, construite en structure mixte bois/béton et livrée en 2013, deux immeubles de 26 logements sociaux, dont un R+7 étages entièrement en CLT pour les murs, les plafonds et la toiture, livré en 2014 à Saint-Dié des Vosges.

 

Construite par le Toit-Vosgien, la résidence Jules Ferry à Saint-Dié des Vosges - structure bois, isolation thermique en paille et labellisée Passivhaus – est pour l’instant le plus haut bâtiment en structure bois en France.

 

 

Selon l’organisme britannique " Confederation of Timber Industries " , les projets sont plus nombreux que les bâtiments livrés ou en cours. ©Confederation of Timber Industries 

 

 

48 m livrés à Bergen (Norvège)

 

Le plus haut bâtiment bois livré à ce jour dans le monde est The Treet à Bergen en Norvège : 14 étages, 48 m et 62 logements, livrés en 2015 et conçus par le cabinet d’architecture Artec, le BE structures SWECO Norway. Voulue par le promoteur BOB, cette tour, entièrement en structure bois, est construite de manière très particulière.

 

Le site est au bord du fjord. Des pieux en acier forment l’assise des fondations. Un sous-sol de béton a été coulé sur place. Ensuite, sur la dalle de béton de 21 x 23 m, des modules bois 3D de 8 x 5 m ont été empilés sur 4 niveaux. Préfabriqués par l’estonien Kodumaja, ces modules ont été livrés par bateau jusqu’au pied du chantier. Une fois les 4 niveaux 3D empilés, une structure poteaux/poutres est montée comme un exosquelette. Cette structure a été préfabriquée par le norvégien Moelven.

 

Au centre, un emplacement destiné aux cages d’ascenseurs et d’escalier est constitué de modules en CLT, grutés en place. Au cinquième niveau des poutres en lamellé-collé d’une hauteur d’étage assurent la rigidité de ce premier ensemble de 5 niveaux. Des caissons préfabriqués sont introduits entre ces poutres.

 

Ensuite, on recommence : un montage identique – caissons 3D sur 4 niveaux, exosquelette en lamellé-collé, poutres hauteur d’étage au 10e niveau - repose sur la structure horizontale du cinquième niveau. Les poutres hauteur d’étage du 10e niveau fournissent l’appui pour les 4 derniers niveaux, construit de la même manière.

 

 

The Treet à Bergen est pour l’instant le plus haut bâtiment à structure bois construit et livré dans le monde. ©BOB

 

 

 

 

84 m en construction à Vienne en Autriche

 

Début 2018, seulement cinq projets de bâtiments en structure bois sont en construction dans le monde, aucun en France. Même si plusieurs projets sont à l’étude, leur construction n’a pas démarré. Si les bâtiments déjà construits font appel en majorité à une structure bois en CLT, les tours en construction augmentent les hauteurs et recourent à des structures mixtes bois/béton ou bois/acier poru les projets dépassant 13 niveaux.

 

Trois projets en cours - Sancturay (7 niveaux à Yoker - Royaume-Uni), Dalston Lane (9 niveaux à Londres - Royaume-Uni) et Origine (13 niveaux à Québec - Canada) - utilisent seulement du CLT. Deux autres - TallWood House at Brock Commons (18 étages à Vancouver - Canada) et HoHo (24 étages à Vienne - Autriche) - sont construits en structure mixte bois (CLT et Lamellé-collé) / béton.

 

La tour HoHo, en construction dans le quartier Seestadt Aspern de Vienne, sera livrée en 2018. Ses deux bâtiments jumeaux, de 24 étages pour 84 m de haut, abritent un hôtel, un restaurant, un centre de Wellness, des logements et des bureaux.

 

Conçue par les architectes Rüdiger Lainer & Partner (RLP), la structure sera composée d’un cœur en béton (24% du total) autour duquel prendra place une structure bois (76%) en poteaux lamellé-collé en périphérie du bâtiment, avec remplissage horizontal (les sols) et vertical (partitions et façades) en CLT. Les éléments de structure bois en CLT sont solidarisés au cœur béton qui abrite les circulations verticales (ascenseurs, escaliers, gaines pour les fluides). A sa livraison, ce bâtiment sera le plus haut jamais construit en structure bois.

 

 

 

HoHo, 24 étages dans un quartier de Vienne en Autriche, sera la plus haute tour en bois livrée en 2018. ©RLP

 

 

 

300 m à l’étude à Londres (Royaume-Uni)

 

Il devrait être dépassé par des bâtiments en projet, dont la tour Oakwood Timber à Londres, proposée par le cabinet PLP / Architecture et le BE structures Smith and Wallwork en 2016 : 80 étages et 300 m de haut pour abriter 93 000 m² de plancher, accueillant 1000 logements et des bureaux. C’est à ce jour le plus haut projet de tour en structure entièrement bois.

 

Les concepteurs ont imaginé un exosquelette en poteaux et croix de Saint-André en lamellé-collé, complété par des poutres en lamellé-collé à chaque niveau qui supportent des caissons en CLT contenant de l’isolant thermique et acoustique incombustible, formant les plancher/plafonds. Les éléments de structure verticaux d’un seul tenant embrassent 4 niveaux d’un coup. Les croix de Saint-André se déploient sur 16 niveaux.

 

Ce projet n’a pas encore démarré. Il n’est pas abandonné non-plus, mais il a déjà permis à PLP de concourir pour d’autres projets bois de grande hauteur en Europe. En France, une proposition de tour en structure bois, destinée à un site « Réinventer Paris » entre la Porte Maillot et la Porte des Ternes n’a pas été retenu.

 

Baptisé Baobab, conçu par l’architecte canadien Michael Green entièrement en CLT, ce bâtiment devait atteindre 35 étages et 120 m de haut. Michael Green est l’un des principaux apôtres de la construction bois de grande hauteur. Il a d’ailleurs publié « The case for tall wood buildings », un livre pionnier sur ce thème, dont la seconde édition est librement accessible en PDF.

 

 

 

Le projet Oakwood Timber à Londres a été un exercice de calcul en vrai grandeur. Il ne sera peut-être jamais construit. Mais PLP/Architecture utilise l’expérience acquise lors de ce projet pour participer à d’autres concours de bâtiment bois de grande hauteur en Europe. ©PLP/Architecture

 

 

En France, les projets se multiplient

 

En France, plusieurs acteurs poussent au développement de bâtiments bois de grande hauteur. En septembre 2017, l'institut FCBA (le centre technique de référence pour toutes les industries du bois, notamment la construction) a organisé le premier congrès international Woodrise à Bordeaux, entièrement consacré à ce thème.

 

De son côté, ADIVbois (Association pour le Développement des Immeubles à Vivre Bois) a dévoilé le 12 septembre dernier, les 13 lauréats de son concours « Les Immeubles à Vivre Bois » : 7 sites soutenus par le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) et 6 sites locaux. Cela va du R+6 au R+15. Ces projets sont à différents stades de maturité, mais devraient tous être menés à bien.

 

A Bordeaux, dans l’opération d’aménagement Bordeaux Euratlantique, les architectes Jean-Paul Viguier et Associés (1) vont construire la tour Hyperion avec Woodeum et pour Eiffage Immobilier Sud-Ouest, promoteur et Maître d’Ouvrage.

 

Tout prêt de la gare LGV Saint-Jean, l’ensemble tout en bois de 17 000 m² de surface bâtie, se compose d’une tour de 57 m (7 000 m², 98 logements), d’immeubles de logements bas (5 700 m², 78 logements), d’immeubles de bureaux (3 900 m²), de commerces, d’activités et d’un parking de 151 places. L’ensemble doit être livré en 2020.

 

Juste à côté, la tour Silva, proposée par le maître d'ouvrage Kaufman&Broad et Art&Build Studio Bellecour à la maîtrise d'œuvre, atteindra 50 m de haut pour 18 étages. Le projet Silva comprend 3 ensembles, totalisant une surface de 17 700 m², répartis entre 14 200 m² de logements certifiés NF Habitat HQE, 3 000 m² de bureaux labellisés BREEAM "very good", 500 m² de commerces et un parking silo. La tour Silva aura, elle-aussi,une structure bois en exosquelette. Silva devrait être livré en 2019.

 

 

 

Tout un ensemble, conçu par Jean-Paul Viguier et Associes, dominé par la tour Hyperion du haut de ses 57 m, sera construit en bois (Woodeum) près de la nouvelle gare LGV de Bordeaux. ©Jean-Paul Viguier et Associes

 

 

 

 

La tour Silva, construite par Kaufman&Broad et Art&Build Studio Bellecour à Bordeaux, sera livrée en 2019. ©Art&Build

 

 

 

L’équipe composée de Reiulf Ramstad Arkitekter, CF Møller Architects, du BE structures allemand Bollinger + Grohmann Ingenieure, Baugrundinstitut Franke-Meißner und Partner et de l’ingénierie environnementale allemande Transsolar Climate Engineering ont remporté le concours du réaménagement de la gare centrale d’Oslo. Baptisé « Nordic Light », leur projet rassemble une tour en structure mixte bois/acier, revêtue de verre, et une large pergola à poteaux acier et couverture bois. ©Reiulf Ramstad Arkitekter

 

 

(1) Christophe Charon, architecte directeur de projet ; David Sebastian Martin, chef de projet ; Léa Desbiens, Fiona Dunlop, Alexandra Bertin, Nini Byrelid, Beat Meier, Pierre Resceurio, Enrico Cigolotti, Christel Catteau, Samuel Locus, Frédérique Heisch, Ronan Malle, membres de l’équipe ; Justine Duhautois avec Alberto Vasquez pour l’architecture d’intérieur



Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (77 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Les enduits de façade - NF DTU 26.1