Apprentissage, primes défiscalisées : de nouvelles annonces

Apprentissage, primes défiscalisées : de nouvelles annonces

Les aides pour le recrutement d’alternants seront maintenues jusqu’à la fin de l’année et les primes défiscalisées pour les bas salaires font leur retour en 2021.





Les primes à l’apprentissage seront donc mobilisables jusqu’au 31 décembre 2021, l’année 2020 ayant été une année record pour l’apprentissage, grâce à ces aides avec plus de 500 000 contrats signés, selon le gouvernement.

 

Un décret du 26 février 2021 a instauré une aide exceptionnelle à titre temporaire pour les employeurs d'apprentis ou de salariés en contrats de d’apprentissage et professionnalisation (de moins de 30 ans) au titre des contrats conclus entre le 1er et le 31 mars 2021.

 

Le montant de l'aide exceptionnelle est de : 

 

  • 5.000 € maximum pour un apprenti ou un salarié (en contrat de professionnalisation) de moins de 18 ans ;

 

  • 8.000 € maximum pour un apprenti ou salarié d'au moins 18 ans (ce montant s'applique à compter du 1er jour du mois suivant le jour où l’apprenti ou le salarié atteint 18 ans).

 

Les conditions relatives aux diplômes varient selon la taille de l'entreprise : entreprises de moins de 250 salariés ou de plus de 250 salariés (voir https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23556)

 

A partir du mois d’avril, une aide unique (4215 euros pour la 1ere année et 2000 euros pour la 2e année d’exécution du contrat, 1200 euros pour la 3e année voire la 4e année d’exécution du contrat) sera versée aux employeurs. Cette aide unique devra être demandée à partir du 1er avril 2021. L’employeur doit envoyer le contrat d’apprentissage à son opérateur de compétence (OPCO).
 

Retour des primes défiscalisées

 

Par ailleurs, le premier annoncé le retour des primes défiscalisées et exonérées de cotisations sociales, souvent surnommées « Prime Macron », d’un montant maximum de 1000 euros pour les salariés.

 

A l’issue de sa conférence de dialogue social, Jean Castex a annoncé le retour des primes défiscalisées pour les bas salaires, dont les travailleurs de la 2e ligne devront être les bénéficiaires privilégiés.

 

Qui sont ces travailleurs de la 2e ligne ? Il s’agit des salariés qui ont poursuivi leur activité notamment pendant les périodes de confinement dont les agents d’entretien, les salariés de la distribution alimentaire…  mais aussi les salariés du BTP. « C’est la juste reconnaissance de l’engagement de ces travailleurs pour assurer la continuité économique du pays » a indiqué Jean Castex

 

Primes défiscalisées : un enjeu d'attractivité des métiers

 

Ainsi, la prime pourrait atteindre 2000 euros pour les entreprises ayant conclu un accord d’intéressement d’ici à la fin de l’année ou ayant ouvert une négociation sur la valorisation de ces métiers de 2e ligne.

 

Elisabeth Borne a indiqué qu’elle lancerait une concertation avec les partenaires sociaux à ce sujet. Souhait du gouvernement : inciter les branches à s’engager dans cette démarche, notamment celles qui ne se sont pas déjà emparées du sujet l’année dernière car il s’agit d’un enjeu d’attractivité de ces métiers.

 

Enfin, la prime à l’embauche des jeunes (recentrée dès avril sur les salaires inférieurs à 1,6 smic) prendra fin le 31 mai.

 


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits



Dernière revue

BTR N° 498 - Aout / Septembre 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (892 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1