Deux ans d'études autour du béton de plâtre, une exposition au Pavillon de l'Arsenal

Deux ans d'études autour du béton de plâtre, une exposition au Pavillon de l'Arsenal

Ciguë architectes présente ses recherches sur le potentiel du plâtre comme liant capable de remplacer sable et graviers dont les réserves s'épuisent, par des gravats du bâtiment. (Photo © ciguë architectes)



L'emploi du plâtre était autrefois très largement utilisé dans les constructions parisiennes, notamment au 17e siècle qui a "blanchit" totalement la capitale. L'avènement des bétons et matériaux de constructions modernes ont ralenti son utilisation. A l'heure où l'ont recherche de nouveaux modes de fabrication plus respectueux de l'environnement, les architectes de l'agence ciguë ont décidé d'étudier le potentiel du plâtre, ce matériau endémique.

 

Leur recherche propose en particulier d'explorer la possible utilisation du plâtre dans la fabrication de chape pour remplacer le ciment, responsable de près de 30,3% des émissions de CO2 du secteur du bâtiment. Leur étude entend ainsi démontrer les qualités de liant du plâtre capable de substituer aux agrégats habituels des déchets recyclés du bâtiment : briques, tuiles ou béton concassés...

 

L’exposition Béton de plâtre et la publication qui l’accompagne retracent deux années de recherches pour explorer les assemblages possibles pour fabriquer des chapes post ciment. Au travers d'échantillons, des résultats des essais, de prototypes et de films, cette manifestation rend compte des études en laboratoire ainsi que des expérimentations menées en condition réelle. Cette manifestation s’inscrit aussi dans un processus de recherche plus long qui va aboutir à la construction d’un bâtiment à usage mixte atelier-logement à Montreuil puis à l’analyse in situ de la pérennité de ce nouveau matériau.



Avec l’appui de l'usine de transformation de gypse en plâtre Vieujot, située à Soisy-sous-Montmorency dans le Val d’Oise, des chercheurs du laboratoire Granulats et procédés d’élaboration des matériaux au sein du département Matériaux et structure de l’université Gustave Eiffel et du bureau d’étude Le Sommer, les résultats de cette recherche confirment les hypothèses de départ. Les bétons de plâtre à base de réemploi de briques et tuiles mélangées présentent une très bonne résistance à la compression, au poinçonnement et à l'abrasion. Ceux à base de réemploi de béton pourraient être mobilisés pour leur capacité de masse et d'isolation acoustique. Et, quel que soit leur formulation, ils présentent un excellent bilan au regard de l’utilisation des ressources naturelles tout en émettant nettement moins de gaz à effet de serre qu’une chape de béton classique.

 

Une rencontre avec les chercheurs jeudi 27 janvier à 19h

Du 20 janvier au 6 février, une exposition au pavillon de l'Arsenal, 21 Bd Morland à Paris, présentera les travaux menée par ciguë architectes dans le cadre de l'accélérateur de projets innovants FAIRE, autour de l'utilisation du plâtre en tant que liant capable de remplacer les agrégats naturels, sable et graviers dont les réserves s'épuisent, par des gravats du bâtiment : briques, tuiles ou béton concassés...

Jeudi 27 janvier à 19h, une rencontre gratuite est organisée avec les architectes, sur inscription. Pass sanitaire demandé. 

Détail d'un essai. © ciguë architectes

 


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
La Maçonnerie et la RE2020

Produits



Votre avis compte

Avez-vous l’intention de voter aux élections législatives le 12 juin ? (92 votants)
Oui
Non
 

Boutique

Maisons et bâtiments à ossature bois