Les pompes à chaleur seraient les "oubliées" du gouvernement

Les pompes à chaleur seraient les

Le secteur des pompes à chaleur estime être "le grand oublié" du gouvernement en France, situation qui s'aggrave, selon lui, avec l'entrée en vigueur d'une nouvelle réglementation thermique.







"Après un démarrage prometteur, les marchés de ces produits connaissent depuis trois ans des reculs très significatifs qui remettent en cause la pérennité de la filière particulièrement en termes d'emplois", s'alarme l'Association française pour les pompes à chaleur (Afpac).

 

"Faute de volumes significatifs, nous constatons depuis un an des périodes de chômage technique importantes, des licenciements et des disparitions d'entreprises. Actuellement ces phénomènes s'accélèrent", avertit-elle dans un communiqué.

 

Le principe d'une pompe à chaleur est celui d'un réfrigérateur inversé : comme un frigo qui capte la chaleur des aliments pour l'extraire à l'arrière de l'appareil, il capte les calories contenues dans l'air extérieur (ou le sous-sol pour la géothermie) afin de chauffer l'intérieur d'un bâtiment.

 

Moins de gaz à effet de serre

 

Face aux énergies fossiles comme le fioul ou le gaz, il présente l'avantage d'émettre moins de gaz à effet de serre (si l'électricité est d'origine propre). Et face aux radiateurs électriques, il représente une consommation réduite d'environ 60%, selon les professionnels.

 

Mais, déplore l'Afpac, la nouvelle réglementation thermique ("RT 2012") en vigueur depuis le 1er janvier, se révèle plus favorable aux chaudières à gaz qu'aux appareils utilisant l'électricité, avec un plafond de consommation de 50 kilowattheures par mètre carré dans les bâtiments.

 

Ce plafond disqualifie le plus souvent les pompes à chaleur (qui consomment de l'électricité), au profit de chaudières à gaz, pourtant basées sur une énergie non renouvelable.

 

Après un pic avec 153.000 installations de pompes à chaleur en 2008, le marché français a considérablement rétréci, tombant à 63.000 en 2011. Les dernières statistiques de l'Afpac indiquent un recul de l'ordre de 4% des ventes en 2012, pour un parc actuel d'environ 700.000 pompes.

 

 

Source : batirama.com / AFP

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (192 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Écrans souples de sous-toiture