La société CHAROT commercialise son nouveau produit le MAX’O SOLAIRE GAZ

La société CHAROT commercialise son nouveau produit le  MAX’O SOLAIRE GAZ

Un générateur E.C.S. bi-énergies Solaire et Gaz pour les applications collectives et industrielles conçu et produit en France à SENS






Les MAX'O SOLAIRE GAZ associent les performances du MAX'O GAZ et l'énergie renouvelable gratuite du solaire. Ils répondent ainsi aux évolutions liées au Grenelle de l'environnement et aux exigences de production d'eau chaude sanitaire en semi-instantané dans les secteurs tertiaires (hôtellerie, restauration, campings, complexes sportifs, hôpitaux, laveries,…), résidentiels (petits immeubles) et industriels (eau de process, eau sanitaire).

Le serpentin inox raccordé en partie basse au circuit solaire assure le pré-réchauffage de l'eau froide. Le corps de chauffe avec brûleur assure la montée en température complémentaire.

 

caractéristiques principales

 

-Economique : rendement > 98 % sur PCI

-Grande capacité : 400 à 1200 litres

-Puissance solaire : 4 à 13 kW

-Puissance gaz : 45 à 110 kW

-Fiabilité : certifié CE, testé et réglé en usine

-Simplicité : installation et entretien aisé

-Ecologique : faible émission de NOx

-2 versions : cheminée ou ventouse

-Santé publique : équipements anti-légionelle

-Isolation : jaquette de 100 mm

-Qualité : tout inox 316 L

 

 
source: batirama.com


Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

24 PRODUIT(S) POUR Charot













Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (59 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

La fabrication du bâtiment 1