Cloison démontable, ITE jusqu’à 28 m pour façade bois... Saint-Gobain innove pour les JO

Signature d'un partenariat entre le Comité d'Organisation des JO et Saint-Gobain

La signature d'un partenariat officiel entre Saint-Gobain et le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris a été l'occasion pour le groupe de présenter les innovations réalisées sur chantiers.




Avec la signature de ce partenariat ce 22 juin, le groupe Saint-Gobain devient officiellement "supporteur officiel" en solutions pour la rénovation et la construction durable, pour le Comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

 

Benoît Bazin, directeur général du groupe, a déclaré à cette occasion que Saint-Gobain peut aujourd'hui "démontrer concrètement, à travers la réalisation d'ouvrages majeurs, l'engagement responsable du groupe et l'excellence de ses solutions en matière de construction durable et légère mais aussi de rénovation".

 

Tony Estanguet, président de Paris 2024, a ajouté : "Avec Saint-Gobain, nous sommes animés par la même ambition de proposer des Jeux responsables et exemplaires en matière environnementale, inspirés par un certain esprit pionnier et d'innovation typiquement français." Saint-Gobain a profité de l'évènement pour revenir sur les solutions "innovantes et différenciantes, spécifiquement imaginées pour le Village des athlètes" qui ont été mises en oeuvre afin d'assurer un chantier à la fois vertueux sur le plan environnemental et entièrement modulaire.

 

Une cloison temporaire "qui ne laisse pas de traces"

 

Les bâtiments du Village des athlètes ont été conçus afin de pouvoir être démontés et la majorité des matériaux pourront également être réemployés. Ainsi que nous l'évoquions dans notre article "Dernière ligne droite pour les Ouvrages Olympiques", tandis qu'en phase 1, les logements accueilleront 20.000 visiteurs de l'évènement olympique, en phase 2, le village se transformera pour accueillir bureaux, commerces et nouveaux logements.

 

Une transformation rendue possible par la mise en place de 60.000 m² de cloisons démontables qui pourront être réutilisées à l'issue de la compétition. Ces cloisons ont été spécifiquement codéveloppées par Placo, filiale de Saint-Gobain. Ainsi les chambres des athlètes pourront être reconverties en logements et chambres d'étudiants après les compétitions. Les plaques de plâtre qui ont été enlevées pourront servir sur de nouveaux chantiers en région parisienne, dans le cadre d'une expérimentation d'une filière de réemploi

 

"Il nous fallait une cloison qui puisse se déposer sans laisser de traces de son passage. Il a fallu deux ans de recherche et développement pour inventer ce nouveau système d'accroche", précise Maïté Ketterer, directrice économie circulaire à Batirama. Elle nous explique que contrairement aux cloisons actuelles dont le rail est vissé directement sur le plafond, ici le rail est fixé par un adhésif. Placo précise que les plaques de plâtre, quant à elles, sont laissées à l’état brut. Elles ne sont ni peintes, ni jointoyées afin de pouvoir être réemployées par la suite. 

 

Des matériaux acheminés par voie fluviale

 

Péniche acheminant des matériaux de construction sur la Seine pour le chantier olympique

Péniche remplie de matériaux livrant le chantier olympique. © Point P - Saint-Gobain

 

Sur le chantier du Village des athlètes, des moyens de livraison alternatifs ont été privilégiés. Point.P, marque du groupe Saint-Gobain, livre des matériaux de construction par le biais de deux péniches qui effectuent des rotations via un parcours logistique vertueux, conçu avec les partenaires Haropa et VNF (Voies Navigables de France).

 

Cela permet de réduire de 50% les émissions de CO2 - soit - 5,5 kg de CO2 par tonne livrée. Sur ce chantier spécifique, 1500 tonnes de matériaux et 60 camions de 25 tonnes ont pu être évités depuis le début du chantier. Sans compter la réduction de nuisances de trafic et des potentiels retards de livraisons dus aux encombrements bien connus en région parisienne...

 

Dans notre article du 28 février "Des modules bois préfabriqués acheminés par la Seine", nous avons vu que la Seine a également été utilisée pour acheminer des modules bois préfabriqués complet. 

 

"Là aussi le défi logistique a nécessité six mois de préparation en amont. Nous avons créé une base logistique spécifiquement pour les chantiers des JO à Saint-Denis", ajoute Maïté Ketterer. La base logistique éphémère est située sur un quai à usage partagé. A l'heure actuelle, le chantier est encore en cours et les flux hebdomadaires doivent se poursuivre jusqu'à livraison finale. La base temporaire pourra cependant potentiellement rester en place par la suite pour les besoins logistiques du Comité d'organisation des Jeux, a tenu à préciser Maïté Ketterer.

 

Un système d'ITE sur des façades bois jusqu'à 28 mètres de hauteur

 

Les immeubles du Village des athlètes sont de moyenne hauteur, avec des façades en bois. Or jusqu'à présent, la technologie pour une isolation thermique par l'extérieur (ITE) sur une façade bois n'était possible que jusqu'à 9 mètres de haut. Le défi à relever ici, était de trouver le moyen de la faire monter jusqu'à 28 mètres de hauteur. "Quand on monte en hauteur, l'enjeu, c'est l'humidité", explique Maïté Ketterer. "Ici il a fallu travailler en utilisant un système de pare-pluie et de caisson étanche. On a eu besoin de faire valider trois agréments techniques, pour trois lots différents." C'est Weber, filiale de Saint-Gobain et leader des mortiers industriels, qui a signé cette innovation : le système ITE webertherm XM roche COB + 305 F.

 

Une œuvre d'art en verre fabriquée en Alsace

 

sommet de la tour signal - installation d'une oeuvre d'art en verre

Le sommet de la tour Signal en cours d'installation. © Vinci Immobilier - Atelier CH

 

Enfin, c'est avec une œuvre artistique que clôture cette présentation : celle qui coiffera la tour Signal au cœur du Village des athlètes. Il s'agit d'une réinterprétation des anneaux olympiques, fabriquée dans l'usine de verre de Saint-Gobain en Alsace grâce au savoir-faire industriel local.

 

Pour la réaliser, une année de travail de préparation a été nécessaire avant de lancer la production. Une fois le projet validé, chaque élément a été chauffé pendant 10 heures à près de 800°C pour être ramolli et prendre la forme de l'empreinte préalablement réalisée. Les vitrages mesurent 200 m², sur plus de 2 mètres de hauteur. Il est prévu que l'œuvre reste en place au sommet de la tour après les jeux.

 

Toutes ces innovations, créées spécifiquement pour les chantiers des JO, trouveront très certainement application par ailleurs. "Les exigences très fortes du Comité d'organisation des jeux nous ont poussées à innover. On a fait du sur-mesure. Et c'est un véritable accélérateur en ce qui concerne l'économie circulaire, un des grands défis de l'avenir" conclut Maïté Ketterer.

 




Source : batirama.com / Emilie Wood / Photo © Saint-Gobain

L'auteur de cet article

photo auteur Emilie Wood
Journaliste, photographe, vidéaste, Emilie Wood travaille depuis 2010 pour la presse, qu’elle soit professionnelle dans les domaines du BTP et de l’agriculture, ou généraliste. Pour Batirama, elle écrit sur des sujets aussi variés que la conjoncture BTP, l’évolution de la réglementation, la rénovation énergétique, les réformes, les innovations, ou encore l’actualité de l’immobilier. Elle apprécie particulièrement réaliser des portraits d’entreprises et révéler les femmes et les hommes qui, chacun à leur manière, font une différence, qu’ils soient entrepreneurs ou collaborateurs d’entreprise.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Gros oeuvre : les nouveaux modes constructifs : les autres articles du dossier...

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (27 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits
Synea