Maison basse consommation : choisir son vitrage à la carte !

Maison basse consommation : choisir son vitrage à la carte !

La construction BBC devenue réglementaire avec la RT 2012 va renforcer la position du vitrage dans le bâti. Car ce dernier sait se plier aux exigences de ce mode constructif au cas par cas.



 

Comme tout le secteur du bâtiment, le vitrage jouit d’une formidable opportunité pour le neuf : la RT 2012. «Pour la première fois, elle impose un seuil minimal de surface vitrée d’1/6 de la surface totale habitable», rappelle Nelly Philipponnat, directrice marketing chez AGC France.

 

Un plus indéniable pour le marché du vitrage, «tendu aujourd’hui car il y a beaucoup à faire. En particulier au niveau de l’existant qu’il faut rénover thermiquement». Un sentiment que partage Sébastien Raynal, directeur marketing et développement chez Glassolutions.

 

«Nous avons de belles cartes à jouer avec la RT 2012. Au-delà du bon sens qu’elle apporte d’un point de vue du bilan énergétique global, elle introduit aussi une notion de confort pour les habitants». Et le vitrage a su s’adapter à toutes ses exigences.

Dans le cadre d’une maison BBC, les vitrages sont un véritable atout en faisant la part belle à la lumière naturelle, depuis priorisée par la RT 2012. Avec elle, les vitrages démontrent leur capacité polymorphe.

 

À l’isolation thermique, il est possible de combiner la protection solaire, l’isolation acoustique, la sécurité, l’autonettoyance… «Le vitrage va continuer à renforcer sa place dans l’enveloppe du bâti», augure le directeur de Glassolutions.

 

Reste que les deux verriers s’accordent à la dire. «Il n’existe pas un vitrage pour une maison, même en construction BBC. Sa performance doit être modulée selon l’exposition de la façade, le niveau d’ensoleillement moyen, ou la nature de la pièce exposée».

 

Le vitrage le plus adapté en BBC demeure donc, avant tout, une affaire de compromis.

 

 

AVIS D’EXPERT

 

Olivier Douard,
délégué technique de la Fédération française des professionnels du verre.

 

«Des vidéos pour une pose dans le cadre de la RT 2012»

 

«Pour accompagner les professionnels lors de la mise en ­œuvre de fenêtres dans le cadre de la construction BBC et RT 2012, nous avons agi sur ­plusieurs leviers. Tout d’abord, au sein du Pôle ­Fenêtre de la Fédération française du bâtiment (FFB), nous avons mis en ligne le site internet www.paroisvitreesrt2012.fr.

 

Ouvert à tous, il permet aux prescripteurs d’établir une simulation des performances d’une ­fenêtre type, mais sans délivrer celles d’un produit en particulier étant donné qu’un bâtiment RT 2012 répond à une performance globale du bâtiment.

 

Du coup, dans cette démarche, l’entrepreneur ne fait qu’appliquer les préconisations d’un bureau d’études. En ­revanche, afin de respecter les exigences de la RT 2012, l’entreprise de pose doit être très vigilante sur les liaisons entre la menuiserie et son support, l’isolant des parois opaques ou le gros œuvre par exemple.

 

Pour lui mon­trer comment poser une fenêtre ou une baie vitrée dans le respect de la RT 2012, nous proposons sur notre site internet des vidéos ­pédagogiques de pose depuis le mois de mars. Enfin, la FFB est en train de mettre en place un Centre d’expertise de l’enveloppe pour former les pros à une bonne mise en œuvre, orienté sur les problématiques d’interfaces entre corps d’état.

 

Ce Centre s’adresse dans un premier temps à des formateurs qui ensuite vont se déplacer en régions à la rencontre des professionnels du bâtiment».

 

www.ffpv.org
www.polefenetre.fr


 

Solution 1 : protections solaires au Sud et à l’Ouest

 

 

©Glassolutions

 

Parce que le soleil est le plus présent au sud et à l’ouest, le double vitrage doit composer avec le contrôle solaire pour arrêter l’excès de chaleur avec le soutien de protections solaires. Ou pas.

 

Pour atteindre un niveau de consommation d’énergie primaire consommée moyenne par an de 50 kWh/m, une maison BBC intègre une conception bioclimatique. Elle s’organise selon l’emplacement, l’orientation, l’isolation et l’environnement de l’habitat.

 

Une répartition idéale des baies serait de 50% orientées au sud, et 20% orientées vers l’ouest, avec protections solaires. Car ce sont ces orientations qui favorisent le plus d’apports solaires en été, quand l’habitat n’en a pas besoin.

 

D’où la nécessité d’occulter les vitrages au moyen de stores, de brise-soleil orientables, de volets. Ou même de stores intégrés dans le vitrage. Une solution jusque là réservée au tertiaire qui tente une percée dans le résidentiel. Son intérêt : sa longévité et son hygiène puisque les stores sont protégés par le verre.

 

Reste que le double vitrage sait aussi moduler les apports solaires. Ainsi, une très grande surface vitrée au sud va prioriser le contrôle solaire (g), la transmission lumineuse (TL) pour les apports de lumière naturelle, et la performance d’isolation thermique (Ug).

 

A l’ouest, où le soleil est absent le matin et moins présent en hiver, l’isolation thermique va être en plus renforcée vers un Ug de 1,0W/m2.K. Si une protection solaire est, certes, efficace, vivre dans le noir en été peut être désagréable.

 

Et selon la zone géographique l’occultation peut ne pas être nécessaire. Voire pas du tout souhaité lorsqu’on bénéficie par exemple d’une belle vue mer. La solution va résider alors dans un double vitrage avec un niveau de contrôle solaire élevé. Quand il faudra aussi tenir compte de l’environnement et des ombres rapportées des arbres, par exemple, en été.

 

Intérêt :

gestion des apports solaires en été grâce au contrôle solaire, et aux protections solaires rapportées.

Limites :

l’occultation peut être un désavantage.


 

Solution 2 : au nord : la place du triple vitrage

 

 

©Gassolutions

 

Dans les habitations qui doivent en priorité réaliser des économies sur le chauffage plus que le refroidissement et sur les façades nord, le tripe vitrage peut être une réponse performante. Mais pas seulement.

 

La maison BBC idéale comprend seulement 10% d’ouvertures orientées vers le nord. De fait, cette exposition est la plus froide. Ces ouvertures sont limitées, avec un apport de lumière constant sans effet d’ombres portées.

 

Comme ces baies sont moins soumises à l’ensoleillement mais qu’il faut garantir un hiver confortable, il va falloir intégrer des vitrages à isolation thermique renforcée. La solution la plus adaptée : les triples vitrages et leur coefficient thermique exceptionnel Ug jusqu’à 0,6W/m2.k.

 

De plus, les dernières générations ne sacrifient plus au facteur solaire (g) qui permet de laisser pénétrer la chaleur dans l’habitat. Même pour ces vitrages, il peut être élevé. Maintenant, selon les zones climatiques, il n’est pas nécessaire de choisir la Rolls Royce de l’isolation thermique renforcée.

 

D’ailleurs, en France, en dépit des Réglementations thermiques successives qui devaient le booster, le triple vitrage peine à percer. Ses freins : son poids, son coût, et son intégration dans le bâti pas toujours maîtrisé.

 

D’autant que désormais certains doubles vitrages permettent d’avoir accès à une isolation thermique renforcée grâce une valeur thermique Ug de 1,0W/m2.k qui peut largement suffire selon la zone climatique.

 

Intérêt :

triple vitrages mais aussi double vitrages modernes permettent une isolation thermique renforcée au nord.

Limites :

le triple vitrage demeure coûteux et lourd à manipuler.


 

Solution 3 : à l’est : doubles vitrages à compromis

 

 

©AGC

 

Quand le soleil est surtout présent le matin, et absent en hiver, le vitrage va adapter ses capacités en termes de contrôle solaire (g) et d’isolation thermique renforcée (Ug).

 

Dans cette maison BBC idéale, 20% des baies sont orientées vers l’est. Cette fois, le vitrage doit composer avec un soleil qui inonde les matinées, mais qui déserte en hiver. Le double vitrage va donc devoir intégrer ces composantes, et surtout gérer un compromis.

 

Afin de conserver la chaleur de la maison en hiver –période où les apports solaires gratuits sont peu présents– l’isolation thermique va être renforcée. Le double vitrage va, par conséquent, afficher un coefficient Ug se rapprochant le plus possible de 1,0W/m2.K.

 

Et pour bénéficier de belles matinées ensoleillées au printemps et en été, sans avoir recours à la climatisation, tout en maximisant les apports de chaleur gratuit en hiver, le contrôle solaire (g) va être moyen.

 

Enfin, la transmission lumineuse (TL) fera aussi l’objet d’un compromis selon les zones climatiques. Si elle apporte un sucroit de confort à l’habitat grâce à la lumière naturelle, elle laisse pénétrer la chaleur.

 

Intérêt :

les doubles vitrages permettent de gérer l’absence de soleil en hiver, et sa présence renforcée le matin en été.

Limites :

éviter les doubles vitrages avec une transmission lumineuse trop élevée source d’inconfort en été.


 

INFOS PRATIQUES

 

Et demain ?

 

 

  1. Avant - ©Glassolutions

 

 

  1. Après - ©Glassolutions

 

Le vitrage des bâtiments basse consommation pourra aussi être électrochrome. Le principe : activé sous l’effet d’une faible tension électrique, ce verre adapte sa transmission lumineuse et calorifique tout en permettant la vision vers l’extérieur.

 

Résultat : il réduit la quantité d’énergie consommée pour la climatisation, le chauffage et l’éclairage, et améliore le confort et le bien-être des occupants. Une alternative aux stores mécaniques et pare-soleils qui dominent le marché.

 

Certes, ce verre électrochrome n’est pas une innovation. Mais en tous cas en France dans le bâtiment et pour le tertiaire, il va être disponible à la mi-2013 en raison du rachat en mai dernier par Saint-Gobain Glass de la société productrice Sage devenue sa filiale.

 

Conséquence : une fois le frein levé de son coût, et de sa dimension technique d’intégration dans le bâti, en particulier de l’électricité dans la menuiserie, ce verre électrochrome pourrait trouver ces premières applications dans le résidentiel d’ici cinq ans.

 

En tous cas, avec ce vitrage Saint-Gobain Glass a d'ores et déjà annoncé vouloir renforcer son ambition d’être la référence de l’habitat durable en développant des solutions innovantes à même de révolutionner le marché de l’habitat.

 

Memento

 

  • Le coefficient Ug : il représente la performance d’isolation thermique des vitrages. Plus le coefficient est bas, plus la performance est importante. Par exemple, les triples vitrages les plus isolants affichent des Ug compris entre 0,6 et 0,7W/m2.K contre 1,0 à 1,1W/m2.k pour les doubles vitrages.
  • Le facteur solaire : il traduit en pourcentage la part du rayonnement solaire transmise par le vitrage dans le bâtiment. Plus il est bas, plus l’énergie solaire entrante est faible. Dans les zones plus froides, un coefficient g élevé laisse pénétrer la chaleur dans l’habitat. Les régions les plus chaudes priorisent un coefficient g bas pour bloquer l’excès de chaleur l’été.
  • La transmission lumineuse TL : elle est calculée en pourcentage. Elle indique la part de lumière naturelle transmise au travers de la paroi vitrée. Plus elle est élevée, plus le bâtiment est agréable à vivre.

 

Une appli Smartphone pour trouver le bon vitrage BBC

 

 

Choisir le vitrage le mieux adapté pour une habitation BBC est devenu possible comme un coup de tactile. Saint-Gobain Glass a lancé l’application SGG Glass Compass, disponible sur App Store et Androïd Market pour tablettes et Smartphones à télécharger gratuitement.

 

Elle a été pensée pour permettre aux professionnels de dialoguer avec son client et le conseiller au mieux dans son projet.  Une fois l’application téléchargée, il suffit de renseigner la localisation du bâtiment, l’orientation de chaque façade, le type et la taille des vitrages, la surface habitable, l’importance accordée au confort d’été, l’énergie exploitée pour le chauffage du logement.

 

 

Source : batirama.com / Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer

Articles qui devraient vous intéresser

1 Commentaire


- -
  • par BOKONO
  • 0
  • 0

Messieurs, les techniques avancent à grands pas pour le bien être de la population. Cependant combien d'entreprises sont capables de monter un cadre d'une fenêtre ainsi que son isolation adéquate? Personnellement je pense que d'innombrables sociétés vous donnent la sécurité de vous donner ce qu'il y a de meilleur sur le marché à des prix cassés. A mon humble avis aujourd'hui la balance qualité prix n'est pas encore fiable. Je vous serais très obligé de bien vouloir former des experts afin qu'ils puissent établir sans parti pris une ouverture donnant toutes les garanties d'isolation thermique et phonique tout en prévoyant si les matériaux employés sont à la hauteur de donner un résultat optimum et si le remplacement et la pose correspondent aux normes. Pouvez vous donner une date approximative de ce savoir faire?

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (385 votants)
Oui
Non
 

Boutique

La fabrication du bâtiment 1