Energies renouvelables: Qualit’EnR parie sur la mention RGE

Energies renouvelables: Qualit’EnR parie sur la mention RGE

Qualit’EnR, organisme de qualification des entreprises spécialistes des énergies renouvelables dresse le bilan de ses formations et de la mention RGE, toujours en hausse.





Au 1er novembre 2014, l’Ademe recensait 21 500 entreprises RGE (reconnues garant de l’environnement) détenant 50 000 qualifications et certifications dans le domaine de la rénovation énergétique et des énergies renouvelables (EnR).

 

Sur les 12 500 qualifications EnR délivrées au total (1), Qualit’EnR en compte 12 000, ce qui représente 8 000 entreprises. Une prédominance liée au statut historique de l’organisme spécialisé dans les EnR dès sa création en 2006 et qui délivre 5 signes de qualité (2) désormais.

 

La mise en place du dispositif RGE (voir ci-dessous) a dopé l’activité de Qualit’EnR. « Nous enregistrons 700 à 800 nouvelles demandes par mois, issues d’entreprises non qualifiées » indique André Joffre, président de l’organisme qui garantit d’ailleurs un traitement de dossier sous les 5 jours ouvrés. Un formulaire en ligne de qualification devrait prochainement être lancé sur internet.

 

Formation : + 15 % en 2014

 

Mais avant d’être qualifiée et de bénéficier de la mention RGE, l’entreprise doit former un ou plusieurs référents techniques. Et dans le domaine des EnR, les entreprises doivent suivre des formations spécifiques de plusieurs jours, (différentes de celles proposées par le dispositif FEE Bat) dans un centre de formation conventionné (il existe 250 plateformes pédagogiques), avec une évaluation finale.

 

En 2014, l’organisme relève une nouvelle hausse de son activité (+ 15 %) avec un objectif de 10 000 professionnels formés sur l’année. En 2013, il avait enregistré une hausse record de 67 % avec 8 834 stagiaires. Au total, et depuis sa création, Qualit’EnR a donc formé quelque 60 000 professionnels.

 

Quant aux demandes de formation, elles connaissent un essor important dans le bois (+ 42%) et les pompes à chaleur (+ 50 %). Concernant le bois, le succès des chaudières et des poêles auprès des particuliers (35 000 unités vendues par an) ne se dément pas. « Il reste une marge de progression dans le bois » confirme André Joffre qui ajoute : « Dans le domaine des pompes à chaleur, il manque un millier d’entreprises qualifiées ».

 

Une nouvelle qualification : Qualiforage

 

Le secteur solaire, lui, fait plutôt grise mine (- 17 %), avec la chute du marché et le nombre déjà important de professionnels formés. « Le marché du photovoltaïque est en attente d’un cadre, faute de crédit d’impôt, et l’autoconsommation demande aussi la mise en place d’un cadre juridique » précise André Joffre.

 

Qualit’EnR a d’ailleurs développé une formation complémentaire dédiée à l’autoconsommation en complément du référentiel de base « générateurs photovoltaïques raccordés au réseau ». Elle sera proposée aux entreprises au cours des prochains mois.

 

Dernière qualification créée, Qualiforage s’adresse à une niche d’entreprises spécialisées dans le forage géothermique (sur sonde et sur nappe) travaillant avec des installateurs QualiPac. Une vingtaine d’entreprises est déjà qualifiée ou en cours de qualification.

 

Quant au coût des qualifications, il s’élève à 118 € HT par an pour une marque (Qualisol, QualiPV, Qualibois, QualiPAC) et 59 € HT par an par marque supplémentaire.

 

RGE et les aides fiscales

 

Rappelons que la mention RGE permet aux entreprises de faire bénéficier, à leurs clients, des aides de l’Etat. Il s’agit du crédit d’impôt à partir du 1er janvier 2015 avec un taux unique de 30 % sans conditions de revenus et dès la première opération dans un logement achevé depuis plus de 2 ans.

 

Seconde aide fiscale visée par la mention RGE : l’éco-prêt à taux zéro, depuis le 1er septembre 2014. Ce prêt sans intérêts jusqu’à 30 000 € permet de réaliser des travaux aboutissant à une amélioration de la performance énergétique globale d’un logement antérieur à 1990.

 

© Jean Antoine Braz

 

(1) Qualisol, QualiPV, Qualibois, QualiPAC et Qualiforage

 

(2) gérées également par Qualibat et Qualifelec

 


Source : batirama.com / Fabienne Leroy

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par Marie
  • 0
  • 0

Voilà au moins un organisme qui a bien du travail...et qui peut lui faire diminuer le chômage ! Cela mis à part : il serait bien qu'il réponde à nos demandes de renseignements (par mail) car il semble qu'il y ait un gros problème pour l'éolien et l'hydraulique (à moins que du nouveau a été publié mais la "pêche" aux renseignements demande non pas du temps mais BEAUCOUP de temps (mail aux organismes formateurs, téléphone, à l'Ademe, à la CAPEB, lecture de tout ce qui se publie - voire se contre-dit, ...)

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (900 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Les escaliers