Mitsubishi Outlander : PHEV hybride rechargeable

Mitsubishi Outlander : PHEV hybride rechargeable

Et si, en ce début d’année, on se faisait un petit plaisir ? Au diable les fourgonnettes et autres bennes ou cabines ! Faisons-nous plaisir.




Mais un plaisir partagé à la fois avec la planète et avec notre trésorerie… Un gros break 4x4 (ou SUV si on veut être dans l’air du temps) hybride qui nous ferait économiser tous les ans la TVS, ou Taxe sur les Véhicules de Société : un Mitsubishi Outlander PHEV hybride.

 

Comment ça marche ?

 

Une petite explication pour commencer : PHEV signifie Plug-in Hybrid Electric Vehicle ou, en français, véhicule électrique hybride rechar­geable. En effet, l’Outlander PHEV est le premier véhicule avec deux moteurs électriques à charge autonome et 4 roues motrices en permanence.

 

 

Normalement, un véhicule hybride associe un moteur essence avec un électrique, mais sur l’Outlander, des moteurs électriques, il y en a trois, alimentés par un pack de batteries de 120 kg (d’une capacité de 12 kWh). Deux à l’avant de 82 ch fournissant 137?Nm de couple sur chaque train et un troisième à l’arrière qui transforme l’énergie mécanique du moteur essence (4 cylindres 2 litres de 121 ch et 190 Nm de couple) en électrique.

 

La particularité de cet Outlander, doté d’une transmission intégrale permanente, est de ne pas avoir d’arbre de transmission, tout se faisant électroniquement. L’ensemble est capable de développer une puissance maximale cumulée de 204 ch. Comme dans tout hybride, le moteur essence vit sa propre vie. Parfois il tourne, parfois il ne tourne pas, parfois il transmet sa puissance à un générateur, parfois il l’envoie aux roues.

 

C’est un ordinateur central qui commande tout cela. La gestion entre les différents modes de fonctionnement est entièrement automatique et le passage d’un mode hybride à l’autre est indétectable. Ce qui nous donne une consommation théorique d’à peine 1,9 l/100 et 44?g/km de CO2.

 

Ce faible impact environnemental théorique lui vaut l’exonération permanente de la TVS pour les sociétés (à titre d’exemple, un Outlander à motorisation diesel est imposé de plus de 3.000 €/an).

 

Une esthétique discrète

 

Nous sommes face à un gros break familial de 4,65 m de long et 1.810 kg. Un regret, l’esthétique trop discrète, limite banale. Les 4x4 ne sont plus ce qu’ils étaient… Ce Mitsubishi est pourtant convaincant par sa construction.

 

 

En effet, on voit de plus en plus d’autos avec des pièces de carrosserie en plastique pour réduire le poids. Mais il suffit de manier l’une des grandes portières de l’Outlander pour comprendre que ce n’est pas le cas ici. Le véhicule est solide et mieux insonorisé contre les bruits d’air que les versions à moteur thermique avec, par exemple, des vitrages de portes avant de 4 mm d’épaisseur (au lieu de 3,5 mm) et un pare-brise à isolation phonique.

 

Bel espace intérieur

 

On est assis à bord plus haut que dans une berline classique et le volume intérieur est très grand avec une habitabilité excellente à toutes les places. Le PHEV est agréable à vivre à l’avant comme à l’arrière.

 

 

Voici un véhicule où un homme de plus d’1,85m ne touche pas le plafond aux places arrière. La banquette est réellement utilisable par 3 personnes et l’espace pour les bagages ne manque pas. La finition est sérieuse. Bien présenté, l’habitacle ne souffre d’aucun véritable défaut.

 

Il propose un bon système audio, une sellerie cuir, un système d’ouverture et de démarrage sans clé, une climatisation automatique bi-zone très puissante, des phares bi-Xenon, un hayon à fermeture électrique, le bluetooth, une caméra de recul, un combiné GPS/ordinateur de bord et le freinage automatique en cas de voiture trop lente devant.

 

Une conduite dynamique

 

N’oublions pas que nous sommes en présence d’un engin gros et lourd, mais qui propose un rayon de braquage de seulement 5,30 m. Avec la batterie chargée, l’Outlander PHEV démarre en mode électrique (on ne l’entend pas démarrer) et il y reste jusqu’à la décharge complète.

 

Il est remarquablement silencieux jusqu’à 90/100 km/h. Ce n’est qu’à 130 km/h qu’il se rappelle aux occupants. Côté performances, il ne s’en sort pas mal. En pur électrique, on pouvait craindre que les 82 chevaux soient un peu légers pour les 1.800 kg de l’engin, mais les deux moteurs fournissent un couple très généreux. Ce qui lui permet d’offrir des accélérations honnêtes au regard de son poids (11 s sur le 0 à 100 km/h, mieux que les versions thermiques malgré sa surcharge pondérale).

 

Ce mode tout électrique suffit pour suivre le flot de la circulation en ville, (où la propulsion électrique est toujours aussi agréable) et le thermique est rarement mis à contribution. Quant au comportement sur route, il est plutôt sain : efficace et sûr. L’Outlander se montre dynamique sur chaussée sinueuse malgré des mouvements de caisse un peu trop prononcés dans les courbes.

 

L’inertie due aux 300 kg supplémentaires de cette version par rapport à la diesel ne se ressent pas trop dans les virages, les batteries centrées permettant de bénéficier d’un centre de gravité abaissé de 30 mm par rapport à son homologue à moteur thermique et d’une excellente répartition des masses entre l’avant et l’arrière. Côté confort, il se montre plutôt recommandable en digérant bien les aspérités de la route.

 

Quant à la consommation, celle d’un hybride rechargeable est difficile à mesurer, puisque tout dépend de la fréquence à laquelle on recharge. Mitsubishi évoque une consommation d’1,9 l/100 km en cycle mixte. Une frugalité très théorique, à moins bien sûr de privilégier le fonctionnement en mode électrique et de recharger la batterie le plus souvent possible, idéalement après chaque trajet de 30 à 40 kilomètres.

 

Les 5,8 l/100 km annoncées pour le seul moteur thermique, batterie à plat, sont déjà plus représentatifs. Sur autoroute, il demande environ 9 l/100 km. Cela correspond à la consommation maximale en France, aux allures légales. Un diesel aurait été un peu plus sobre, mais un modèle à moteur essence et boîte automatique aurait consommé bien plus.

 

Ce beau véhicule intéressera surtout les citadins l’utilisant quotidiennement sur de courtes distances en tout-électrique pour se rendre au travail. Il se révèlera, au besoin, un excellent voyageur au long cours. Reste le prix d’achat plutôt dissuasif de 44 917 € HT, mais grâce à l’exemption permanente de TVS, l’investissement de départ sera amorti un peu plus rapidement, mais à condition, là encore, de privilégier les courtes distances et l’usage en tout-électrique.
 




Le Mitsubishi Outlander PHEV Intense à partir de 32 583 € HT*

 

Lancé sur le marché français en mars dernier dans sa version Instyle, l’Outlander PHEV s’est enrichi en fin d’année d’une version Intense à 36 583€ HT. A ce prix, il se place ainsi parmi les moins chers du marché des hybrides rechargeables.

 

Très bien équipé ce modèle inclut notamment : système de navigation avec écran 7 pouces, caméra de recul, limiteur et régulateur de vitesse avec commandes au volant, système mains-libres Bluetooth, jantes alliage, rails de toit.

 

Pour les professionnels éligibles à la TVS, il offre 20% d’avantage fiscal la première année. Soit 36 583€ desquels on déduit 4000€ de bonus écologique + 2 200€ d’économie sur le malus écologique (pour un modèle équivalent en BVA 162g CO2) + 2 916€ d’économie sur la TVS +?20€ d’économie sur la taxe sur le carburant + 262€ de carte grise offerte (base Bourgogne et 5CV).

 

* bonus écologique inclus

 

Chargement/habitabilité


Comme l’architecture de l’Outlander de troisième génération a été pensée dès le départ pour l’électrique, l’ajout des deux moteurs électriques comme du pack de batterie n’affecte aucunement l’habitabilité, et très peu la capacité du coffre.

 

Par rapport à l’Outlander thermique, l’hybride perd 14 litres de volumes de coffre (463 litres contre 477). Et malgré les batteries sous le plancher au centre du véhicule, la garde au sol est identique (190 mm) à celle de la version diesel. Le réservoir de carburant de 45 l (contre 60 l pour l’Outlander à moteur thermique) prend place derrière les batteries.

 

Qui se rechargent au choix, de manière lente sur une prise domestique de 10 ampères en 5 heures ou de 16 ampères en 3 h 30 à l’aide d’un câble de recharge de 5 m livré avec le véhicule ; Mais l’auto possède aussi en standard un port Chademo pour recharger en 30 minutes. Il y a un peu plus de 1000 de ces bornes en Europe.

 

 

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
Moteur

Cylindrée

1998 cm

Nombre de cylindres

4

Nombre de soupapes par cylindre

4

Puissance fiscale

5 CV

Carburant

Hybride essence / électrique

Boîte de vitesses

Automatique

Nombre de vitesses

1

Moteur électrique : kW

120 kW

Nm : carburant alternatif

190 Nm

Régime moteur à couple maxi : carburant alternatif

4500 Nm

Puissance Din

190 ch à 3800 t/min.

Dimensions

Longueur

4655 mm

Largeur

1800 mm

Hauteur

1680 mm

Nombre de places assises

5

Poids à vide

1810 kg

Performances / Consommation

Accélération de 0 à 100 km/h

11 s

Consommation mixte

1.9 litre/100 kw

Vitesse maximum

170 km/h






Source : batirama.com / Mirco Benassi

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (18 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

Prédalles THERMIK

Sous-couche universelle Absolue