Agnès Pannier-Runacher précise l’agenda de la Planification écologique et énergétique

Des éoliennes terrestres près d'Amiens

Sobriété, efficacité énergétique, plus d’ENR et de nucléaire : par touches successives, avec de nombreuses redites, le gouvernement précise peu à peu sa stratégie écologique et énergétique. Beaucoup reste à préciser.




Ce matin, mardi 26 septembre, Agnès Pannier-Runacher a précisé au cours d’une conférence de presse téléphonique le déroulement de la planification énergétique pour ce qui concerne son Ministère de la Transition énergétique.

 

Elle a rappelé qu’il s’agissait de faire de la France le premier pays industriel qui sortira des énergies fossiles et atteindra la neutralité carbone.

 

Quatre leviers

 

La stratégie du gouvernement "repose sur quatre leviers qu’il est absolument nécessaire de conjuguer pour tenir notre stratégie carbone".

 

  • Le premier levier est la sobriété énergétique. C’est-à-dire un changement des comportements pour consommer moins d’énergie. Au cours des 12 derniers mois, la consommation combinée de gaz et d’électricité a baissé de 12%, a-t-elle rappelé.
  • Le second levier, l’augmentation de l’efficacité énergétique, repose sur des innovations et des investissements pour consommer moins d’énergie. Mme Pannier-Runacher et son ministère ont bâti avec les 50 sites industriels les plus émetteurs des feuilles de route spécifiques.
  • Le troisième levier est l’accélération du développement des ENR (énergies renouvelables).
  • Le quatrième est la relance du nucléaire.

 

Tout cela devra être mise en musique par "une loi énergie et plusieurs décrets sur la PPE (Programmation Annuelle de l’Energie) et la SNBC (Stratégie Nationale Bas Carbone)". Ces décrets intègreront, précise-t-elle, "une large partie des 100 propositions des groupes de travail lancés en janvier dernier".

 

éoliennes en mer au loin vues de la plage de rochers

L’accélération du développement de l’éolien en mer sera poursuivie. Tandis que la croissance de l’éolien terrestre conservera son rythme actuel et que le photovoltaïque devrait se développer fortement. ©PP

 

Justice sociale

 

"Les grands acteurs doivent faire les efforts les plus importants. C’est une question de justice sociale", dit la Ministre. Par grands acteurs, elle entend l’Etat, les collectivités territoriales et les entreprises du CAC 40.

 

Elle a notamment cité le développement des véhicules électriques, l’accélération de la rénovation énergétique et du déploiement des pompes à chaleur.

 

Comment fabriquer un million de pompes à chaleur par an en France d'ici 2027 ?

 

A propos de pompes à chaleur, le Président de la République a décidé qu’il faudrait en fabriquer 1 million par an en France d’ici 2027 lors de son interview télévisée dimanche 24 septembre.

 

Combien la France en fabrique-t-elle pour l’instant ? Nous connaissons quelques usines significatives, comme de celle de Vaillant-Saunier Duval à Nantes, celle d’Atlantic à Billy Berclot – citée par la Ministre qui révèle qu’Atlantic est en train d’y doubler la capacité de fabrication des pompes à chaleur -, celle d’Intuis et une bonne demi-douzaine de plus petits fabricants, comme Arkteos.

 

pompe à chaleur sur un salon

Combien en fabriquons-nous réellement en France ? Nous avons demandé à l’Afpac qui a répondu 170.000 unités extérieures et 250.000 unités intérieures. ©PP

 

Pour atteindre 1 million de pac par an d’ici 2027, il faudrait donc multiplier la production par 8 et non par trois, comme l’indique le gouvernement. La pac, c’est vraiment l’unité extérieure. L’unité intérieure, c’est un échangeur à plaques, un ballon d’ECS, une régulation, une ou deux pompes et une panoplie hydraulique. Donc, l’effort requis est nettement plus significatif qu’annoncé par le gouvernement. Surtout qu’il entend aussi développer la fabrication française des principaux composants des pac, notamment des compresseurs.

 

Il faut attendre le budget 2024 pour y voir clair

 

Le reste du discours de la Ministre était un mélange d’incantations – "Nous refusons de subir la transition écologique et au contraire, nous mettons tout en œuvre pour qu’elle soit une opportunité pour le quotidien des français, pour les emplois dans nos territoires, pour l’indépendance de la France" - et d’agenda : présentation du budget de son ministère mercredi 27 septembre, deux lois dont une pour "reprendre le contrôle sur les prix de notre électricité", un grand colloque sur la sobriété énergétique et ses nombreux bénéfices le 12 octobre, participation de la ministre à la COP 28, …

 

Bref, il faut attendre le budget 2024, notamment les aides publiques au financement de la rénovation énergétique, la concrétisation de l’évolution des missions de l’Anah, la PPE, la SNBC, etc.

 

Pour l’instant, tout cela manque encore de précisions.



Source : batirama.com / Pascazl Poggi

L'auteur de cet article

photo auteur Pascal Poggi
Pascal Poggi, né en octobre 1956, est un ancien élève de l’ESSEC. Il a commencé sa carrière en vendant du gaz et de l’électricité dans un centre Edf-Gdf dans le sud de l’Île-de-France, a travaillé au marketing de Gaz de France, et a géré quelques années une entreprise de communication technique. Depuis trente ans, il écrit des articles dans la presse technique bâtiment. Il traite de tout le bâtiment, en construction neuve comme en rénovation, depuis les fondations jusqu’à la couverture, avec une prédilection pour les technologies de chauffage, de ventilation, de climatisation, les façades et les ouvrants, les protocoles de communication utilisés dans le bâtiment pour le pilotage des équipements – les nouveaux Matter et Thread, par exemple – et pour la production d’électricité photovoltaïque sur site.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (27 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits


Synea