Les panneaux prêts-à-carreler : un marché porteur

Les panneaux prêts-à-carreler : un marché porteur

 Le marché des panneaux prêts-à-carreler continue de croître, d’autres systèmes associés sont nés et font l’objet de nombreux développements.



 

Précurseurs en matière de panneaux prêts-à-carreler, les industriels Lux Elements puis Wedi avaient vu juste… L’apparition de ces panneaux, en polystyrène extrudé (XPS) ou en polystyrène expansé (EPS) (selon les fabricants), a considérablement facilité la vie des carreleurs notamment.

 

Les professionnels ont, en effet, plébiscité ses avantages : des produits étanches, légers, faciles à découper, solides, simples à utiliser, permettant de réaliser des chantiers propres, gain de temps, etc. Aussi, d’autres industriels ont ensuite investi ce secteur porteur. Et la voix des fabricants est aujourd’hui assez unanime : «Le marché du panneau prêt-à-carreler se porte bien

 

Cependant, face à une of­fre prolifique, «l’artisan doit s’assurer que son produit est soit sous Avis technique ou que son assurance cou­vre aussi les autres panneaux en cas de sinistre», rappelle Cédric Durandal, conseiller technique bâtiment Capeb 44/Baticef.

 

Les gammes des produits se sont étoffées et d’autres systèmes prêts-à-carreler de toutes les formes sont apparus, avec la possibilité de les recouvrir avec de multiples revêtements (carrelage, galets, enduit, pierre naturelle, etc.). Et ses applications sont désormais variées : habillages de murs, de sols, de baignoires, de bâti-supports, fabrication de meubles de salles de bains, baignoires prêtes à carreler, pose de receveurs prêts-à-carreler, etc.

 

Un dernier système qui a d’ailleurs le vent en poupe, avec l’engouement pour les douches à l’italienne, tout comme les hammams et ses éléments prêts-à-carreler. Les industriels continuent de plancher sur le sujet, sur des panneaux et receveurs toujours plus grands, des solutions les plus intégrées possibles, des produits avec toujours plus de fonctions, etc. Les idées ne manquent pas !

 

 

AVIS D’EXPERT

 

Cédric Durandal,
conseiller technique bâtiment Capeb 44/Baticef

 

« Le support du panneau prêt-à-carreler doit toujours être rigide »

 

« Pour l’aménagement, le panneau prêt-à-carreler ne pose pas de gros souci si le produit est sous Avis technique du CSTB. Le support du panneau doit toujours être rigide, sans mouvement de murs ou de sols possibles. Aussi, il est préférable de bannir un support bois un peu souple: en rénovation, réaliser une douche à l’italienne sur un plancher bois, c’est prendre des risques !

 

Avant la pose d’un receveur de douche, la planéité du support doit être généralement de 5mm maximum sous une règle de 2m. Dès qu’un système prêt-à-carreler touche à la douche, il conviendra d’être vigilant.

 

Les receveurs de douche sont des supports assez rigides mais au niveau poinçonnement, ils peuvent avoir du mal à résister. Donc, pour les recouvrir, le minimum de format de carreau nécessaire est : 5 x 5 cm au minimum et 60 x 60 cm au maximum pour un contact parfait entre le panneau et le carrelage qui doit être classé P3 (classement UPEC).

 

Un autre point de vigilance, toujours pour la douche : les raccords et accessoires. Dans une douche, entre le sol et le mur, il faudra traiter obligatoirement l’étanchéité avec les systèmes des fabricants et utiliser le siphon préconisé par le fabricant.

 

Par ailleurs, le double encollage des carreaux sur le bac prêt-à-carreler est primordial dès que le carreau dépasse les 20x20cm, et le mortier colle doit être classé C2 (pour les murs aussi).

 

Enfin, de manière générale avant de carreler, il faut respecter les délais de séchage, souvent 24 heures et, quel que soit l’ouvrage, il est préférable de laisser travailler ensuite le panneau pendant 24 heures. »




 

Solution 1 : Pose sur chape d’un receveur de douche

 

©Wedi

 

Avant de débuter, il convient de s’assurer que le receveur repose bien sur une bonne assise maçonnée, c’est-à-dire sur un bon support. Les tolérances de planéité et d’horizontalité du support doivent être respectées. Attention, la mise en œuvre d’un receveur doit être extrêmement soignée, notamment dans le traitement des points singuliers.

 

Avant de commencer la pose du receveur, il est nécessaire de bien préparer son support qui doit être sec et dépoussiéré. Et les travaux de mise en place des canalisations d’évacuation des eaux usées devront avoir eu lieu avant la mise en œuvre du procédé.

 

La première étape consiste à faire une réservation dans la chape nouvelle ou déjà existante. Puis de placer et raccorder le corps de l’écoulement, c’est-à-dire de positionner le corps du siphon et de le raccorder sur le réseau existant. Vérifier que la pente soit suffisante…

 

Enrober avec une chape de finition lissée pour accueillir le receveur. Le joint torique doit ensuite être inséré par le haut dans la rainure du corps du siphon pour assurer une étanchéité parfaite.

 

Positionner la valve avec le joint à lèvres, puis la visser sur le corps du siphon. Poser ensuite le receveur de douche à plat et l’enduire de mortier colle au peigne sur toute la surface inférieure, enduire aussi le support de mortier colle (double encollage).

 

Après l’avoir retourné, le receveur de douche peut être placé à plat dans la réservation. Avec de la colle polymère, il convient ensuite de coller et d’étanchéifier les jonctions du receveur ainsi que les jonctions entre les panneaux.

 

Puis bien étanchéifier les jonctions sur le pourtour du receveur avec un enduit d’étanchéité et renforcer avec une bande d’armature. Ensuite, positionner en collant la bague d’écoulement du siphon au niveau fini du carrelage.

 

Il ne reste plus qu’à placer le système de fermeture anti-odeurs et mettre la grille. Un nettoyage du siphon est possible à tout moment. Ainsi, le receveur est prêt-à-carreler.





Solution 2 : Habiller un bâti-support

 

©Wedi

 

L’habillage d’un bâti-support pour WC suspendus est une technique de plus en plus courante. Les professionnels sont en effet sollicités pour ce genre de travaux très demandés, et les fabricants de panneaux prêts-à-carreler développent tous leur propre solution en la matière.

 

En fonction des modèles, une scie sauteuse, un cutter et une visseuse peuvent être nécessaire à la mise en place de ce procédé. Prendre les mesures parfaites au préalable et découper avec un cutter le panneau d’habillage à la dimension souhaitée.

 

Ne pas oublier le bouton poussoir… Il doit aussi trouver sa place et il est nécessaire d’effectuer une découpe adaptée à la scie sauteuse au préalable. Le panneau peut ensuite être fixé avec des vis autoforeuses sur le bâti-support acier avec une visseuse, sachant que la visserie est généralement fournie.

 

Les autres parties de cet habillage peuvent maintenant être fixées à l’ensemble (couvercle, joues) selon la même technique, et les panneaux sont à assembler entre eux avec de la colle polymère. Un découpage aux dimensions parfaites aura évidemment été pratiqué avant cette fixation.

 

Penser à bien traiter les joints et les raccords ensuite avec une bande d’armature en utilisant une colle à carrelage classique ou une bande auto-collante de la marque du produit. Sans oublier de traiter spécialement avec de la colle polymère les zones de projection d’eau.

 

Le panneau d’habillage peut désormais être carrelé. Puis réaliser des joints de dilatation entre les revêtements au mur et au sol et dans les joints d’angle du revêtement de mur.





Solution 3 : Construire un plan de vasque

 

©Schlüter Systems

 

L’utilisation des panneaux prêts-à-carreler offre de multiples possibilités. Ils permettent de construire de nombreux ouvrages, et notamment des plans pour accueillir
des vasques, agrémentés ou non d’étagères. Ici, nous vous proposons un montage de plan de vasque très simple, composé d’un plateau et de deux jambages.

 

Prendre un panneau de 50 millimètres à doubler pour bien rigidifier le plan de vasque. Le rendu est également plus esthétique. Couper les panneaux aux dimensions souhaitées. Assembler les panneaux en les collant entre eux avec un adhésif.

 

Au niveau des angles, l’idéal est de faire des coupes d’onglets à 45 degrés. Tracer au sol et au mur les aplombs du meuble et faire un sciage dans le sol et le mur, pour un meilleur ancrage des panneaux. Mettre du mortier adhésif au sol et au mur et sur la tranche du panneau qui ira sur le sol et le mur afin de pratiquer un double encollage.

 

Pour poser le plan de travail, mettre le mortier adhésif sur les tranches des panneaux verticaux et horizontaux et assembler les 2. Enlever l’excédent de mortier adhésif avec un couteau de peintre. Doubler le panneau selon l’esthétique souhaitée pour avoir un plan de travail plus épais. Laisser sécher 48 h idéalement.

 

Pour installer la vasque dessus, percer avec une perceuse la largeur nécessaire pour le passage des tuyaux et des alimentations en eau. Puis poser la vasque dessus. Pour une vasque incorporée, découper les ouvertures sur le panneau avec une scie sauteuse. Coller la vasque au panneau avec une colle polyuréthane.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
La Maçonnerie et la RE2020

Produits



Votre avis compte

Selon vous, les entreprises sont-elles suffisamment aidées face à la situation énergétique? (17 votants)
Oui
Non
 

Articles

Agenda

Boutique

Responsabilités et garanties des constructeurs après réception