Quelles alternatives écologiques pour remplacer un chauffage au fioul ?

image

A la suite de la Convention Citoyenne sur le climat, le gouvernement a entériné en 2020 l’interdiction à partir de 2022 du remplacement de chaudière au fioul dans un logement et l’interdiction de toute nouvelle installation de chaudière au fioul 100% fossile.



En plus d’être un combustible assez cher, le fioul émet en effet un volume important d’émissions de CO2 qui le classe parmi les énergies les plus polluantes.

3,5 millions de foyers utilisent ce combustible soit 14% du mix énergétique français. Même si vous pouvez toujours utiliser votre chaudière au fioul jusqu’à ce qu’elle rende l'âme, il est important de penser dès aujourd’hui aux alternatives écologiques pour la remplacer. Tour d’horizon des modes de chauffage plus respectueux de l'environnement en remplacement d’une chaudière au fioul.

 

Alternatives écologiques au fioul : la pompe à chaleur air/eau

 

La pompe à chaleur air/eau constitue une solution alternative intéressante à la fin des chaudières au fioul en 2022. Utilisée à la fois pour chauffer l’intérieur du logement et produire de l’eau chaude, elle s’avère rentable sur le long terme (malgré un coût d’installation assez élevé) en plus d’être écologique.

 

Elle se compose de 2 modules, un en intérieur et un en extérieur reliés entre eux pour acheminer la chaleur vers les radiateurs à eau à l’intérieur. La PAC va prélever les calories dans l’air froid extérieur pour les faire monter en température via un fluide frigorigène caloporteur transmis au système de chauffage. La pompe à chaleur est un dispositif qui peut dans certains cas s’avérer réversible et permettre de rafraîchir une pièce en été.

 

Si le dispositif air/eau est le plus utilisé, il existe également des pompes à chaleur qui puisent leur énergie dans le sol (PAC sol/eau ou géothermie) ou dans l’eau (PAC eau/eau).

 

Passés les frais d’installation assez élevés estimés entre 65 et 90€ par m² à chauffer soit environ 9000€ en moyenne (plus de détails ici), la pompe à chaleur est un dispositif de chauffage très économique avec un coût par m² annuel moyen compris entre 5 et 8€. Son autre point fort réside dans le rapport entre l'énergie consommée pour produire de la chaleur et l’énergie produite qui est d’environ 4 pour 1 (1kW/h permet de générer 4kWh pour chauffer le logement).

 

Alternatives écologiques au fioul : le chauffage au bois

 

Le bois est un des combustibles les moins polluants lorsqu’on analyse son émission de dioxyde de carbone sur l’ensemble du cycle de vie du matériau. Il émet en effet peu de CO2 lors de sa fabrication et possède une capacité à stocker ce CO2 pour ne l’utiliser qu’en fin de cycle lors de sa combustion. Le bois est par ailleurs le dispositif de chauffage le plus économique. Il peut être utilisé sous plusieurs formes.

 

La chaudière à bois bûche

L’installation d’une chaudière bois-bûche ou d’une cheminée est une excellente solution de remplacement par rapport à la fin des chaudières au fioul. Elle permet de réduire sa facture énergétique d’environ 30%. Le coût du bois est par ailleurs relativement modéré. Il en coûtera en effet environ 60€ par stère selon les régions sachant qu’une année de chauffage nécessitera environ une dizaine de stères pour une maison moyenne de 100m². Un coût annuel d’environ 600€ donc bien plus modéré que les installations électriques (environ 1500€ par an) ou les installations au gaz (environ 1000€ par an) sur une même surface.

Il convient toutefois d’ajouter à ce prix les frais d’entretien de la cheminée ou de ramonage (environ 45€ une fois par an). Tout compris, le prix du bois est d’environ 0,073€/KW/h là où celui de l’électricité s’élève à 0,14€/KW/h et revient donc à quasiment 2 fois moins cher.

La chaudière à bois permet d’atteindre des rendements proches de 90% et de chauffer l’intégralité d’une maison grâce à un système de conduits.

L’installation d’une cheminée en remplacement d’une chaudière à fioul nécessitera un investissement de départ de 1000 à 5000€ selon les modèles. Les chaudières à bois peuvent être à chargement manuel ou à chargement automatique (bien plus onéreuse pouvant aller jusqu’à 15 000€).

Elle ouvre toutefois droit à diverses aides de l’Etat dont notamment MaPrimeRenov, la Prime Énergie ou encore la TVA à 5,5%.

La chaudière à bois nécessite par ailleurs un espace de stockage assez important à l’abri des intempéries pour accumuler le bois. Le lieu de l’ancienne cuve à fioul peut dans ce cas occuper cette fonction.

 

La chaudière à granulés

La chaudière à granulés est le dispositif le plus récent de chauffage à bois. Elle tend à remplacer progressivement les chaudières à bois traditionnelles. La chaudière à granulés fonctionne à l’aide de pellets (petits morceaux de bois et de sciure compactés) qui servent de combustible. Le combustible distribue la chaleur dans le logement à l’aide d’un circuit de chauffage central un peu à la manière d’une chaudière au fioul. Le raccordement s'effectue donc très facilement si vous utilisez un chauffage au fioul et et s’avère donc un excellent dispositif de transition pour anticiper la fin du chauffage au fioul.

L’acheminement des granulés vers la chaudière s’effectue automatiquement par un système de vis sans fin parfois couplé à un dispositif d’aspiration.

La chaudière à granulés peut également être reliée à un ballon d’eau chaude pour produire de l’eau chaude sanitaire. Là encore, les pellets nécessitent un espace de stockage (bien moins important que pour la cheminée) à proximité de la chaudière afin de l’alimenter régulièrement.

Le rechargement en pellets s’effectue généralement par camion en une fois annuellement pour un montant moyen annuel de 600€.

Le prix d’une chaudière à granulés peut aller de 2 000 à 20 000€ selon la puissance et les modèles. Les aides et subventions des pouvoirs publics sont également disponibles pour l’installation de cet équipement.

 

Alternatives écologiques au fioul : la chaudière à condensation

 

La chaudière à condensation est un dispositif optimisé utilisant le gaz naturel qui permet d’obtenir un rendement encore supérieur à plus de 90%. Elle fonctionne grâce à un dispositif thermique de récupération de la chaleur des gaz de combustion. Elle récupère les fumées et les vapeurs d’eau issues de la combustion du gaz naturel pour les refroidir et recréer de la vapeur d’eau qui sera alors condensée pour être réutilisée en tant que système de chauffage. Il s’agit là d’une solution économique (jusqu’à 30% d’économies d’énergie) et écologique (de par la réduction des gaz à effet de serre).

Le prix d’une chaudière à condensation est très variable et peut aller de 2 000 à 20 000€. Là encore, la chaudière à condensation en remplacement du chauffage au fioul ouvre droit aux différentes aides étatiques. La chaudière à condensation existe également pour une chaudière à bois selon le même principe de récupération. Elle coûtera alors de 10 000 à 20 000€.

 

Bon à savoir 

D’ici 2050 le gouvernement français s’est engagé à utiliser 100% de gaz dit vert. Pour rappel, un gaz vert ou biogaz est assez largement issu de la filière biométhane et plus précisément de la méthanisation des résidus agricoles (lisiers, fumiers, résidus de culture…).

En parallèle de l’objectif à 2050, la loi de transition énergétique a fixé une utilisation de 10 % de gaz renouvelable dans la consommation totale de gaz pour 2030 alors que nous sommes à peine à 1% actuellement.

La filière biométhane a donc de beaux jours devant elle : 196 sites de méthanisation injectent déjà dans les réseaux gaziers en France et 1110 autres sont en cours de développement. Pour le moment les coûts de production de biogaz sont plus élevés que ceux du gaz d’origine fossile mais cet écart est amené à s’inverser notamment avec la prise en compte de manière plus sérieuses des externalités négatives dans le calcul global des coûts de production.

A noter que lorsque je souscris à une offre incluant par exemple 15% de biogaz je suis exonérée de la taxe Intérieure de consommation sur la gaz naturel (TICGN) sur ce pourcentage. Donc je ne paierai la TICGN que sur 85% de ma consommation.

 

Alternatives écologiques au fioul : la chaudière à électricité solaire

 

La chaudière à électricité solaire fonctionne à l’aide de panneaux thermiques, photovoltaïques ou hybrides installés sur le toit du logement qui captent le rayonnement solaire qui sera alors transformé en énergie thermique. La chaleur transite par un tube grâce à un liquide caloporteur jusqu’à un échangeur thermique stocké dans un ballon. Le fluide va alors libérer les calories jusqu’au chauffage ou à l’eau sanitaire.

 

La chaudière à électricité solaire ne peut toutefois couvrir à elle seule les besoins énergétiques du foyer. Elle doit être complétée par une solution d’appoint notamment pendant les périodes de faible ensoleillement. L’installation de cette alternative au fioul ne doit de plus être envisagée que les pour les habitations situées dans des régions à fort taux d’ensoleillement à l’année. Elle permet toutefois dans les zones les plus adaptées de couvrir 60% des besoins du foyer en chauffage et 80% des besoins en eau chaude sanitaire.

 

Le chauffage solaire est une alternative totalement non-polluante (en dehors de la fabrication des panneaux) qui ne produit aucun gaz à effet de serre. L’énergie solaire est de plus inépuisable et renouvelable.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Votre avis compte

Les aides aux entreprises face à la crise énergétique vous semblent-elles plus claires et faciles d'accès qu'avant ? (22 votants)
 

Articles

Nouveautés Produits