Le parquet massif et son support se soulèvent

Le parquet massif et son support se soulèvent

Le sinistre est intervenu dans une maison ancienne qui a fait l’objet d’une opération de rénovation. L’entreprise a remplacé un parquet stratifié flottant, posé sur le plancher bas du rez-de-chaussée, par un parquet en bois massif collé.



 

Peu de temps après la livraison, intervenue au mois de février, le parquet a commencé à se déformer.

 

 

  1. Vue d’ensemble du parquet déformé

 

 

  1. Nature du complexe : plancher massif collé sur panneau de bois aggloméré

 

 

  1. Vide sanitaire : plots en pierre calcaire+ solives en sapin + panneaux de bois aggloméré.

 

Six mois après, on pouvait mesurer 13 cm de soulèvement. Non seulement les lames de parquet se sont soulevées et parfois fendues, mais le plancher support lui-même s'est également déformé.




 

Un vide sanitaire non ventilé

 

 

  1. Ampleur du soulèvement

 

 

  1. Vieux morceaux de bois pourris laissés à l’abandon dans le VS.

 

Le parquet a été collé sur un plancher existant constitué de panneaux en aggloméré de bois de qualité ordinaire (CTB.S), fixés sur des solives en sapin, elles-mêmes posées à l'aide de cales sur des plots de pierre calcaire.

 

Ce plancher surmontait directement un vide sanitaire non ventilé. Le remplacement du parquet s'est effectué à la fin du chantier.

 

Absence d’investigations !

 

L’approche imminente de la livraison a incité l'entrepreneur à coller directement le nouveau parquet sur le support mis à nu sans procéder à des investigations sur la nature du plancher et le vide sanitaire, leur compatibilité avec le nouveau parquet et le type de pose choisi.

 

L'ancien parquet était désolidarisé de son support. Ce mode de pose avait permis de maintenir relativement constante l'hygrométrie des panneaux de plancher et d’éviter ainsi leurs déformations.

 

La pose collée du nouveau parquet massif a modifié les échanges hygrométriques, réduisant l’assèchement naturel du plancher support. La mise en chauffe des pièces à une température élevée (>à 25°C) a aggravé le sinistre.

 

Ce qu'il aurait fallu faire

 

A défaut d'avoir réalisé des sondages avant les travaux, la mise à jour d'un plancher en aggloméré de bois aurait nécessité un arrêt temporaire du chantier le temps de mener quelques vérifications indispensables.

 

L'inspection du vide sanitaire et du plancher lui-même aurait montré que les plaques d'aggloméré ne pouvaient être conservées en l'état (DTU 51.3) et que la pose collée d'un nouveau parquet sur un tel support ne pouvait être envisagée (DTU51.2).

 

Source : batirama : Denis Gayot, Fondation Excellence SMA

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
La Maçonnerie et la RE2020

Produits



Votre avis compte

Selon vous, les entreprises sont-elles suffisamment aidées face à la situation énergétique? (16 votants)
Oui
Non
 

Articles

Agenda

Boutique


Programmer, concevoir, réaliser et exploiter un bâtiment durable