Le BTP s'engage à maintenir ses emplois en échange de son plan de relance

Le BTP s'engage à maintenir ses emplois en échange de son plan de relance

Le secteur du BTP, qui bénéficie de plusieurs milliards d'euros avec le plan de relance, s'est engagé à maintenir son niveau actuel d'emplois et d'apprentis, avec certaines questions en suspens.





"Les fédérations professionnelles du secteur du bâtiment et des travaux publics ont pris des engagements forts pour l'emploi et la formation professionnelle", a annoncé le gouvernement dans un communiqué.

 

Le secteur va bénéficier, selon le chiffrage du gouvernement, d'une dizaine de milliards d'euros au sein du plan de relance annoncé à la rentrée dernière pour faire repartir durablement l'économie après la crise sanitaire. Il s'agit largement de mesures destinées à soutenir la rénovation des bâtiments pour réduire leur consommation d'énergie.

 

10 000 emplois perdus en intérim selon la Fédération française du Bâtiment

 

Le bâtiment a, par ailleurs, plutôt bien résisté au début de la crise. L'an dernier, il n'a perdu que 10.000 emplois, essentiellement parce que les entreprises ont moins recouru à l'intérim, selon sa principale organisation, la Fédération française du bâtiment (FFB).

 

Dans ce contexte, le secteur s'engage à "consolider l'emploi existant en solde net et maintenir une dynamique de création d'emplois au cours des deux prochaines années", selon les termes du gouvernement. Le bâtiment promet aussi de former autant d'apprentis cette année qu'en 2020, soit déjà plus qu'en 2019.

 

50 000 empbauches promises dans le secteur des Travaux publics avant fin 2022

 

Néanmoins, seule la principale fédération des travaux publics, la FNTP, s'engage pour l'heure à un objectif chiffré en matière d'emplois, avec 50.000 embauches promises d'ici à 2022 dans ce seul secteur. "Du côté du bâtiment, les engagements ne sont pas encore matérialisés", a déclaré lors d'une conférence de presse Elisabeth Borne, ministre du Travail, renvoyant à de nouvelles négociations en mars.

 

Les annonces du gouvernement n'évoquent pas non plus la question des travailleurs détachés, c'est-à-dire des employés venus d'autres pays de l'Union européenne (UE) à titre provisoire dans le cadre de leur embauche.

 

Fin août, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait demandé aux entreprises du bâtiment d'embaucher le moins possible des travailleurs détachés pour faire "travailler les ouvriers français". Ce qui ne semble pas toujours facile pour les entreprises du BTP, confrontées dans certains métiers, à une pénurie de main d'oeuvre...



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Dernière revue

BTR N° 496 - Avril / Mai 2021

   

Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (719 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique

Procédés non traditionnels d’assainissement autonome -  norme 12 566-3 + A1