Le gouvernement ralentit le rythme des nouvelles installations de notaires

Le gouvernement ralentit le rythme des nouvelles installations de notaires

Nouvelle étape dans l'ouverture de la profession de notaire : le gouvernement a fixé à 250 l'objectif de nouvelles nominations d'ici à 2023, un chiffre en recul par rapport aux précédents objectifs.





Il suit ainsi les recommandations de l'Autorité de la concurrence formulées le 28 avril dernier, qui s'était montrée particulièrement prudente en raison de la crise sanitaire. Depuis 2016, avec la loi Macron, le notariat connaît une relative libéralisation alors que l'ouverture de nouveaux offices étaient jusqu'alors extrêmement encadrée.

 

À l'époque, l'objectif de nominations de nouveaux notaires avait été fixé à 1.650 à l'horizon 2018. Lors de la deuxième carte de création d'offices notariaux, qui couvrait la période 2018-2020, il avait été établi à 700. Cette ouverture suscite l'opposition des instances de la profession qui craignent les conséquences économiques d'une ouverture à la concurrence jugée trop brusque.

 

3e étape de la libéralisation de la profession des notaires

 

Pour cette troisième étape de la libéralisation de la profession, le Conseil supérieur du notariat (CSN) "note le net ralentissement du rythme d'installation", mais soutient que les objectifs initiaux de la loi Macron ont déjà été "largement dépassés". Le CSN estime en effet que 746 offices ont été créés en plus des objectifs fixés depuis 2016.

 

"Nous estimons qu'il était inutile de créer le moindre office supplémentaire. L'offre est actuellement pourvue", a déclaré David Ambrosiano, le président du CSN, cité dans le communiqué.Selon lui, une pause dans les nouvelles installations était "plus que jamais nécessaire" face aux incertitudes économiques.

 

Pour la période 2021-2023, le gouvernement a également limité le nombre total de zones d'installation des notaires à 293, au lieu de 306. 112 d'entre elles seront des zones d'installation libre, et 181 des zones d'installation contrôlée.En raison de la crise sanitaire, l'Autorité de la concurrence avait estimé en avril qu'il faudrait de nouvelles installations jusqu'en 2029, au lieu de 2024.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 499 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (957 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Isolation de combles