Bien commander un béton prêt-à-l'emploi

Bien commander un béton prêt-à-l'emploi

Chaque partie d’ouvrages en béton doit satisfaire à un certain nombre de critères qui relèvent aussi bien des conditions climatiques et environnementales qu’architecturales. Ainsi, l’utilisateur du béton se doit de pouvoir spécifier au mieux ces exigences vis-à-vis de son fournisseur afin d’éviter tout litige quant au produit livré.






Pour une entreprise de gros œuvre, réussir un ouvrage en béton c’est le rendre durable, autrement dit apte à répondre aux exigences de son fonctionnement. Ainsi la coordination entre les divers corps d’état sur les chantiers en est un élément fondamental. En amont de cette étape, il est une relation qu’il est important de bien maîtriser pour cette entreprise : celle qui la lie à son fournisseur de béton. Forte de ses 45,2 millions de m3 de béton produits en 2007, l’industrie du béton prêt-à-l’emploi (BPE) s’affirme comme un partenaire essentiel dans la majeure partie des chantiers de bâtiments. Le document de référence qui définit de manière contractuelle la relation entre le fournisseur et l’utilisateur de BPE est la norme NF?EN 206-1. Applicable depuis 2004, elle est devenue incontournable et donne tous les éléments nécessaires pour que l’entreprise (responsable de la mise en œuvre du béton) puisse avoir un produit livré conforme, sous réserve de remplir quelques conditions qui sont rappelées ci-après.


3 acteurs bien distincts


Tout d’abord, la norme ­NF?EN 206-1 définit et, surtout, clarifie les responsabilités de trois acteurs bien distincts : le prescripteur, le producteur et l’utilisateur (voir encadré).
Dans le cas de BPE, l’acheteur du béton frais est le prescripteur (client-prescripteur). C’est donc à lui de fournir au producteur, à chaque commande, toutes les spécifications normatives du béton. Ces spécifications dépendent du type de béton utilisé (voir tableau page 41) mais, toutefois, il est à souligner que cinq paramètres fondamentaux  sont à prendre en compte :
1- la classe d’exposition ;
2- la classe de résistance à la compression ;
3- la classe de consistance ;
4- la classe de chlorures ;
5- la dimension maximale des granulats.


Commande globale


Une fois ces paramètres définis, l’utilisateur du BPE adresse à son fournisseur, préalablement au commencement des travaux, une commande globale définissant tous les bétons qu’il utilisera. ­Cette commande comportera également les clauses commerciales, l’éventuel  référencement aux règles professionnelles (ou à la marque NF), si possible les parties d’ouvrages auxquelles les bétons sont destinés, la désignation du béton, etc. Cette commande doit être transmise de manière écrite (par fax ou courrier) par souci de traçabilité. Dès réception du bon de commande signé par le producteur, l’entreprise peut lancer l’ordre de livraison à son fournisseur selon ses besoins sur le chantier concerné.


Source: batirama.com / Maguy Pourrat

 

Désignation d’un BPS selon la NF EN 206-1

Comme cela est précisé tout au long de cet article, cinq paramètres sont fondamentaux dans la définition d’un béton. Ce sont ces cinq paramètres que l’on retrouve dans la désignation d’un BPS, tels que définis dans la norme NF?EN 206-1 :

 

 

 

 

betonpretemploi2.jpg

 

 

 

 


Norme NF EN 206-1 : les 3 acteurs


1• le prescripteur est responsable de la spécification du béton. Il doit prendre en considération tous les paramètres permettant de définir le béton à utiliser, notamment  l’environnement de l’ouvrage (ou de la partie de l’ouvrage) au travers de la classe d’exposition du béton et le niveau de finition ;
2• le producteur est responsable de la conformité et du contrôle de la production. À ce titre, il a la charge de fournir un béton dont les caractéristiques sont conformes aux exigences du prescripteur ;
3• l’utilisateur est responsable de la mise en place du béton dans la structure et donc de l’exécution de l’ouvrage conformément aux règles de l’Art ­(DTU 21, DTU 13.3, etc.).




 





 

 Spécifications normatives des bétons
 

 Type de béton

 

Données obligatoires

 

 Données complémentaires

 

 BPS a) • Exigence de conformité à l’EN 206-1
• Classe de résistance à la compression
• Classe d’exposition
• Classe de consistance
• Classe de teneur en chlorures
• Dimension maximale nominale des granulats


Pour le béton léger :
• Classe de masse volumique
ou masse volumique cible


Pour le béton lourd :
• Masse volumique cible

• Types ou classes particulières
de ciment
• Types ou classes particulières
de granulats
• Caractéristiques exigées pour la
résistance au gel/dégel
• Exigences pour la température
du béton frais
• Développement de la résistance
• Dégagement de chaleur au cours
de l’hydratation
• Prise retardée
• Résistance à la pénétration d’eau
• Résistance à l’abrasion
• Résistance à la traction par fendage
• Autres exigences techniques

 

BCP b)

• Exigence de conformité à l’EN 206-1
• Dosage en ciment
• Type de ciment et sa classe de résistance
• Rapport eau/ciment ou classe de consistance
ou valeur cible de consistance
• Type, catégorie et teneur maximale
en chlorures de granulats,
en cas de béton léger ou de béton lourd,
masse volumique maximale ou minimale
des granulats selon le cas
• Dimension maximale nominale des granulats,
et toute limitation de leurs fuseaux granulaires
• Type et quantité des adjuvants ou additions,
le cas échéant
• En cas d’utilisation d’adjuvants ou additions,
l’indication de l’origine de ces constituants et
celle du ciment qui se substitue aux
caractéristiques pour celles qui ne sont pas
définissables par d’autres moyens

 

• Indication de l’origine de certains
ou de tous les constituants du béton
qui se substitue aux caractéristiques
pour celles qui ne sont pas
définissables autrement
• Exigences complémentaires pour
les granulats
• Exigences concernant la
température du béton frais
à la livraison, si nécessaire
• Autres exigences techniques
 
a) Béton à Propriétés Spécifiées : béton pour lequel les propriétés requises et les caractéristiques
    supplémentaires sont spécifiées au producteur qui est responsable de fournir un béton qui satisfait à
    ces propriétés requises et à ces caractéristiques supplémentaires.
b) Béton à Composition Prescrite : béton pour lequel la composition du béton et les constituants à
    utiliser sont spécifiés au producteur qui est responsable de fournir un béton respectant cette
    composition prescrite.

 

Avis d’expert  Laure Ravot* : « Se former pour bien commander son béton ! »

 

Depuis juin 2009, une nouvelle formation aide les entreprises à bien commander leurs bétons, grâce à l’initiative de l’Union de la maçonnerie et du gros œuvre… Laure Ravot, chargée de mission formation à l’UMGO répond à nos questions.

 

D’où est venue l’idée de mettre en place une telle formation ?


 Très souvent, la commande du béton est faite par téléphone du chantier. Et les spécifications attendues et propriétés requises par le choixde la méthode de mise en œuvrerestent floues. Cependant les textes considèrent que c’est l’entreprise de gros œuvre qui est le prescripteur final. Sa responsabilité est donc engagée en cas d’inadéquation du béton utilisé et de sinistre. L’Union de la maçonnerie et
 du gros œuvre de la FFB a conçu cette formation afin que les entreprises prennent conscience du partage des responsabilités entre l’entreprise de mise en œuvre et le fournisseur de BPE et ainsi faire évoluer les pratiques afin que l’entreprise diminue ses risques.
 

A qui s’adresse cette formation ?


Cette formation, organisée sur une journée, s’adresse plus particulièrement aux chefs d’entreprise, chefs de chantier, conducteurs de travaux et chefs d’équipe confirmés, soit toute personne en charge de la commande du béton.


Où les personnes intéressées par cette formation peuvent-elles se renseigner ?


 Les Instituts de Formation et de Recherche du Bâtiment (IFRB) et autres centres de formations de la profession dans les régions devraient proposer cette formation à partir de la rentrée. Les personnes intéressées peuvent également se renseigner auprèsdes fédérations départementales du bâtiment.
*?Chargée de mission formation à L'UMGO





 

 Point n° 1   Les classes d’exposition

 

Les classes d’exposition traduisent les types d’agressions auxquelles l’ouvrage (ou une partie de l’ouvrage) va être soumis pendant sa durée de vie. Elles sont au nombre de 18, divisées en 2 groupes :
les classes d’expositions ­courantes et les classes d’exposition particulières.

 

Les classes d’exposition courantes

 

Ces classes correspondent aux expositions rencontrées le plus fréquemment dans les ouvrages de bâtiment.

 

 Classe Description de l’environnement

 

 Aucun risque de corrosion ni d’attaque

 

X0 Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes les expositions sauf en cas de gel/dégel, d’abrasion et d’attaques chimiques.
Béton armé ou avec pièces métalliques noyées : très sec.

 

Corrosion induite par carbonatation

 

XC1  Sec ou humide en permanence.
XC2  Humide, rarement sec.
XC3 Humidité modérée.
XC4 Alternance d’humidité et de séchage.

 

Attaque gel/dégel avec ou sans agent de déverglaçage* (voir la carte ci-dessous)

 

XF1 Saturation modérée en eau sans agent de déverglaçage.
XF2 Saturation modérée en eau avec agents de déverglaçage.
XF3 Forte saturation en eau sans agent de déverglaçage.
XF4 Forte saturation en eau avec agents de déverglaçage ou eau de mer.
 

Les classes d’exposition particulières

 

Ces classes correspondent à des expositions spécifiques telles des ouvrages exposés à l’eau de mer
ou des structures exposées à des milieux chimiquement agressifs.

 

 Classe

 Description de l’environnement

 

Corrosion induite par les chlorures, ayant une origine autre que marine

 

XD1 Humidité modérée
XD2 Humide, rarement sec
XD3 Alternance d’humidité et de séchage

 

Corrosion induite par les chlorures présents dans l’eau de mer

 

XS1 Exposé à l’air véhiculant du sel marin, mais pas en contact direct avec l’eau de mer
XS2 Immergé en permanence
XS3 Zones de marnage, zones soumises à des projections ou à des embruns

 

Attaques chimiques

 

XA1 Environnement à faible agressivité chimique
XA2  Environnement d’agressivité chimique modérée
XA3  Environnement à forte agressivité chimique

 



















*Trois zones de gel en France sont définies dans le FD P18-326 :

betonpretemploi3.jpg







 

• gel faible (XF1 ou XF2) :
pas plus de 2 jours ayant atteint une température < -5 °C ;
• gel modéré (XF1 ou XF2) : entre gel faible et gel sévère.
• gel sévère (XF3 ou XF4) : plus de 10 jours ayant atteint une température < -10?°C ;

betonpretemploiexempleclasseexpo.jpg


Lire la suite

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (614 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique