Penurie et hausse de prix : clap de fin pour la relance ?

Penurie et hausse de prix : clap de fin pour la relance ?

Alors que les carnets de commandes atteignent des niveaux record, la FFB tire la sonnette d’alarme : la pénurie et la hausse des prix des matériaux menacent lourdement l’activité.





« Il n’est pas question de crier au loup », tempère Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB) à l’occasion de la conférence de presse trimestrielle.

 

« Mais dans les Landes ou dans le Périgord, des agents internationaux achètent le bois le font découper pour l’envoyer en Chine ou aux Etats-Unis par containers ». Conséquence : les prix flambent, « ils se sont envolés de 50 % comme pour la plupart des aciers. Or, quand les matériaux représentent entre 40 % et 50 % du prix de vente final, la moyenne du bâtiment étant de 2 % de marge à l’année, la ligne rouge est largement dépassée ».

 

Et les remontées terrain font état de premiers blocages : des exemples de salariés mis prématurément en congés sont déjà bel et bien là. « Certains chantiers peuvent être non commencés ou abandonnés car les pénalités de retard coûtent moins chères que de les mener à leur terme », déplore le président.

 

Niveau historique de la part de l’amélioration entretien

 

Certes, le gouvernement a commencé à agir. Annoncée fin mai, Alain Griset, ministre délégué chargé des PME met en place une médiation de la filière BTP pour identifier les éventuels comportements abusifs, et sécuriser les approvisionnements des matières premières comme l’activité des entreprises.

 

Est-il déjà trop tard ? La part de l’amélioration entretien qui représente plus de 58 % du chiffre d’affaires du bâtiment porté à 125 milliards d’euros en 2020 «  a atteint un niveau historique ». L’activité est dopée par un bon niveau des ventes dans l’ancien, génératrices de travaux, quand près de 1,1 million de transactions ont été réalisées sur un an.

 

Elle bénéficie aussidu « succès indéniable » de MaPrimeRénov’. Au premier trimestre 2021 et en volume, le chiffre d’affaires des entreprises a progressé de 10 %. Mais, cette relance « sur une très bonne voie pourrait être stoppée », augure Olivier Salleron. Et pas seulement à cause de cette pénurie des matériaux et cette hausse des prix qui planent sur 20 % à 30 % des chantiers.

 

La Déduction forfaitaire spécifique en question

 

Déjà dans le viseur de l’État en 2019, la Déduction forfaitaire spécifique (DFS) pourrait bel et bien disparaître. « Mais de manière beaucoup plus perfide et plus dangereuse dans la période où nous sommes. La pratique de l’administration va à rebours de la volonté du législateur qui est d’instaurer cette relation de confiance avec nos entreprises », s’agace la FFB en écho à la parole de l’Etat incarnée au travers de la loi Essoc.

 

Les raisons de la colère ? Cet abattement de 10 % de l’assiette des cotisations de sécurité sociale pour les employeurs et les salariés, en contrepartie des frais supplémentaires liés à la mobilité de leur lieu de travail bénéficie à 45 % d’ouvriers, 10 d’Etam et 5 % des cadres du bâtiment.

 

Or, le 1er avril dernier, la mise en ligne du Bulletin officiel de la sécurité sociale (BOSS) qui répertorie toute la doctrine administrative en matière de cotisations sociales fait apparaître que cette DFS n’est pas « un droit constant ». Voire pire.

 

Vers en perte de 737 millions d’euros pour les entreprises

 

Ce commentaire administratif est devenu référence pour l’Urssaf « qui l’oppose aux entreprises, et face à la complexité de la mise en œuvre de la DFS, elles vont finir par s’en détourner », s’offusque l’organisation professionnelle.

 

Et pour cause. Cette « nouvelle attaque » de la DFS augure une perte de 737 millions d’euros pour les entreprises du secteur. « Ce n’est pas vraiment le moment, reprend Olivier Salleron.

 

Après plus d’un an de Covid, et une relance qui commence tout en étant impactée par les problématiques liées aux matériaux, c’est un obstacle de plus qui est mis devant les entreprises du bâtiment et leurs salariés ». De quoi sérieusement s’inquiéter quand l’horizon de sortie de crise auparavant placée à l’été 2021 se profile désormais à la fin de cette année. Au mieux.

             

   

Les demandes de la FFB

 

Pour limiter l’impact de la hausse des prix :

 

  • permettre le versement immédiat de la dépense de carry back (sur le trois années précédentes) en crédit d’impôt pour les exercices clos jusqu’à fin 2021.

 

  • mettre en place un crédit d’impôt proportionnel au poste achats matériaux des entreprises du bâtiment.

 

Pour limiter l’impact des pénuries :

 

  • prise en charge intégrale par l’État du coût de la mise en activité partielle des salariés

 

  • gel des pénalités de retard sur les marches publics et privés et tout au long de la filière
  

 



Source : batirama.com/ Stéphanie Lacaze-Haertelmeyer

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (791 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Ventilation double flux dans le résidentiel