Politique du logement : le nouveau ministre veut décentraliser et massifier la rénovation

Patrice Vergriete le 21 juillet, jour de la passation de pouvoir

Le nouveau ministre délégué chargé du Logement, Patrice Vergriete, a précisé vendredi 25 août les contours de sa politique, qu'il veut plus décentralisée et qui assume la fin de plusieurs aides à la construction.




Pour sa première conférence publique depuis qu'il a succédé à Olivier Klein le 21 juillet, Patrice Vergriete s'est frotté à une salve de doléances de personnalités du monde du logement lors d'une table ronde à Bunus (Pyrénées-Atlantiques).

 

Baisse des aides assumée, décentralisation souhaitée

 

Il a assumé la suppression programmée de la niche fiscale Pinel et le recentrage du prêt à taux zéro, que les professionnels de la construction et les acteurs du logement social critiquent depuis les annonces du Gouvernement à la veille du CNR Logement le 5 juin. "Je ne cherche pas la mesure magique, le bricolage, le machin qui va faire qu'on va relancer artificiellement une production qui doit se poser de nouvelles questions", a-t-il dit.

 

Le Pays basque, en proie à une crise du logement où résidences secondaires et meublés touristiques type Airbnb sont pointés du doigt, devrait bientôt obtenir l'autorisation d'appliquer l'encadrement des loyers, a-t-il promis. Il s'est également dit "à titre personnel" favorable à ce que les élus locaux puissent l'appliquer ou non sans demander l'autorisation à l'Etat, comme c'est le cas actuellement.

 

En revanche, la réforme de la fiscalité sur les meublés touristiques, réclamée avec insistance par des élus de tous bords qui les accusent d'empêcher les locaux de se loger, "prendra sans doute un petit temps", a-t-il tempéré.

 

Massifier la rénovation énergétique et sensibiliser les Architectes des bâtiments de France

 

Enfin, sur la rénovation énergétique, colossal chantier indispensable pour tenir les engagements climatiques de la France, Patrice Vergriete veut "massifier les opérations", jugeant que "les opérations maison par maison, immeuble par immeuble, ça ne permet sans doute pas de structurer une filière".

 

Il faudra par endroits démolir et reconstruire, a-t-il jugé, malgré le coût écologique et patrimonial des démolitions. "Il y a aussi du bâti en France qui n'est pas compatible avec la rénovation énergétique. Et je pense qu'il faut aussi y sensibiliser les ABF", les Architectes des bâtiments de France, parfois accusés de bloquer des chantiers au nom de la défense du patrimoine architectural.




Source : batirama.com & AFP / Image © Twitter

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter

Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ZOOMBAT Autopub
Produits


fix’bric
Votre avis compte
Êtes-vous favorable à la mise en place d'un certificat de conformité de performance énergétique pour les artisans non-certifiés RGE ? (180 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits