Lettre ouverte au Gouvernement par 14 organisations professionnelles du bâtiment

Lettre ouverte au Gouvernement par 14 organisations professionnelles du bâtiment

Dans une lettre ouverte à Elisabeth Borne ce 18 octobre, 14 acteurs du secteur du bâtiment proposent d'étendre le champ d'action de la politique d'incitation à la rénovation.




"La problématique de la surchauffe des bâtiments n'est pas suffisamment prise en compte dans les politiques publiques" indiquent les organisations professionnelles signataires, parmi lesquels le Groupement Actibaie, l'AICVF (Association des ingénieurs et techniciens en climatique, ventilation et froid), l'ICO (Ingénierie du confort objectif 2050) le Cercle Promodul INEF4, le CINOV (Fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, de l'ingénierie et du numérique), la Fédération Française de la Construction Passive, l'Ignes, le SFJF (Syndicat Français de Joints et façades), le SNFA (groupement des concepteurs, fabricants et installateurs spécialisés dans les menuiseries extérieures ), l'UMB-FFB (Union des métiers du bois), l'UMGCCP (Union des métiers du génie climatique, de la couverture et de la plomberie), l'UMPI-FFB (Union des métiers du plâtre et de l'isolation), l'Adivet (Association des toitures et façades végétales) et la CSFE (Chambre syndicale française de l'étanchéité) dans ce courrier adressé à Elisabeth Borne ce mardi 18 octobre

 

 

Ne plus parler de confort d'été, parler de "souffrance thermique"

 

Les Français sont 69% à souffrir des températures trop élevées dans leur logement, rappellent les signataires en début de missive. Après avoir évoqué l'importance de la rénovation énergétique des bâtiments comme d'un levier essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique, les signataires poursuivent : "le sujet du chauffage a tendance à éclipser les enjeux estivaux. Or, la hausse des températures et les vagues de chaleur, qui se font plus régulières et plus extrêmes, contribuent à l'accroissement de l'inconfort thermique et des inégalités sociales. Le confort d'été, expression communément utilisée dans la réglementation thermique, n'apparaît plus adapté à la situation ; il serait plus juste de parler de souffrance thermique."

 

Pour faire baisser la température dans leur logement, rappellent les signataires, les Français ferment stores et volets (82%), aèrent les pièces la nuit (77%), ferment les fenêtres (62%), utilisent un ventilateur (41%) ou un climatiseur (21%). Près d'un Français sur cinq qui n'en dispose pas déjà a l'intention d'investir dans un système de rafraîchissement, "souvent sans avoir recours à un professionnel qui saura l'aiguiller vers des solutions appropriées et efficaces."

 

 

Vers un recours à la climatisation raisonné et adapté

 

 

En France, la consommation associée au refroidissement des bâtiments s’élevait en 2020 à 4,9 TWh dans le secteur résidentiel et à 10,6 TWh pour le secteur tertiaire. Le recours à la climatisation dans les logements a augmenté de 78 % entre 2016 et 20205.

 

Les signataires rappellent que ce sont les systèmes les moins performants – par exemple les équipements mobiles – qui participent le plus au réchauffement des villes. "À titre d’exemple, si la chaleur émise par les climatiseurs double d’ici à 2030, la température pourrait augmenter de 2°C dans Paris", indique la lettre. Ainsi, afin d'associé sobriété énergétique et confort des ménages, il est important d'utiliser "des technologies performantes, de manière raisonnée et en combinaison avec les mesures passives, non consommatrices d'énergie, qui permettent d'en limiter l'impact énergétique. La consommation liée au refroidissement en sera ainsi réduite au strict nécessaire."

 

 

Mieux valoriser les mesures passives

 

 

Installer des protections solaires motorisées ou automatisées, améliorer l'inertie thermique des bâtiments, automatiser l'ouverture des fenêtres, végétaliser les bâtiments, mettre en oeuvre des revêtements d'étanchéité réfléchissants sur les toitures terrasses, sont les méthodes citées par la lettre qui ne sont pourtant "absentes des politiques publiques françaises de rénovation énergétique". "Pourquoi ne pas étendre les dispositifs de soutien actuellement limités à l'audit et à la réduction de consommation de chauffage ?" questionnent les signataires.

 

En conclusion, la lettre indique que l'adoption avant le 1er semestre 2023 de la 1ère loi de programmation quinquennale sur l'énergie et le climat (LPEC) puis, en 2024, la 3ème programmation pluriannuelle de l'énergie, de la 3ème stratégie nationale bas-carbone et du 3ème plan national d'adaptation au changement climatiques seront des occasions de changer la réglementation dans le bon sens. "Nous vous demandons donc d'intégrer au plus vite les moyens passifs d'amélioration de la performance thermique d'été dans les dispositifs d'aides à la rénovation."




Source : batirama.com/ Emilie Wood / Photo © Broesis - Pixabay

L'auteur de cet article

photo auteur Emilie Wood
Journaliste, photographe, vidéaste, Emilie Wood travaille depuis 2010 pour la presse, qu’elle soit professionnelle dans les domaines du BTP et de l’agriculture, ou généraliste. Pour Batirama, elle écrit sur des sujets aussi variés que la conjoncture BTP, l’évolution de la réglementation, la rénovation énergétique, les réformes, les innovations, ou encore l’actualité de l’immobilier. Elle apprécie particulièrement réaliser des portraits d’entreprises et révéler les femmes et les hommes qui, chacun à leur manière, font une différence, qu’ils soient entrepreneurs ou collaborateurs d’entreprise.
Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Pour aller plus loin ...

Newsletter
Produits


Votre avis compte
Pensez-vous que les mesures gouvernementales sont suffisamment efficaces pour résorber la crise du logement ? (33 votants)
 
Articles
Nouveautés Produits

BAGAR AIRLISS LF

Sous-couche universelle Absolue