Eclairage : comment respecter la RT 2012 dans le tertiaire

Eclairage : comment respecter la RT 2012 dans le tertiaire

 

Les textes introduisant la RT 2012 pour le tertiaire neuf sont entrés en vigueur depuis octobre 2011. Le syndicat de l’éclairage rappelle des recommandations simples à mettre en oeuvre.






L’éclairage devient le premier usage de l’énergie dans les bâtiments tertiaires. En effet, si l’orientation et l’isolation de ces bâtiments neufs sont réalisées en respectant la RT, le besoin de chauffage et de climatisation s’en retrouve d’autant diminué et l’éclairage devient ainsi le premier poste de consommations.

 

Les enjeux sont donc tels que la profession souhaite proposer à l’ensemble de la filière bâtiment quelques principes qui devraient permettre de mieux décoder la RT 2012 et d’éviter les contre références. Voici les principes généraux.

 

La RT 2012 ne concerne que les bâtiments neufs

 

Elle ne s’applique encore qu’aux immeubles de bureaux, d’enseignement, ou d’accueil de la petite enfance. La règlementation pour les autres bâtiments non résidentiels (commerces, bâtiments industriels, musées, équipements sportifs ou culturels, etc.) n’est pas publiée. C’est donc encore la RT 2005 qui s’applique pour tous ces bâtiments.

 

La RT 2012 exige que les concepteurs du bâtiment recherchent les meilleurs moyens de profiter des ressources naturelles gratuites, en particulier la lumière du jour. Cette prédisposition du bâtiment, avant même d’aborder la question des équipements techniques qui y seront installés pour le chauffage, ou l’éclairage, s’appelle le « Bbio ».

 

La RT 2012 impose une exigence de consommation globale, pour les espaces chauffés, et pour les seuls 5 usages suivants : éclairage, chauffage, climatisation-refroidissement, eau chaude sanitaire et auxiliaires liés aux usages thermiques.

 

Ascenseurs et espaces non chauffés : consommations exclues

 

Les consommations des ascenseurs ainsi que des espaces éclairés mais non chauffés (parkings, certaines parties communes) sont exclues du calcul. Comme pour la RT 2005, ces espaces sont traités directement dans l’arrêté, avec des exigences renforcées d’automatismes pour la prise en compte de la présence des personnes et des apports gratuits de lumière du jour.

 

Le modèle de calcul réglementaire THB CE contient également des exclusions, comme celle des consommations de l’éclairage de mise en valeur des objets.L’exigence de base annoncée de 50 kWh d’énergie primaire par an et par m² est en fait variable selon les types de bâtiments, la région, l’altitude, et parfois la surface.

 

Il n’y a aucune exigence de consommation annuelle spécifique à l’éclairage ou à un autre des usages. La RT 2012 n’impose pas de limite de puissance électrique installée (watts par mètre carré), seules comptent les consommations d’énergie annuelles globales des 5 usages.

 

La RT 2012 impose un comptage des consommations pour l’éclairage et un affichage pour que l’utilisateur puisse se rendre compte de ses éventuels excès de consommations.

 

 

Source : batirama.com

 

 

Cinq recommandations à suivre

 

En conclusion, le syndicat de l’éclairage fait part de cinq recommandations simples pour se donner toutes les chances de respecter la RT 2012

 

  • réaliser une véritable étude d’éclairage selon les prescriptions de la norme européenne NF EN 12464 ;

 

  • mettre en oeuvre des sources de lumière présentant la meilleure efficacité lumineuse (rapport lumens/watt), sans négliger la qualité de lumière (indice de rendu des couleurs (IRC) et température de couleur (kelvins) ;

 

  • choisir des luminaires confortables (pas d’éblouissement) et présentant le meilleur rendement ;

 

  • étudier l’implantation - partout cela est possible, en fonction des locaux, des usages et des comportements - de systèmes automatiques permettant de faire varier ou d’éteindre automatiquement l’éclairage (détection de présence et détection des apports gratuits de lumière du jour). Ces systèmes peuvent être déjà intégrés aux luminaires ou implantés dans la zone du bâtiment à contrôler ;

 

  • calculer les consommations annuelles et ne plus parler de puissance installée : le W/m• est une notion encore utile pour calculer les sections de câbles et les protections nécessaires à la sécurité électrique, mais ne doit plus tenir lieu de critère énergétique.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

Covid-19 : les entreprises du BTP doivent-elles poursuivre leur activité malgré l'épidémie ? (1559 votants)
Oui
Non
 

Boutique


Pose collée de carrelage en travaux neufs - NF DTU 52.2

Chauffe-eau solaire individuel - NF DTU 40 & DTU 43