IFA 2017 (03) Berlin : des équipements utiles pour les entreprises

IFA 2017 (03) Berlin : des équipements utiles pour les entreprises

Depuis de puissantes batteries portables jusqu’au détecteur de radon, on trouve à IFA toutes sortes d’équipements utiles en maintenance et sur les chantiers.





Au salon IFA à Berlin, on trouve de tout, des machines à laver connectées, des fours qui vont chercher les recettes sur internet tout seuls et s’auto-programment … Tout ça peut paraître un peu vain.

 

Mais, heureusement, au détour des allées des 26 pavillons occupés par IFA, on tombe par hasard sur des équipements vraiment utiles pour les entreprises. En voici quelques-uns, sans ordre particulier, reflétant ainsi la pagaille créatrice du salon IFA.

 

 

 

Voici au premier plan, le panneau photovoltaïque repliable Sun Charge 20 Wc du français Otonohm. ©PP

 

De puissantes batteries et chargeurs de batteries

 

La batterie de la voiture est morte, vous ne pouvez plus démarrer ? L’entreprise française Otonohm a la solution. Installée près de Lille, Otonohm propose une gamme étendue de chargeurs, de batteries externes et d’accessoires.

 

Raccordé à une simple batterie externe de 5600 mAh, son Booster G11 est à la fois un chargeur pour appareils USB et un chargeur rapide pour batteries 12 V de deux-roues ou de citadines à essence.

 

Axé sur l’indépendance, Otonohm propose toutes sortes de solutions pour assurer l’autonomie des utilisateurs : des panneaux solaires pliables Sun Charge de 10 (75 €) ou 20 Wc (107 €), des stations de charge, …

 

 

Le sac Travel Charge qui contient batteries, stations de rechange, offre des prises USB, une prise 230 V, etc. ©PP

 

 

Powerlamp d’Otonohm est à la fois une lampe de secours étanche et un chargeur de batterie (3400 mAh) pour appareil doté d’un connecteur USB. ©PP

 

Le tout numérique devient pesant

 

Son Dock Station de charge (168,99 € TTC) comporte 8 prises de charge USB et une prise allume-cigare. On glisse dans le corps du Dock, n’importe laquelle des batteries Otonohm jusqu’à 30 000 mAh. Avec un convertisseur 12/230 V, il peut fournir du 230V.

 

Pour le travailleur nomade, le sac à dos Travel Charge (209,98 € TTC) transporte une batterie jusqu’à une capacité de 111 Wh, offre une prise 230 V, 4 prises USB et une prise allume-cigare, tout en disposant d’assez d’emplacements pour transporter en plus les multiples appareils – ordinateur, tablette, smartphone – que le travailleur nomade trimballe en permanence. Le tout numérique commence à peser son poids !

 

 

 

Goji, une entreprise nantaise fait des bijoux connectés qui vibrent en fonction de l’identité de l’appelant. Elle étudie la transposition de son savoir-faire à des applications pour travailleurs isolés, notamment en BTP. ©PP

 

Passer des bijoux connectés aux chantiers BTP

 

Goji, le bijou connecté design et français, va bientôt se retrouver sur des chantiers du BTP. Conçu et produit à la main par une start-up nantaise, le bijou Goji est un bracelet connecté au smartphone. Il vibre et, avec l’app Goji, l’utilisateur peut programmer l’intensité et la longueur des vibrations en fonction de l’identité de la personne qui lui téléphone.

 

Cette technologie est en passe d’être adaptée au monde du BTP. Goji travaille sur le problème des travailleurs isolés avec plusieurs grands acteurs du BTP. Le personnel d’astreinte, par exemple, pourra être prévenu directement par l’installation avec divers types de vibrations, en fonction de la nature et de l’urgence du problème.

 

La technologie peut aussi fonctionner dans le sens inverse : elle détecte l’immobilité pendant une durée programmée à l’avance, transmet un message au smartphone qui alerte les secours.

 

 

PUP est un tout petit scanner manuel. Il est tout de même capable d’archiver l’équivalent de 2000 pages A4, au format texte. ©PP

 

 

Son calibreur laser et ses LEDs permettent d’utiliser le scanner PUP même dans des pièces sombres. ©PP

 

Le scanner manuel pour la maintenance

 

PUP Scan, une autre entreprise française, propose PUP, le « mini scanner le plus rapide du monde ». De la taille d’un stylo un peu épais, il s’utilise à l’aide d’un seul bouton et sans ordinateur. Un cadreur laser intégré garantit un cadrage toujours réussi du texte à scanner.

 

Il est capable de scanner directement des documents du format A3 (42,04 x 29,73 cm) au A8 (7,43 x 5,26) et sait reconstituer des documents A1 ou A2 à partir de plusieurs scans. Grâce à son éclairage LEDs, il scanne dans une pièce sombre.

 

PUP stocke l’équivalent de 2000 pages A4 dans sa mémoire intégrée et offre une autonomie de 8 heures en fonctionnement continu. Il s’agit d’un scanner : il fait de la reconnaissance de caractères dans 100 langues différentes et produit des fichiers textes au format TXT ou PDF, mais aussi des images en JPG, PNG ou TIFF.

 

Et communique tout ça en WiFi ou par ses ports USB 2. 0 et USB Type-C. Imaginez tous les avantages que l’on peut tirer d’un tel équipement en maintenance. Plus personne ne connaît le modèle de la vieille pompe qui vient de tomber en panne. Il suffit de scanner sa plaque signalétique et de faire une recherche sur internet, par exemple.

 

 

 

Le taïwanais Edimax conçoit et fabrique à la demande des capteurs de qualité d’air intérieur. De base, ses capteurs mesurent température et humidité relative. Ensuite, ils sont capables de détecter des particules fines de différents calibres et de mesurer des concentrations de 5 COV différents. ©PP

 

Détecteur de qualité de l’air intérieur

 

Le taïwanais Edimax conçoit et fabrique des détecteurs de qualité de l’air intérieur correspondant exactement aux spécifications de ses clients. Il dispose de plusieurs gammes de produits. Le détecteur AI-1001W V2 mesure la température et l’humidité ambiante, mais aussi le taux de particules PM2,5.

 

Son détecteur AI-2002W mesure température et humidité relatives, les concentrations de particules fines PM2,5 et PM10, le CO2 et jusqu’à 5 COV (composés organiques volatiles) qu’il faut définir à la commande (Formaldéhyde, etc.).

 

Edimax ne vend pas directement son sa marque, il conçoit et fabrique pour d’autres, avec une attention particulière portée à la consommation de ses divers détecteurs, de manière leur assurer la plus grande autonomie possible.

 

 

 

Le norvégien Airquality propose un détecteur de radon connecté, avec une application capable de restituer en temps réel les données mesurées. ©PP

 

Une Directive Européenne sur le Radon

 

Il faut aller au salon IFA à Berlin pour apprendre qu’il existe une Directive Européenne sur le radon. Le Radon est un gaz radioactif naturel, incolore et inodore. Il est présent un peu partout, mais avec des concentrations différentes : les régions granitiques, par exemple, sont favorables à des concentrations plus importantes.

 

Il pénètre dans les bâtiments à travers des défauts d’étanchéité des sous-sols. En Europe, l’inhalation de Radon est la principale cause de cancer des poumons chez les non-fumeurs. La Directive Européenne 2013/59/Euratom s’applique notamment « à l’exposition des travailleurs ou des personnes du public au radon à l’intérieur des bâtiments ».

 

Les Etats Membres de l’Union Européenne, ont jusqu’au 6 Février 2018 pour la transposer. A cette date, ils devront rendre obligatoire le monitoring du radon dans les logements, les bâtiments publics et les lieux de travail.

 

 

L’application Airquality est  aussi en mesure d’archiver les données de mesure de radon pour les restituer sous fome de courbes sur des périodes d’une semaine à un an. ©PP

 

Détecter le Radon

 

Fort opportunément, l’entreprise norvégienne AirThings propose à IFA son détecteur Wave. Installé au mur, Wave embarque deux piles AA. Ce qui lui donne une autonomie d’un an et demi, environ. Il détecte la température, l’humidité relative et les niveaux de radon.

 

Ces données sont archivées dans le cloud grâce à la communication WiFi entre le détecteur et la box internet du logement. L’application gratuite (Android et iOS) Airthings restitue sur smartphone et tablette, les données en temps réel et l’analyse des données archivées par mois, semaine, année, etc.

 

Localement, le détecte affiche un cercle lumineux sur sa façade : vert (tout va bien), jaune (activez la ventilation) ou rouge (enclencher d’urgence une ventilation maximale). D’une manière générale, la Directive européenne fixe à 300 Bq/m3 (Becquerel/m3), la concentration de radon à ne pas dépasser dans les bâtiments.


 

Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1584 votants)
Oui
Non
 

Boutique


Le petit dicobat