L’industrie du Béton contribue à l’aménagement des territoires

L’industrie du Béton contribue à l’aménagement des territoires

 

Lors de sa dernière Assemblée Générale, la Fédération de l’Industrie du Béton (FIB) a pu montrer l’étendue de sa contribution à la transition énergétique.

 





C’est dans le cadre imposant du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) que les industriels du béton ont fermement indiqué leur intention d’œuvrer sur tous les fronts afin de démontrer leurs capacités à relier les problématiques de logement, d’urbanisme, d’emploi, de gestion des déchets ou de circuits courts.

 

Il est également dans leur visée d’informer tous les acteurs de la construction qu’ils sont en mesure de répondre aux nouveaux défis économiques, environnementaux et sociétaux qui permettront d’imaginer la ville de demain, ainsi qu’à l’urgence de construire et de réaménager logements et infrastructures.

 

Pour revitaliser les territoires, véritables gisements d’activités, la Filière Béton s’est mobilisée pour interpeller les candidats aux élections présidentielles et législatives, au travers de plusieurs propositions.

 

Des territoires, gisements d’activités

 

« Qu’il s’agisse de conjuguer optimisation de l’espace urbain et qualité de vie, renforcer les liens entre métropoles et territoires ou encore revaloriser l'excellence française en matière de construction, les réponses de la filière béton s’inscrivent dans une vision plus globale des territoires, acceptable par la société et les usagers », devait expliquer Raoul de Parisot, président de la Filière Béton.

 

« Ancrée dans la nouvelle économie, numérique et de fonctionnalité, ses contributions sont essentielles pour favoriser le maintien des emplois dans les territoires, prendre en compte leur diversité et connecter milieux ruraux, urbains et pe?riurbains », devait-il ajouter.

 

Par ailleurs, avec la prise en compte de la réduction carbone et de la diminution de l’empreinte environnementale, ainsi que la généralisation des bâtiments publics à énergie positive, la future réglementation pour les bâtiments neufs E+C- (Énergie Positive & Réduction Carbone), qui concerne tous les matériaux, connait une accélération avec le lancement de l’expérimentation E+C- et du label associé.

 

Anticiper E+C-

 

Pour les industriels du béton, cette nouvelle réglementation doit aussi être acceptable, en termes de coût pour les promoteurs et les propriétaires. Sa phase expérimentale de 18 mois consiste à déposer des projets en phase de conception ou en phase de réalisation dans un Observatoire. Celui-ci se doit d’être représentatif dans ses choix, en termes de matériaux et de solutions.

 

L’Industrie du Béton se mobilise donc pour l’anticiper et faire valoir ses solutions préfabriquées, au travers d’expérimentations valorisant leur capacité à s’inscrire dans l’économie circulaire. A ce stade, les enjeux sont importants pour les grandes entreprises, et à fortiori pour les plus petites.

 

D’autre part, au niveau du « Plan national Déchets, Directive cadre déchets », les industriels sont déjà à l’œuvre, avec la mise à disposition de solutions qui permettent de préserver les ressources, mais aussi de limiter la production de déchets non réutilisés. Le programme de recherches du Cerib comporte ainsi plusieurs études dans ce domaine et participe aux projets nationaux Recybéton et Démodulor.

 

Des ouvrages faciles à déconstruire

 

Toujours avec l’appui du Cerib, les industriels du béton travaillent aussi à la réduction de l’impact de leur activité. Leur objectif est de concevoir des ouvrages faciles à déconstruire et de façon sélective, afin de trier et séparer les matériaux, puis les recycler. Enfin, du côté de l’assainissement, ils indiquent disposer d’une large panoplie de solutions pérennes et respectueuses de l’environnement.

 

Sur le plan conjoncturel, les produits préfabriqués en béton à destination du bâtiment se portent bien, enregistrant une croissance moyenne de l’ordre de + 3% sur l’année 2016. Plus précisément, on observe la reprise dans le secteur du logement pour le premier trimestre 2017, avec +7 % en volume pour les blocs béton, +11 % pour les poutrelles (armées et précontraintes réunies), +9,5 % pour les prédalles.

 

Un optimisme prudent

 

On assiste aujourd’hui à deux phénomènes : le premier concerne les entreprises de mise en œuvre qui ont parfois des difficultés pour répondre aux demandes et la contraction de l’activité des années précédentes ayant entrainé une réduction de la main d’œuvre. La seconde est de gérer au mieux cette reprise sur la durée.

 

La FIB affiche un optimisme prudent pour l’ensemble de l’année 2017. Les indicateurs avant-coureurs laissent entrevoir une hausse de l’ordre de +4 à +6% pour les produits à destination du bâtiment.

 

Le contexte est différent en matière de produits préfabriqués en béton à destination des travaux publics et du génie civil, le marché se stabilisant à 0,1 % pour 2016. On observe toutefois quelques évolutions positives sur le premier trimestre 2017, avec +9 % pour les regards, +2 % pour les tuyaux armés et +0,4 % pour les bordures, soit une croissance de +1,9 % pour l’ensemble de ces produits. 

 

Source : batirama.com / Michèle Fourret

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (654 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Les couvertures en tuiles


La pathologie des façades