L’hydrogène arrive sur les chantiers par le biais des groupes électrogènes

L’hydrogène arrive sur les chantiers par le biais des groupes électrogènes

Depuis le début de 2021, EODev commercialise les GEH2, une gamme de groupes électrogène de 100 kVA à 1MVA, fonctionnant grâce à une pile à combustible Toyota et une batterie Eve System.





Créée en 2019 à Saint-Malot, EODev est une filiale d’Energy Observer, créee par Victorien Erussard en association avec ses partenaires historiques Accor, Thelem assurances, Amfil, rejoints ensuite par le Groupe Monnoyeur (concessionnaire exclusif de Caterpillar en France à travers sa filiale Eneria).

 

Grâce à un premier tour d’amorçage mi-2019, EODev a pu mettre en place sa structure opérationnelle, signer ses premiers accords et contrats stratégiques, financer et concevoir des prototypes.

 

À l’automne 2020, EODev annonçait la finalisation de sa première levée de fonds, pour un montant total de 20 M€, ainsi que son entrée au capital de EVE System, un spécialiste français de la conception et de l’intégration d’intelligence embarquée et de systèmes à base de batteries.

 

Des piles à combustible Toyota

 

 

Enfin, en Avril 2021, Toyota Motor Europe a investi dans EODev. Toyota ME aidera EODev à développer des solutions à base de piles à combustible et fournira des modules de piles à combustible dérivés de son offre Kenshiki, une pile à combustible pour le marché OEM (Original Equipment Manufacturer ou fabricant d’équipement d’origine). ©Toyota Motor Europe

 

 

 

Les premiers travaux d’OEDev ont déjà abouti à plusieurs solutions fonctionnant à base d’hydrogène : les groupes électrogène GEH2, RexH2 des piles à combustibles cascadables pour les navires et STSH2, une station flottante de production et de distribution d’hydrogène. ©EODev

 

 

 

Les groupes électro-hydrogène GEH2

 

Il peut fournir une puissance de secours (ESP) durant une heure de 88 kW avec un cos phi = 1 ou de 110 kVa (cos phi = 0,8). Son démarrage est instantané, sa durée de vie atteint 15 000 heures. Il fournit une tension de sortie de 200/400 V à 50 Hz. Son régime de neutre est TT. Son encombrement est de 3350 x 1150 mm au sol pour une hauteur de 2200 mm.

 

A 50% PRP, son autonomie atteint 8 heure. Outre la pile à combustible Toyota, similaire à cette embarquée dans sa Mirai, le groupe GEH2 contient aussi une batterie de 44 kWh Lithium Ion Fer Phosophate, développée par EVE System, et peut développer une puissance continue de 80 kW, grâce à son système de double adduction d’hydrogène.

 

 

Illuminer la Tour Eiffel

 

En partenariat avec Air Liquide, EODev a déployé sur le Champs de Mars à Paris un premier groupe GEH2 pour illuminer la Tour Eiffel et alimenter un pavillon consacré au développement de l’hydrogène et à l’aventure du navire Energy Observer. Lors d’une visite du site dimanche 30 mai, le fonctionnement du groupe GEH2 était pratiquement inaudible. Lorsqu’il fournit 60 kW de puissance, il ne consomme que 3,5 kg d’hydrogène par heure.

 

EODev promeut le GEH2 pour alimenter en énergie propre des événements mobiles ou temporaires, comme des concerts ou des chantiers de construction et de Travaux Publics, mais aussi pour la fourniture d'énergie de secours sur des installations sensibles (hôpitaux, data-centers...).

 

L’industrialisation du GEH2 est en cours sur le site d’Eneria à Monthléry et les premières unités produites en séries sont prévues début 2022. En attendant, le GEH2 est proposé en location par Loxam qui a fourni l’unité mise en œuvre au Champs-de-Mars.



Source : batirama.com / Pascal Poggi

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (899 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Garde-corps de bâtiments