RE 2020 : la crainte du "retour du chauffage électrique obligatoire"

RE 2020 : la crainte du

Le patron du réseau de transport de gaz GRTGaz craint le retour en force du chauffage électrique dans les bâtiments neufs, alors que le gouvernement s'apprête à dévoiler ses arbitrages dans ce domaine.






Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz, a dit redouter "le retour du chauffage électrique obligatoire pour tous". Le gouvernement doit présenter les principales orientations de la nouvelle réglementation environnementale pour les bâtiments neufs, dite "RE2020".

 

Cette future réglementation, qui a pris du retard, oppose notamment les tenants du chauffage à gaz et électrique. "Les pompes à chaleur électriques sont des solutions intéressantes" mais, "derrière le cortège des pompes à chaleur, on trouve aussi des radiateurs électriques et, en fonction de la fixation d'un certain nombre de coefficients, on risque d'avoir le retour du radiateur électrique", a souligné M. Trouvé.

 

La crainte d'un système électrique toujours plus fragile

 

"La crainte, c'est que dans les prochains hivers on ait une pointe (de consommation) dont la taille aura augmenté et un système électrique toujours plus fragile du fait du développement des renouvelables, de la fermeture d'un certain nombre de tranches nucléaires, de leur vieillissement", a-t-il poursuivi.

 

"Il suffit qu'il y ait une crise d'une nature ou d'une autre et, tout d'un coup, le système électrique et donc le système énergétique devient très fragile", a-t-il insisté.

 

Il faisait ainsi allusion aux récentes mises en garde du gestionnaire du réseau électrique RTE: la France pourrait connaître des difficultés d'approvisionnement électrique en cas de vague de froid au mois de février, la crise sanitaire ayant perturbé la maintenance des réacteurs nucléaires.

 

La réponse des électriciens face "à la campagne d'intoxication" des gaziers

 

En réponse, EDF "regrette la campagne d'intoxication entretenue par certains acteurs du secteur pour éviter des décisions nécessaires pour l'atteinte des objectifs climatiques du pays tels qu'inscrits dans la stratégie nationale bas carbone", a réagi un porte-parole du producteur d'électricité.

 

"Une approche conservatrice du chauffage au gaz dans les bâtiments conduirait à maintenir dans le bâtiment des émissions de CO2 importantes et à mettre le pays en situation d'échec annoncé, au lendemain de l'alerte du Conseil d'Etat sur l'action climatique de l'Etat", a-t-il ajouté.

 

La justice française a donné trois mois à l'Etat pour justifier de ses actions en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.



Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (386 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique



Installation d'assainissement autonome - NF DTU 64.1