Avec le rachat de Brueggeman, Saint-Gobain redécouvre le bois

Avec le rachat de Brueggeman, Saint-Gobain redécouvre le bois

En prenant l’automne dernier une participation majoritaire chez un charpentier allemand, le groupe Saint-Gobain bouscule un peu ses habitudes, sans pour autant opérer un revirement net de stratégie.





Légende : Extension d'école à Braunschweig, architecte : werk.um architekten à Darmstadt. ©Thomas Ott | Mühltal

 

En septembre 2020, la nouvelle* de l’entrée de Saint Gobain dans le capital de l’entreprise Brueggemann a étonné en Allemagne. Ne serait-ce que parce que le groupe français de production et de distribution matériaux est aussi l’un des grands fournisseurs directs des entreprises de charpente spécialisées dans le modulaire.

 

Par ailleurs, les entreprises de charpente en troisième génération, comme Brueggemann, avec à leur tête un patron dynamique et d’un âge peu avancé, ne se transmettent pas souvent à de grands groupes.

 

Un investissement dans la construction modulaire

 

Selon le communiqué publié par Saint-Gobain le 15 mars, l’objectif du groupe français est d’investir dans la construction modulaire. Brueggemann serait l’un des acteurs les plus reconnus en Allemagne dans ce domaine, l’entreprise employant 150 personnes pour un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros en 2020.

 

En fait, en Allemagne, la construction modulaire est une discipline plutôt récente. Elle est également relativement récente chez Brueggemann. L’entreprise est fondée en 1957 à Neuenkirchen près de Rheine soit à l’extrême nord de la région Rhénanie du Nord-Wesphalie.

 

La mégalopole de la Rur, sans commune mesure en Europe, se situe un peu plus au Sud. Mais on n’est pas loin non plus de la Westphalie qui est à la fois une région fortement boisée de résineux, et le principal domaine de la transformation du bois en Allemagne, notamment dans le meuble.

 

Toutefois, Brueggemann se situe beaucoup plus au Nord par rapport au tissu des entreprises qui proposent des maisons "toutes prêtes" (appelées « Fertighaus »). Il s’agit de maisons préfabriquées en bois qui, selon les derniers chiffres, atteignent 22% de parts de marché en Allemagne (tendance grimpante), mais avec une part de marché plus grande encore dans le Sud. Dans le Nord en revanche, l’habitat reste très attaché à la brique.

 

Un développement galopant chez Brueggemann

 

De fait, le premier patron de la dynastie est un artisan, son fils en fait. Et à partir des années 70, cette entreprise de charpente étend son champ d’intervention en Allemagne de l’Ouest, un peu dans tous les domaines.

 

En 2005, Tobias Brueggemann reprend la gestion d’une entreprise de 30 salariés qui passe à 65 en 2008, à 80 en 2012, 135 en 2015 et 165 en 2019. La première année de la période Tobias se solde par la création d’une nouvelle entité destinée aux toits et aux façades.

 

Cette entité perdure encore aujourd’hui comme l’une des trois sociétés fondées en 2010 : Brueggemann Holzbau GmbH&Co.Kg pour la construction bois en général, Brueggemann Dach- und Wandtechnik pour les toits et façades, et la toute nouvelle entité Brueggemann Effizienzhaus GmbH, qui veut se faire une place sur le marché de la maison dite écologique.

 

Le mot Effizienz de cette dernière entité renvoie à l’efficacité énergétique, mais aussi à la bio-construction. En clair, les maisons qui sont produites ont tendance à snober les isolants et plaques de plâtres, au profit des isolants naturels. Bref, en 2010, le développement de l’entreprise repose sur un trépied dont la construction modulaire ne fait pas encore partie.

 

Développer un centre de compétence pour la construction modulaire

 

Dix ans plus tard, Brueggemann fait figure d’acteur reconnu dans le domaine de la construction modulaire en bois clés en main, souligne le groupe Saint-Gobain. La présentation de l’entreprise allemande sur son site internet met en avant des halls remplis de modules ainsi qu’un mode de fabrication qui n’a rien de particulièrement nouveau.

 

On est loin des solutions productiques développées il y a plus de 10 ans par Beneteau, sans pour autant assurer la pérennité de l’entreprise dédiée. Ce iatus entre une demande forte qui se traduit par des halls remplis de modules, et un mode de production encore traditionnel, explique un peu ce que Tobias Brueggemann veut développer avec l’aide de Saint-Gobain.

 

Il est question de créer un Kompetenz-Zentrum, un centre de compétence, avec un mode de production plus adapté à la construction modulaire. Il faut savoir que dans le même temps, le leader allemand de ce marché, WeberHaus, vient d’investir le premier dans une ligne de production robotique présentée à la Ligna par Weinmann en 2019.

 

Chez WeberHaus, progressivement, les robots vont se charger de tout faire, en commençant par l’approvisionnement et le montage des éléments 2D avec bois et panneaux. Et pourquoi pas en 3D chez Brueggemann, à l’avenir ? 

 

Trois entités pour Brueggemann

 

L’avenir dira si le centre de compétence envisagé par Tobias Brueggemann sera de cette nature ou plutôt davantage orienté vers le développement de la compétence des employés, voire des deux. En principe, dans un premier temps, cette aventure n’affectera pas le marché français.

 

Les trois entités de Brueggemann subsistent et seule Brueggemann Holzbau GmbH&Co. KG est muée en Saint-Gobain Brüggemann Holzbau GmbH, effectivement dédié à la construction modulaire, mais pour l’instant pas de façon exclusive.

 

Le chiffre d’affaire de 40 millions se répartit sur les trois entités, même si celle estampillée Saint-Gobain est sans aucun doute la plus forte. Tobias Brueggemann reste aux commandes, mais la nouvelle entité est dirigée par Petra Röder.

 

Une place à part dans l'organigramme de Saint-Gobain

 

La nouvelle structure occupe une place à part dans l’organigramme de Saint-Gobain en Allemagne. Son rayon d’action concernera essentiellement le Nord de l’Allemagne, même s’il arrive que l’entreprise, réalise des opérations aux Pays-Bas et même en Suisse.

 

Pour ce qui concerne les Pays-Bas, les gros charpentiers allemands comme Brueggemann sont bien placés et soutiennent le développement de la construction bois chez un voisin où elle n’occupe pour l’instant qu’une part de marché de 1%.

 

Le développement de la construction modulaire ne devrait pas interrompre la croissance des autres entités spécialisées. Ainsi, pour l’entité dédiée aux maisons écologiques notamment, Saint-Gobain estime vouloir apprendre de la nouvelle entreprise et pas d’en faire un consommateur forcé de produits du groupe français.

 

*annoncée officiellement par le groupe saint-Gobain en mars 2021 en France


Source : batirama.com/ Jonas Tophoven

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (653 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Écrans souples de sous-toiture

Garde-corps de bâtiments