Roland Le Roux, Président de BTP Consultants, parie sur le diagnostic immobilier

Roland Le Roux, Président de BTP Consultants, parie sur le diagnostic immobilier

Né en 1996, le Groupe BTP Consultants s’appuie sur une nouvelle gouvernance à compter du 1er mars 2021. Roland Le Roux, nouveau président, nourrit une forte ambition sur le diagnostic immobilier.





Bâtirama :

Comment le Groupe s'est diversifié ?

 

Roland Le Roux  : « BTP Consultants a été créé il y a 25 ans, en 1996 par Patrick Vrignon qui a été rejoint quatre ans plus tard par Rony Chebib au poste de Directeur Général. Dès le départ la philosophie de la société était assez singulière avec un accent mis sur le service et la réactivité car l'expertise technique est importante mais ne suffit pas. L'innovation est un autre élément clef de la réussite du groupe BTP Consultants qui a certifié parmi les premiers bâtiments HQE aux débuts des années 2000 et qui dès 2010 a pris le virage du BIM.

 

À l'origine basée uniquement en Ile-de-France, la société a essaimé à partir de 2006 en régions et s'est construit progressivement un maillage national de 25 implantations. Ces dernières années notre développement a été conforté par plusieurs acquisitions dont la dernière en 2017 est celle de MBAcity, un spécialiste du BIM. Deux points importants à noter sont la très grande satisfaction des clients mesurée au travers du NPS (Net Promoter Score) ainsi que celle des collaborateurs, ce qui nous aide à proposer des services de qualité à nos clients ».

 

 

Roland Le Roux devient le nouveau Président de BTP Consultants et succède au fondateur Patrick Vrignon.

 

Quelles sont vos ambitions ?

 

Roland Le Roux : « Actuellement nos métiers sont à 50% en contrôle technique mais aussi en CSPS et nous avons une forte ambition sur le diagnostic immobilier ainsi qu’en assistance à maîtrise d'ouvrage sur les sujets tels que l’économie circulaire et le BIM. De 60 Millions de chiffre d’affaires, nous voulons passer à 100 millions de chiffre d’affaires en 2025, ce qui demande une croissance annuelle de +11%.

 

Cette croissance va être essentiellement organique notamment en doublant le chiffre d’affaires en région et notamment en diagnostic. De plus nous voulons demeurer des précurseurs sur des sujets comme le hors site, le BIM et la digitalisation, l'efficacité énergétique et l'impact carbone. La croissance externe sera alimentée par l'acquisition de métiers externes connexes différents de nos métiers historiques tout en ayant les mêmes clients que nous, comme l'inspection des ouvrages d'art, les mesures et captations ou l'analyse de la performance énergétique ».

 

Des clefs pour la transition numérique ?

 

Roland Le Roux  : « Le spectre des outils digitaux dont le BIM est assez large. Chez nous leur usage est essentiel pour des métiers réglementaires comme le CSPS ou le diagnostic. L'idée est d'automatiser grâce au digital les tâches à faible valeur ajoutée afin de gagner du temps pour se concentrer sur des sujets à valeur ajoutée comme la sinistralité de la structure ou la sécurité incendie.

 

Pour sa part le BIM a une carte importante à jouer en exploitation et en maintenance où il est insuffisamment utilisé. Mais entendons-nous, davantage qu'une géométrie détaillée, ce sont les méta-données qui présentent de la valeur comme la surface utile des locaux, la date de la dernière rénovation ou du dernier changement de filtre de CTA ».

 

Comment êtes-vous organisés pour l'innovation ?

 

Roland Le Roux : « Dans le cas par exemple du hors site et du bois, nous avons nommé un directeur technique spécialisé sur le sujet Ronan Beziers La Fosse et un directeur dédié à ce métier qui possède la connaissance terrain et qui peut partager les retours d'expérience. De plus, nous formons des référents techniques sur l'ensemble des agences. Être multi-régional permet d'acquérir une connaissance des pratiques locales et de pouvoir croiser les retours d'expérience au niveau national.

 

La transition vers le bois et le biosourcé prend du temps mais plusieurs signaux sont favorables. Il existe une prise de conscience collective de l'enjeu carbone et les pouvoirs publics s'en saisissent avec la RE 2020 et la décision que d'ici 2022 la moitié des appels d'offre publiques devront se faire en bois. Mais il existe aussi des freins et la filière bois doit d'organiser.

 

Le sujet des déchets du Bâtiment vous intéresse-t-il ?

 

Roland Le Roux : « Le sujet des déchets et ressources est très important. Le secteur du bâtiment est le premier producteur de déchets, certes dont un grand nombre sont inertes mais avec des problématiques de gestion du sol, d’épuisement des ressources et de réemploi des matériaux. L'impact est de plus en plus fort, technique mais aussi juridico-assurantielle. Que faire lors d'un sinistre en cas de réemploi, quel transfert de propriété ? Sur ce thème prioritaire, nous avons déjà nommé un directeur technique et un directeur opérationnel et nous allons former les référents en région ».

 

*BTP Consultants avec Citae (créée en 1998) et MBAcity (rachetée en 2017) sont regroupées au sein du Groupe BTP Consultants. Le Groupe emploie plus de 500 collaborateurs à travers un réseau de 25 agences en France pour près de 60 millions d’euros de chiffre d’affaires. Pour accélérer son développement, le Groupe s’appuie sur de nouveaux actionnaires et une nouvelle gouvernance à compter du 1er mars 2021. Roland Le Roux devient le nouveau Président et succède au fondateur Patrick Vrignon.

 


Source : batirama.com/ François Ploye

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 495 - Février / Mars 2021

     

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (612 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans