Village des médias des JO : la Solideo stoppe les travaux et défend son projet

Village des médias des JO : la Solideo stoppe les travaux et défend son projet

La Solideo a stoppé les travaux du village des médias comme le lui a ordonné la justice administrative en référé et compte bien "défendre ce projet qui a du sens".





La cour administrative d'appel de Paris a suspendu, partiellement, en référé les travaux de ce chantier emblématique mené en vue des JO de Paris 2024. Le village des médias, qui accueillera des journalistes pendant les Jeux, sera ensuite transformé en éco-quartier de 1.300 logements, construits en deux phases.

 

"Ce projet a du sens aussi bien en terme d'héritage que d'objectifs pendant la période olympique", a indiqué Isabelle Valentin, directrice adjointe de la Solideo. "On prend acte et on va défendre notre projet", a-t-elle ajouté. Les travaux actuels étaient des "travaux préparatoires de voirie", a-t-elle précisé, afin de viabiliser les terrains en vue de les livrer aux promoteurs en septembre.

 

"On devra travailler en même temps que les promoteurs, donc cela complexifie le chantier", a-t-elle reconnu. "Nous allons travailler des calendriers en fonction des dates que nous aurons" de l'examen au fond du recours administratif déposé par deux associations. Aucune date n'est fixée pour l'instant.

 

Dépollution du terrain des Essences, ancien terrain de l'armée

 

Pour le Mouvement national de lutte pour l'environnement MNLE 93 et le Collectif pour le Triangle de Gonesse, il s'agit d'une opération d'aménagement nocive pour l'environnement, avec les JO en guise de prétexte. Les travaux sont suspendus "à l'exception des travaux liés à l'amélioration des espaces végétalisés ou à la recolonisation du milieu", a fait savoir la Solideo.

 

Non loin du village des médias doivent se tenir les épreuves de tir et d'escalade. Le terrain des Essences qui doit accueillir le tir sportif fait lui aussi l'objet de la suspension en référé. Cet ancien terrain de l'armée, qui a abrité des stocks d'hydrocarbure, était en train d'être "dépollué".

 

*Société de livraison des ouvrages olympiques



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (653 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


Les toitures et terrasses végétalisées