Lyon-Turin : un énorme tunnelier prêt à creuser dès l'été

Lyon-Turin : un énorme tunnelier prêt à creuser dès l'été

Un énorme tunnelier baptisé Federica creusera dès l'été la galerie de reconnaissance, côté français, du futur tunnel transfrontalier de la ligne ferroviaire Lyon-Turin.





Oeuvre de la société NFM Technologies, dont le siège est à Lyon et qui a son usine au Creusot, ce mastodonte d'acier, formant un cylindre de près de 12 mètres de diamètre sur 135 mètres de long, devrait débuter "courant juillet" les travaux d'excavation d'une galerie de 9 km depuis Saint-Martin-de-Porte (Savoie).

 

Creusée dans l'axe et au diamètre du futur tunnel transfrontalier, la galerie constituera "les premiers 9 km du tube sud du tunnel de base", a précisé Mario Virano, directeur général de TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin), société responsable de la réalisation de l'ouvrage, en soulignant les économies ainsi réalisées.

 

"Cette galerie va être creusée dans la pire partie du massif alpin, où les rochers sont très élastiques, pour permettre de bien comprendre les spécificités de la roche et éviter les surprises géologiques", a-t-il ajouté.

 

57 km de long pour le tunnel ferroviaire

 

Pour le président de TELT, Hubert du Mesnil, la réception de ce tunnelier est une "étape symbolique franchie" dans ce projet où "la France et l'Italie ont uni leurs forces".

 

Le tunnel ferroviaire Lyon-Turin, de 57 km de long, a pour ambition de "diminuer le trafic routier" avec l'objectif de "transférer par an plus d'un million de camions de la route vers le rail, contre environ 30.000 par an actuellement", a ajouté M. du Mesnil.

 

Contesté par des opposants des deux côtés de la frontière, le projet de tunnel transalpin voit son "intérêt" compris "jour après jour", a assuré M. Virano. Le chantier, mené par un consortium de six entreprises - trois françaises et trois italiennes - mobilisera jusqu'à 450 personnes.

 

8,6 milliards d'euros

 

Le coût de la section transfrontalière du Lyon-Turin (comprenant le tunnel) est de 8,6 milliards d'euros, financés à 40% par l'Europe, 35% par l'Italie et 25% par la France. La réalisation de cette galerie de reconnaissance devrait prendre cinq à huit ans.

 

Côté italien, la galerie d'accès de La Maddalena à Chiomonte, qui devrait atteindre 7,5 km, est en cours de réalisation. Le début des travaux du tunnel principal sont envisagés à l'horizon 2017, pour une mise en service prévue en 2028-2029.

 



Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

4 Commentaires


platine
  • par Fred
  • 0
  • 0

Cette opposition est du même ordre que l'opposition aux énergies renouvelables, une surestimation des nuisances locales et une sous estimation des bénéfices globaux. Les discours habituels, qui à construit une ligne ferroviaire en bas de mon jardin juste pour faire du fric, etc...


platine
  • par Treompan
  • 0
  • 0

Merci des indications Fred, fabuleux chantier 12 ans de travail pour près de 500 personnes, 57 Kilomètres de galerie, plus de pollution poids lourds, pourquoi les écolos étaient contre?


platine
  • par Fred
  • 0
  • 0

Les roches sont dites élastiques si leur deformation est reversible et proportionelle aux contraintes appliquées par exemple un cristal qui vibre (un quartz de montre par exemple) a un comportement presque parfaitement elastique voir https://perso-sdt.univ-brest.fr/~jperrot/tectonophysic/rheo_final.pdf pour de plus amples informations.


platine
  • par Treompan
  • 0
  • 0

C'est quoi des roches élastiques?

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (720 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique