Baromètre : où les Franciliens font-ils construire leurs maisons ?

Baromètre : où les Franciliens font-ils construire leurs maisons ?

En 2019, plus de 8 500 franciliens ont fait construire une maison mais un francilien sur 3 choisit de faire construire sa maison en dehors de l’Île-de-France.






Quels sont les lieux de construction favoris des franciliens ? Domexpo, leader des villages de maisons d’exposition, a mené l’enquête, en partenariat avec Caron Marketing.

 

En 2019, 8557 ménages originaires d’Île-de-France ont obtenu une autorisation pour la construction d’une maison individuelle neuve. Parmi eux :

 

  • 6091 ont fait construire en Île-de-France, soit 71%
  • 2 466 l’ont fait dans une autre région française, soit 29%

 

Ces tendances restent stables par rapport au dernier Baromètre Domexpo dédié à cette thématique qui révélait également que 30% des ménages originaires de l’Île-de-France ont choisi de quitter leur région d’origine pour s’installer, principalement, dans l’ouest et le sud de la France.

 

Quelles sont donc les zones géographiques françaises choisies par les (futurs ex) franciliens qui décident de faire construire ?

 

La façade Atlantique ou la Méditerrannée plébiscitées

 

La Baromètre révèle ainsi que, parmi les 2 466 ménages qui font construire en dehors de l’Île-de-France:

 

  • 30% d’entre eux choisissent la façade Atlantique (v/s 37% en 2018) ;
  • 29% optent pour un département limitrophe à l’Île-de-France (v/s 30% en 2018);
  • 14% souhaitent s’installer sur la façade Méditerranéenne ou en Corse (v/s 10% en 2018).
  • Les autres (27%) sont dispersés sur le reste de la France.

 

« Comme pour les éditions précédentes, on constate qu’un francilien sur 3 choisit de faire construire sa maison en dehors de l’Île-de-France, principalement sur la façade Atlantique, ou la bordure Méditerranéenne, indique Daniel Lair-Lachapelle, président de Domexpo.

 

Recherche d'un foncier plus abordable pour les franciliens

 

Pour ceux qui choisissent de faire construire aux alentours de l’Île-de-France, il s’agit principalement de primo-accédants qui souhaitent bénéficier d’un coût du foncier plus abordable, tout en restant à proximité de leur région d’origine... Rappelons que cette configuration francilienne est assez atypique, car dans toutes les autres régions françaises, les ménages ne s’éloignent que très rarement de leur lieu de domiciliation initial.

 

Toutefois, ces tendances devraient très prochainement évoluer : avant le confinement lié à la crise sanitaire, les particuliers ne souhaitaient pas trop s’éloigner de Paris, et donc de l’Île-de-France, afin d’éviter des temps de trajets trop longs pour aller sur leur lieu de travail.

 

"Mais, aujourd’hui, ils ont changé d’état d’esprit et n’ont plus peur de passer du temps dans les transports en commun ou en voiture. De plus, la généralisation du télétravail favorise cet éloignement. L’Eure (27) et l’Oise (60) deviennent par exemple des départements de plus en plus recherchés", conclut Daniel Lair-Lachapelle.

 


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (212 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


La fabrication du bâtiment 1