DTU 14.1 - Travaux de cuvelage

DTU 14.1 - Travaux de cuvelage

Retrouvez ci-dessous toutes les informations relatives au DTU 14.1 - Travaux de cuvelage



Domaine d’application

 

Le DTU 14.1 “Travaux de cuvelage” précise les conditions de réalisation des travaux de cuvelage de la partie immergée de la structure résistante des bâtiments, y compris ses retours et les ouvrages solidarisés en béton. Il vise les trois types de cuvelage suivants :

  • avec revêtement d’imperméabilisation ;
  • à structure relativement étanche ;
  • avec revêtement d’étanchéité.

 

Le DTU 14.1 ne traite pas des structures résistantes et retours des parties immergées :

  • réalisées :
    • à partir de granulats lourds ou légers ;
    • en béton caverneux ou cellulaire ;
    • en gros béton ;
    • en maçonnerie d’éléments ;
  • d’ouvrages spéciaux pour lesquels des prescriptions particulières de mise en œuvre sont nécessaires ;
  • d’éléments préfabriqués non traditionnels sans Avis technique.

 

La version en vigueur de ce DTU, à la publication de cette fiche, est celle de mai 2000, corrigée en novembre 2000.

 

Critères de choix

 

Le choix de la réalisation d’un des trois types de cuvelage porte sur divers points dont notamment :

  • la destination des locaux ;
  • les conditions :
    • d’exploitation des locaux ;
    • d’accessibilité et d’entretien du revêtement de cuvelage ;
  • l’action de l’eau ;
  • le comportement de l’ouvrage et de ses fondations ;
  • les risques engendrés par la phase de construction ;
  • etc.

 

Un guide de choix est proposé en annexe A de la partie 1 “Cahier des clauses techniques” du DTU 14.1.

 

Mise en œuvre : l’essentiel

 

Cuvelage avec revêtement d’imperméabilisation
L’entreprise de gros œuvre doit, durant le chantier, préciser le niveau d’arase du cuvelage sur le béton.

Le béton doit être mis en œuvre selon le DTU 21. L’ouvrage résultant doit répondre aux vérifications de la catégorie D.

Le revêtement d’imperméabilisation doit être mis en œuvre également au niveau :

  • des planchers intermédiaires ;
  • des poteaux et murs porteurs ;
  • des ouvrages solidaires des retours tels que escaliers, rampes, etc.

Des aides au calcul de la longueur de cheminement de revêtement d’imperméabilisation sont données dans l’article 4 du DTU 14.1.

 

Les principaux types de revêtement d’imperméabilisation utilisés sont :

  • minces à base de mortier (épaisseur minimale totale du revêtement – couche d’accrochage comprise - supérieure ou égale à 3 fois le diamètre du plus gros granulat avec un minimum de 4mm en horizontal et 3mm en vertical) ;
  • épais à base de mortier (épaisseur minimale totale du revêtement de 30mm pour les parties horizontales et 24mm pour les parties verticales – couche d’accrochage comprise) ;
  • à base de résine ;
  • de minéralisation de surface (pénétration dans les capillaires des supports en béton armé).

Ils doivent être mis en œuvre selon les prescriptions indiquées dans leur Avis technique.

 

Une fois mis en œuvre, ils doivent :

  • sauf prescriptions particulières précisées dans les documents particuliers du marché, respecter une planéité équivalente à celle de la structure résistante ;
  • rester visibles et accessibles pour faciliter tout contrôle (absence de fuite par exemple) et toute réparation ultérieure. C’est notamment la raison pour laquelle l’aménagement des locaux et l’habillage des parois revêtues doivent être bien réfléchis. Sont donc admis certains ouvrages comme :
    • la mise en œuvre de contre-cloisons démontables ou avec trappe de visite ;
    • la réalisation d’un revêtement perméable à la vapeur d’eau ;
    • la projection d’un flocage pour les protections incendie des retours de cuvelage sur les planchers intermédiaires.


Cuvelage à structure relativement étanche
Le béton doit être réalisé conformément au DTU 21 et présenter une bonne compacité dans la masse. Il doit répondre aux vérifications de la catégorie D.
Tout comme le cuvelage avec revêtement d’imperméabilisation, les parois doivent rester visibles et accessibles pour faciliter tout contrôle (absence de fuite par exemple) et toute réparation ultérieure. L’aménagement des locaux et l’habillage des parois revêtues doivent donc être bien réfléchis. Des ouvrages comme ceux listés ci-dessous sont admis :

  • la mise en œuvre de contre-cloisons démontables ou avec trappe de visite ;
  • la réalisation d’un revêtement perméable à la vapeur d’eau ;
  • la projection d’un flocage pour les protections incendie des retours de cuvelage sur les planchers intermédiaires.


Cuvelage avec revêtement d’étanchéité
Le cuvelage peut être :

  • complété par des ouvrages externes (type préradier et voiles périphériques ou préradier et ouvrages de protection) ;
  • composé de deux structures résistantes, une externe et l’autre interne.

Les structures résistantes sont conçues et calculées selon les règles de calcul données dans l’article 7 du DTU 14.1.
Le gros œuvre doit être mis en œuvre selon le DTU 21. L’ouvrage résultant doit répondre aux vérifications de la catégorie C.
Les revêtements d’étanchéité peuvent être traditionnels ou monocouche (géomembrane ou membrane synthétique). Ils doivent être mis en œuvre dans les règles de l’Art préconisées par les fabricants dans les avis techniques.


N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du DTU 14.1. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le DTU disponible auprès de l’Afnor ou du CSTB.

 

 

Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Le secteur du bâtiment irait mieux depuis quelques mois, qu'en pensez-vous ? (2258 votants)
Oui, la reprise est bien là, les carnets de commandes se remplissent à nouveau
Non, le contexte économique reste très défavorable
Il est trop tôt pour se prononcer