Jean-Marc Bichot, un menuisier distingué par l’Académie d’Architecture

Jean-Marc Bichot, un menuisier distingué par l’Académie d’Architecture

Jean-Marc Bichot, 41 ans, responsable d’exploitation de Bichot Menuiserie, a été distingué par l’Académie d’Architecture. Un prix qui récompense un parcours et la restauration d’un château d’exception.






Jean-Marc Bichot, (en photo), menuisier depuis l’âge de 16 ans, et responsable d’exploitation de Bichot Menuiserie (en Mayenne) n’avait pas envisagé dans son parcours de recevoir une médaille remise par la prestigieuse Académie d’Architecture. Il a reçu cette distinction à Paris le 29 septembre dans le cadre du Prix du Bâtiment et des métiers d’Art, au titre des entrepreneurs et dirigeants d’entreprise (1).

 

« C’est après la restauration du château de Grosbois, (Boissy Saint-Léger), que l’architecte en chef des monuments historiques, en charge des travaux m’a fait part de sa volonté de soumettre ma candidature au jury de l’Académie d’Architecture » explique Jean-Marc Bichot.

 

Or, l’architecte en question n’est autre que Christiane Schmuckle-Mollard, présidente cette année du jury de la prestigieuse institution. « Elle a apprécié la qualité du travail fourni lors de la restauration du château et a voulu m’accorder ce prix » explique Jean-Marc Bichot qui ajoute avoir été surpris du « caractère personnel » de la distinction.

 

 

 

Le travail de restauration des menuiseries du château de Grosbois à Boissy-Saint-Léger a été apprécié par l’architecte en chef des Monuments historiques, Christiane Schmuckle-Mollard, présidente du jury de l’Académie d’Architecture.

 

Deux vestiges de fenêtres du 18e siècle à restaurer

 

En effet, selon Jean-Marc Bichot, c’est avant tout un travail d’équipe, soit au total 5 personnes, dont 3 en atelier 2 à la pose, qui a permis cette belle réalisation. « J’ai géré le lien chantier-atelier dans cette opération de restauration » détaille M. Bichot. « Dans mon métier, 70 % du temps vendu se déroule en atelier et les 30 % restants, sur le chantier »

 

Lors de la restauration du château, bâti en brique et pierre, et notamment de son pavillon Sud-Ouest, l’équipe a restitué une vingtaine de fenêtres bois. Elles ont été soit restaurées soit restituées à l’identique : porte-croisée, fenêtres et volets intérieurs. « Nous avons trouvé deux vestiges de fenêtres du 18e siècle que nous avons totalement restaurées en effectuant des greffes de bois. Notre démarche a été appréciée de l’architecte en charge des travaux » souligne le dirigeant.

 

L’entreprise gère une équipe plutôt « jeune » de 18 personnes aujourd’hui (dont 3 apprentis) et réalise un chiffre d'affaires de 1,8 million d’euros. Jean-Marc Bichot, menuisier de père en fils, a rejoint son père en 2006, après une formation en alternance chez les Compagnons du Devoir démarrée en 1996.

 

 

L'entreprise qui compte 18 salariés répond aux appels d’offres des marchés privé et publics, et travaille avec des architectes DPLG, des architectes du Patrimoine ou encore des architectes en chef des monuments historiques. Elle travaille également avec des particuliers.

 

Une entreprise de père en fils et une nouvelle orientation stratégique en 2017

 

Après avoir repris la direction de l’entreprise, il fait construire un nouveau site de production en 2010 de 1500 m2 à Château-Gontier. Son ambition : donner un nouvel élan à l’entreprise avec des chantiers de plus grande envergure et haut de gamme en Pays de Loire et en région parisienne.

 

L’entreprise prendra une nouvelle orientation stratégique en 2017. Des difficultés de recrutement en 2016 et une baisse de chiffre d’affaires (« nous avons vécu la crise de 2008 en 2016 », confie Jean Marc Bichot) favoriseront un rapprochement « naturel et complémentaire » avec Cruard Charpente.

 

Cette société, basée à 10 km de Bichot Menuiserie, est spécialisée dans la construction neuve en ossature bois avec une activité charpente en Monuments Historiques. « Nos pères respectifs se connaissaient bien et s’appréciaient » précise Jean-Marc Bichot.

 

Cruard Charpente, via sa holding -le groupe Lefèvre Développement (2)-, rachète ainsi la société de menuiserie, ce qui permet aux entreprises de jumeler leurs compétences et de répondre de manière complémentaire aux appels d’offres publics.

 

 

Détail des menuiseries restaurées et refaites à l’identique par l’équipe de Bichot Menuiserie : porte-croisée, fenêtres et volets intérieurs.

 

 Un carnet de commandes avec 7 mois de visibilité

 

En dépit de la crise sanitaire et économique, les indicateurs sont plutôt au vert pour Bichot menuiserie. Après un très bon début d’année, l’entreprise bénéficie à ce jour de 7 mois de visibilité en termes de carnet de commandes. Elle travaille dans un rayon de 350 km autour de l’atelier, intégrant la pointe bretonne, la basse Normandie et la région parisienne.

 

« C’est un petit monde où tout le monde se connaît dans le secteur de la menuiserie Monuments Historiques mais mes concurrents sont plutôt de grosses structures" ajoute  Jean-Marc Bichot. Un dirigeant récompensé par l’Académie d’Architecture et dont l’entreprise détient le prestigieux label entreprise du Patrimoine vivant ainsi que la qualification Qualibat la plus haute en restauration des menuiseries des monuments historiques…

 

De quoi voir l’avenir très sereinement pour l’entreprise qui espère mettre à profit son savoir-faire dans la restauration de nombreux ouvrages « uniques et magiques… »

 

   

Restauration de menuiseries : un métier de passionné

 

Jean-Marc Bichot avoue exercer un métier de passion où se mêlent histoire et architecture. « Je découvre des bâtiments chargés d’histoire et c’est souvent magique, voire insolite » déclare-t-il. Ainsi, le menuisier a fait une découverte étonnante, lors d’une récente visite à la suite d’un appel d’offre pour la restauration d’un manoir dans le Perche : « Le moyen de fermeture des menuiseries de ce manoir sont des clenches en bois. Elles ont été reproduites d’un modèle plus ancien".

 

"Si ce chantier nous est attribué, il faudra reproduire cette fermeture, pour perpétuer l’histoire de la rénovation du bâtiment et en garder une trace, » analyse-t-il. Intérêt de son métier : la diversité des chantiers et des restaurations effectuées. « On ne fait jamais la même chose ; On peut travailler en toute petite série, à l’unité, ou en moyenne série s’il y a du volume. Mais aucun chantier ne va se rassembler car nous ne connaissons pas le standard en rénovation de menuiserie ». En savoir plus : https://bichot-menuisier.com/

 

1/L’académie a distingué cette année au total 47 lauréats représentatifs du monde de l’architecture, des métiers d’art et du bâtiment : 17 prix d’architecture et 19 prix du Bâtiment et des métiers d’art (avec plusieurs catégories : entrepreneurs et dirigeants, cadres supérieurs, ouvriers et métiers d’art).

 

2/Le groupe Lefèvre Développement dirigé par Aurélien et Florian Lefèvre, compte 185 personnes et gère 4 entités : Cruard Charpente, Godard Charpente, filiale à Nantes, Fast Métal, une entreprise de métallerie et Bichot Menuiserie.

 


Source : batirama.com/ Fabienne Leroy

 

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits







Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (97 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans
 

Boutique


La pathologie des façades