Alkern développe des solutions maçonnées bio-sourcées

Alkern développe des solutions maçonnées bio-sourcées

Premier fabricant indépendant de produits préfabriqués en béton, en France et en Belgique, le Groupe développe des solutions bio-sourcées et vise l’économie locale.





Poussant sa Recherche & Développement du côté de l’écologie, Alkern présente sur le marché une offre de blocs bio-sourcés porteurs et isolants. Le premier né de cette nouvelle génération de solutions constructives est le Naturbloc Bois, un bloc bio-sourcé, porteur et isolant, sous Avis Technique (voir encadré).

 

Mis au point en partenariat avec Ciments Calcia, le second, Naturbloc Miscanthus, est un bloc porteur constitué à 60 % en moyenne de broyats en substitution des granulats naturels, qui allie performances thermiques, acoustiques et environnementale. Alkern confirme ici sa volonté de développer les solutions bio-sourcées utilisant des ressources locales.

 

Développer l’économie locale

 

En effet, le miscanthus est une plante qui a notamment l’avantage d’être particulièrement productive (12 tonnes par hectare). Elle est aussi résistante, s’adaptant aux terres polluées, dégradées ou délaissées, ce qui intéresse à la fois élus locaux et agriculteurs.

 

Avec près de 450 ha plantés dans la région châlonnaise, les coopératives du Territoire se sont ainsi impliquées tout comme bon nombre d’industriels, en vue de structurer une filière régionale complète et de boucler le cercle vertueux de la bio-économie locale. L’obtention d’un ATEx est prévue fin 2017, tandis qu’un chantier porteur de l’ATEx  doit démarrer à Chanteloup-en-Brie (77) en février 2018.

 

Hautes performances thermiques

 

En parallèle, Alkern poursuit le développement de sa gamme à haute performance thermique avec le lancement de son bloc Kosmo City, rempli de mousse minérale Airium. Ce bloc de 20 cm de section, fabriqué à base de granulats légers est isolant, résistant, 100 % minéral et recyclable, coupe-feu et facile à poser.

 

Destiné aux maçonneries isolantes des logements collectifs, il affiche une résistance thermique exceptionnelle pour cette largeur de bloc avec un R = 1,7 m2.K/W. Son REI est de 180 sur mur enduit. Enfin, il permet un affaiblissement acoustique aux bruits extérieurs jusque 55 dB et peut être déposé sans tri dans les bennes retours chantiers (DIB).

 

Alkern poursuit le développement de sa gamme à haute performance thermique avec le lancement de son bloc Kosmo City, rempli de mousse minérale Airium

 

Un bloc béton allégé

 

100 % recyclable, Naturbloc Bois (18 kg, 20 x 20 x 50 cm) est réalisé à partir de copeaux de bois issus de palettes usagées, intégrant un volume de 28 kg de bois/m2 de mur. D’une forte résistance mécanique, il peut contribuer à la réalisation de maisons individuelles ou de petits collectifs jusqu’à R+2.

 

Sa résistance thermique est en outre de R = 0,85 m2/W.  Il est aussi coupe-feu durant 240 mn sous 175 kN/ml et se double d’un affaiblissement acoustique optimal aux bruits extérieurs de Rw+Ctr = 50 dB (mur nu) / 45 dB (100 mm PSE) / 64 dB (100 mm Laine de verre) / 60 dB (120 mm Laine de bois).

 

Sa pose maçonnée traditionnelle respecte le savoir-faire des compagnons maçons et son poids allégé réduit la pénibilité sur chantier. Il ne nécessite pas le coulage d’un noyau béton pour assurer la reprise de charge et est compatible avec tout type d’isolation, intérieure ou extérieure.

 


Source : batirama.com / Michèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (901 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique