Désamiantage : une offre de formation sur mesure

Désamiantage : une offre de formation sur mesure

Un ancien ingénieur de prévention de l’Oppbtp se lance dans la formation en matière de désamiantage. Quelle que soit la taille de l’entreprise, Atibat apporte une réponse adaptée aux besoins professionnels, de l’information à l’accompagnement vers la certification.







Créée il y a 13 mois, Atibat suit déjà 12 entreprises dans leurs démarches en vue d’obtenir une des certifications nécessaires au retrait de matériaux amiantés à l’intérieur des bâtiment que délivrent Qualibat et Afaq-Afnor. Gérée par Bruno Lanyi, ancien ingénieur de prévention de l’Oppbtp installé à Noyal-sur-Vilaine (35), Atibat s’adresse à des entreprises de toutes tailles et issues de différents corps de métier. « Les entreprises que nous formons aujourd’hui ont entre 15 et 180 salariés et se situent en Bretagne mais aussi à Lyon, Bordeaux, Dijon, Lille et Toulon. Une seule est spécialisée dans les travaux de démolition et souhaite obtenir la certification amiante friable, les autres se répartissent principalement sur des activités de couverture, charpente et revêtement de sol (carreleur et solier moquettiste) et sont concernées par la certification amiante non friable. » De la recevabilité du dossier au certificat de qualification, Atibat accompagne les entreprises dans toutes les étapes de la démarche menant au précieux sésame. « Les procédures sont longues et fastidieuses pour ceux qui se lancent seuls », reconnaît Bruno Lanyi dont l’expérience au sein de l’Oppbtp lui permet de bien connaître le milieu et les contraintes inhérentes. De 14 à 16 mois en moyenne en solo, Atibat « coache » les entreprises et leurs salariés afin qu’elles décrochent leur certification en 6 à 7 mois en moyenne.

 

Informer et sensibiliser


La certification ne concernant que des entreprises dites « structurées », quid des artisans qui interviennent régulièrement pour des travaux de rénovation intérieure chez des particuliers et qui sont susceptibles de manipuler des matériaux amiantés ? « Je suis en contact avec les organisations professionnelles, FFB et Capeb, pour proposer des formations courtes de deux jours aux professionnels qui n’interviennent que ponctuellement et qui n’ont besoin que d’une attestation de compétence et de capacité en cas de contrôle. » Il s’agit de les sensibiliser aux risques en les informant et de les former à un mode opératoire simplifié : port du masque et de la combinaison, confinement et retrait des déchets en centre d’enfouissement.

 

Des services en plus


Atibat s’est créée autour d’une vraie notion de « service ». Ainsi, l’organisme de formation peut prêter du matériel aux entreprises qui ne seraient pas encore équipées pour leur audit « siège ». « Nous pouvons fournir des kit amiante qui comportent l’ensemble du matériel nécessaire à la bonne réalisation des chantiers (extracteur, unité de chauffe, aile de décontamination…). » Il assure également une veille réglementaire dans un secteur qui évolue régulièrement. Un nouvel arrêté du 22 décembre 2009 prévoir d’allonger la durée des formations de 5 à 10 jours pour la certification « amiante non friable » en enrichit le référentiel. Elle devrait être applicable au 1e juin 2011. Car d’autres évolutions sont annoncées, comme par exemple, une certification spécifique aux couvreurs pour les travaux de retrait extérieur ou encore une certification unique pour tous les travaux de retrait intérieur qu'il s'agisse d'amiante friable ou pas.


Source : batirama.com / Céline Jappé

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits

CoffraMur






Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (385 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1