Materr'Up veut industrialiser sa production de bétons de terre bas carbone

Materr'Up veut industrialiser sa production de bétons de terre bas carbone

Avec ses bétons locaux, à base d’argile ou de terres excavées, Materr’Up start-up industrielle dédiée à la construction bas carbone, veut déployer des solutions constructives innovantes et vertueuses.





Légende photo : Accoudés à des échantillons de mur en béton Materr’Up, les trois associés (de gauche à droite) : Charles Neuville, directeur financier, son frère Mathieu Neuville, Pdg, et Manuel Mercé, directeur technique.

 

D’ici quelques mois, la Nouvelle-Aquitaine pourra s’approvisionner en bétons à très bas carbone Materr’Up, pour construire des bâtiments jusqu’à R+4 et créer des aménagements urbains. Car si les premiers projets utilisant ces bétons nouvelle- génération émergent dès ce printemps, le démarrage à échelle industrielle est prévu pour le deuxième semestre 2021.

 

A cette période sera achevée la construction de l’usine de Materr’Up, actuellement en cours dans le sud de la région Nouvelle-Aquitaine, pour  répondre à la forte demande locale de matériaux de construction moins impactants pour l’environnement.

 

Une start up « à mission »

 

« Ce premier site industriel sera opérationnel à la fin de l’année », annonce Mathieu Neuville, co-fondateur et président de Materr’Up. « Nous proposerons des bétons locaux dans notre région dès 2022, puis nous nous déploierons sur d’autres territoires. Notre stratégie est de régionaliser la chaîne de valeurs car nous voulons être une entreprise à mission. Notre activité permet de réduire l’impact environnemental, mais a aussi un impact social, en relocalisant la production de ciment, et participe à faire vivre les territoires, en aidant à structurer les installations de recyclage des collectivités territoriales et à développer des plates-formes de valorisation des déchets. »

 

En passant à l’industrialisation de ses produits, la jeune entreprise vise un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros en 2023.

 

Une technologie brevetée

 

Fondée en 2018 dans les Landes avec l’objectif de commercialiser des produits performants, économiques et certifiés, Materr’UP a mis au point un liant bas carbone limitant l’impact environnemental de la construction et a breveté sa technologie dite « Cross Linked Clay Cement ».

 

A partir de ce ciment à base d’argile de carrière ou de terres excavées de chantier, la toute jeune entreprise fabrique des produits (en cours de certification) répondant aux enjeux de la transition énergétique.

 

Bétons Prêts à l’Emploi (BPE), pièces de béton préfabriquées ou produits de second œuvre sont déclinés pour diverses applications de dalle, voile béton, aménagement urbain, etc.

 

Un bilan carbone « en béton »

 

Tout en répondant à la norme béton NF EN 206/CN.C25/30, ces BPE structurels ont une empreinte carbone fortement réduite par rapport à un béton classique (jusqu’à 80 % en moins de CO2 émis).

 

« Le béton génère environ 8 % des émissions mondiales de GES », rappelle Mathieu Neuville, « Nos bétons de terre crue ont le même niveau de performance qu’un béton conventionnel C25/30 et y allient les vertus du matériau terre. » Ils affichent à la fois de hautes performances thermiques et acoustiques et  prennent soin des usagers en préservant la qualité de vie intérieure : pas d’émission de COV et régulation de la température par leurs capacités hygrothermiques.

 

Utilisation de ressources locales dans une logique d'économie circulaire

 

Avec cette alternative innovante, Materr’UP valorise localement des argiles ou des déchets. « En utilisant des terres d’excavation argileuses, nous sommes dans une logique d’économie circulaire. Nous utilisons des ressources locales et transformons la matière à proximité de sa mise en œuvre, en limitant les distances de transport ».

 

Des développements ultérieurs de ces bétons de terre élargiront encore le champ des possibles, Materr’UP y travaille déjà.  « Il est possible d’armer ces bétons pour obtenir des résistances 30 mégapascals et plus», remarque Mathieu Neuville.

 

« Cependant, ils n’ont pas vocation à remplacer tout le béton conventionnel. L’idée est de mettre le bon matériau au bon endroit ; les bâtiments de demain seront composites. » conclut-il. 



Source : batirama.com/ Emmanuelle Jeanson

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (892 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Pose collée de carrelage en travaux neufs - NF DTU 52.2


Techniques et pratique du plâtre