Idex évalue à 15 GW le gisement photovoltaïque sur les parkings

Une ombrière photovoltaïque installée sur le parking de l'hôpital d'Evreux

A lui seul, le photovoltaïque sur les parkings doublera la capacité PV installée en France durant les quatre années à venir.




Rappelons les principales grandeurs du photovoltaïque en France. Selon le Service des données et études statistiques (SDES) du Ministère de la Transition énergétique, la puissance du parc solaire photovoltaïque en France atteint 17,2 GW à la fin du premier trimestre 2023, dont 16.444 MW en France continentale.

 

Au premier trimestre 2023, 601 MW supplémentaires ont été raccordés, contre 596 MW au cours du premier trimestre 2022. 40 % de la nouvelle puissance raccordée correspond à des installations de plus de 250 kW, qui ne représentent que 0,2 % du nombre des nouveaux raccordements. Les installations inférieures à 9 kW représentent, quant à elles, 93 % du nombre d’unités nouvellement raccordées et 22 % de la nouvelle puissance. ©SDES

 

La puissance des projets en file d’attente a augmenté de 10 % depuis le début de l’année pour s’établir à 18,5 GW, dont 4,4 GW avec une convention de raccordement signée. La production d’électricité d’origine solaire photovoltaïque s’élève à 3,6 TWh au cours du premier trimestre 2023, en hausse de 13 % par rapport au premier trimestre 2022. Elle représente 2,7 % de la consommation électrique française sur le trimestre.

 

Au premier trimestre 2023, les producteurs de 38,1 % des installations photovoltaïques de France métropolitaine, représentant 7,6 % de la puissance installée, autoconsomment au moins une partie de leur production. La part de ces installations est en hausse de 1,1 point par rapport au trimestre précédent. ©SDES

 

Au premier trimestre 2023, 104 GWh d’électricité photovoltaïque ont été autoconsommés par les producteurs, soit 2,9 % de la production photovoltaïque du trimestre. Les installations en autoconsommation totale ont produit 39 GWh, soit 38 % du total autoconsommé. ©SDES

 

Les ombrières photovoltaïques sur les parkings

 

Depuis la promulgation de la loi n° 2023-175 du 10 mars 2023 relative à l'accélération de la production d'énergies renouvelables, les parcs de stationnement extérieurs d’une superficie supérieure à 1500 m² doivent être équipés en ombrière intégrant un procédé d’énergies renouvelables sur au moins la moitié de cette superficie. La date de l’obligation varie en fonction du mode de gestion du parking (directe, en concession, en délégation de service public, autre) et de la taille du parking, mais se situe entre 2026 et 2028. En tout état de cause, un décret d’application est en cours d’enquête publique et devrait être publié mi-septembre 2023. Il précisera notamment les règles de calcul des surfaces à prendre en compte, les cas d’exceptions, les pénalités éventuelles, …


En attendant, comme l’explique Edouard Roblot, directeur des bâtiments bas carbone chez Idex, les grands acteurs du marché de l’énergie se mobilisent. Idex, pour sa part, a mis au point une offre complète pour l’étude, le financement, la pose et la maintenance d’ombrières photovoltaïques sur les parkings. Cette offre a été élargie récemment pour englober systématiquement la fourniture, la pose et la maintenance de bornes de recharge de véhicules électriques. Idex propose toujours également le pilotage de la demande d’électricité, de manière à maximiser l’autoconsommation. D’ailleurs, souligne Edouard Roblot, l’autoconsommation est rentable et les installations doivent être dimensionnées en fonction des possibilités d’autoconsommation des clients.

 

Fondé en France en 1963, le groupe Idex, fort de plus de 6.100 collaborateurs aujourd’hui, développe, conçoit, finance, construit et exploite des infrastructures énergétiques locales et décarbonées de fourniture de chaleur et d’électricité pour les bâtiments, les villes et l’industrie. Avec un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros en 2022, Idex est aujourd’hui le seul opérateur du marché verticalement intégré sur l’ensemble de la chaîne de valeur des énergies locales. Il intervient de la production d’énergie thermique ou électrique à partir de ressources énergétiques locales et décarbonées (déchets, biomasse, géothermie, solaire), en passant par la distribution de cette énergie à travers les réseaux de chaleur et de froid jusqu'à l’optimisation de son usage dans les bâtiments industriels, résidentiels et tertiaires.

 

Un gisement de 15 GW

 

Idex a réévalué la taille de ce marché potentiel du photovoltaïque sur les parkings et estime qu’il atteint désormais 15 GW. Avant les vacances, indique Edouard Roblot, Idex a vu un gros boom des demandes d’études. En une semaine, l’entreprise a reçu de la part de gros donneurs d’ordres, des demandes de devis correspondant à cinq ans d’activité, en fonction de ses possibilités actuelles. Edouard Roblot attribue cette explosion à la fois à la loi de mars dernier qui a mis un peu de temps à être comprise et au fait que les prix de l’électricité pour les entreprises sont libres, échappent au bouclier tarifaire et, après avoir atteint des sommets, ne baissent pas autant, ni aussi vite que l’espéraient les entreprises. ©Idex-Aurore Baron

 

L’entreprise ne ressent pas de tension sur la fourniture des composants des installations photovoltaïques proprement dites : panneaux, onduleurs, câbles, protections, ombrières, … Elle est en revanche confrontée à des délais de livraisons sur la partie HTA des postes électriques qui connectent les grandes installations PV au réseau Enedis ou directement au système électrique du client en autoconsommation. L’un de leur chantier a eu 4 mois de retard pour cette raison.

 

Idex observe aussi une tension sur certains métiers, notamment celui des charpentiers sur structures métalliques. Ce sont des acteurs nécessaires à la mise en place des ombrières sur les parkings.

 

Du coup, Idex expérimente une première ombrière préfabriquée en béton, auto-lestée : pas de fondations, pas de charpente métallique à monter sur site, … Le fait de ne pas creuser pour créer des fondations est intéressant dans au moins deux cas :

  • Premièrement, s’il est prévu ou utile de prévoir que les ombrières soient déplaçables.
  • Deuxièmement, bon nombre de terrains, notamment dans le nord et l’est ont été bombardés durant la seconde guerre mondiale : ne pas creuser évite de trouver des obus ou bombes non-explosés qui requièrent un déminage long et coûteux.

 

Un glissement des coûts

 

En revanche, Idex souligne que les délais de raccordement des installations par Enedis sont très variables et tiennent beaucoup à l’organisation locale des équipes Enedis. Autant, le poste d’une installation à Amiens a été raccordé avant même que la pose des panneaux soit terminée. Autant, dans d’autres régions, les délais peuvent retarder la livraison des chantiers.

 

Côté coûts, Idex observe des augmentations à la fois dans le prix des composant et, surtout, dans les coûts de financement des projets. Les taux d’intérêt pour le financement des installations sont passés de 2,5% fin 2022 à 5% actuellement. Face à ces augmentations, Idex réagit de deux manières. Pour les clients existants, qui ont déjà signé les offres et sont en attente de livraison, Idex s’efforce de contenir les hausses de prix, voire absorbe lui-même certaines hausses.

 

Pour les nouvelles offres et les nouveaux clients, Idex répercute les hausses. Ce qui donne, pour un hectare et 1 MW de puissance PV installée, une fourchette de prix entre 1,2 et 1,3 millions d’euros. Si l’on ajoute les bornes de raccordement et la préparation de l’installation pour faciliter son évolution ultérieure sans rouvrir des tranchées – installer de nouvelles bornes de recharge, par exemple -, le coût monte à 1,5 million d’Euros pour 1 ha et 1 MWc.

 

Un accord entre Idex et Voltec Solar

 

Même s’il n’existe pas de tension sur les approvisionnements en composants, Idex préfère poser des matériels français. A cette fin Idex vient de conclure un partenariat avec le fabricant français Voltec Solar portant sur la fourniture de 15.000 modules photovoltaïques Tarka 138 VSBD bifaciaux de 415 Wc et Tarka 138 VSMD monofaciaux de 420 Wc. L’accord entre Idex et Voltec Solar porte sur une puissance totale d’environ 6 MWc. Au 1er plan : Jean-François Bessaguet, directeur des ventes de Voltec Solar, Emmanuel Voinier, directeur des opérations d’Idex BBC. Au second plan : Camille Laborde, chargée d’opérations Idex BBC, Corentin Duval, chef de projets Idex BBC. ©Idex

 

Les premières installations PV Idex équipées de ces modules Voltec Solar seront les neuf sites français du groupe Safran qui bénéficient du coup d’équipements sur-mesure et d’ombrières photovoltaïques équipées de panneaux solaires fabriquées par l’entreprise Voltec Solar, dans son usine alsacienne de Dinsheim-sur-Bruche. Ils répondent au standard de qualité fixé par Idex et bénéficient d’un bilan carbone exceptionnellement bas.

 

Selon Emmanuel Voinier, directeur adjoint bâtiment bas carbone d’Idex et directeur des opérations, "L'excellence opérationnelle que nous nous imposons repose sur des approvisionnements et des services au plus haut niveau de qualité. Notre autre atout repose sur la proximité, d’abord avec nos fournisseurs pour garantir une logistique courte avec à la clé la réduction des émissions carbonées sur la part fabrication et la part transport de nos installations. Puis une proximité avec nos clients, grâce à notre réseau de plus de 100 agences réparties sur le territoire permettant une présence permanente et une forte réactivité... Un made in France vertueux et durable."


Jean-François Bessaguet, directeur des ventes de Voltec Solar, estime pour sa part : "ce partenariat avec Idex confirme notre savoir-faire en matière de performance dans la conception et la fabrication industrielle de panneaux photovoltaïques. Il démontre notre capacité à produire de gros volumes de modules en France et en circuit court, une production multipliée par 10 en 10 ans."

 

2,2 MWc pour l’hôpital d’Evreux

 

Idex a commencé à installer 2,2 MWc de panneaux photovoltaïques pour l’hôpital d’Evreux. Le système est en deux parties. D’abord une ombrière de 500 kWc rapidement opérationnelle, en attendant que la centrale de 1,7 MWc au sol soit terminée. Cette centrale, installée sur un terrain adjacent à l’hôpital est exactement dimensionnée pour l’autoconsommation : au maximum des besoins de l’hôpital et non au maximum des possibilités du site. Elle doit fournir environ 1/3 de la consommation annuelle d’électricité de l’hôpital. Elle tient compte également du fait de la proximité de l’héliport et évitera tout reflet gênant pour les hélicoptères du SAMU. Comme cette installation alimentera un hôpital, les coupures intempestives ne sont pas concevables : une redondance du point de livraison est prévue. ©Idex-Aurore Baron

 

Idex lance 11 chantiers photovoltaïques en septembre. Son carnet de commandes est plein pour les prochains mois.

 

L'entreprise va également se lancer dans l’industrialisation des installations associant photovoltaïque et pompes à chaleur, plutôt en tertiaire au début, dans l’installation de photovoltaïques sur de grandes toitures avec un premier chantier sur un bâtiment logistique, ainsi que dans l’électrification des flottes de véhicules professionnelles. Cela commencera par ses propres véhicules. Idex possède 100 agences et 3000 personnes sur le terrain qui passent le plus clair de leur temps chez les clients. Aujourd’hui, selon Edouard Roblot, les utilitaires électriques, surtout en hiver, offrent environ 100 km d’autonomie. Autrement dit, cela ne suffit pas, la plupart du temps, pour effectuer un aller-retour entre l’agence et le site du client. Conclusion, il faut des bornes de recharge à la fois dans les agences Idex et chez ses clients.

 

Un client d’Idex, spécialisé dans la logistique du dernier kilomètre, vient d’ailleurs de lui demander une étude pour déployer des bornes de recharge électriques dans ses entrepôts.



Source : batirama.com / Pascal Poggi

L'auteur de cet article

photo auteur Pascal Poggi
Pascal Poggi, né en octobre 1956, est un ancien élève de l’ESSEC. Il a commencé sa carrière en vendant du gaz et de l’électricité dans un centre Edf-Gdf dans le sud de l’Île-de-France, a travaillé au marketing de Gaz de France, et a géré quelques années une entreprise de communication technique. Depuis trente ans, il écrit des articles dans la presse technique bâtiment. Il traite de tout le bâtiment, en construction neuve comme en rénovation, depuis les fondations jusqu’à la couverture, avec une prédilection pour les technologies de chauffage, de ventilation, de climatisation, les façades et les ouvrants, les protocoles de communication utilisés dans le bâtiment pour le pilotage des équipements – les nouveaux Matter et Thread, par exemple – et pour la production d’électricité photovoltaïque sur site.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Les énergies renouvelables et les bâtiments : les autres articles du dossier...

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits
Granulats recyclés


Votre avis compte
Êtes-vous impatient de voir Notre-Dame de Paris réouverte au public ? (35 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits