NF DTU 45.10 – Isolation des combles par panneaux ou rouleaux en laines minérales manufacturées

NF DTU 45.10 – Isolation des combles par panneaux ou rouleaux en laines minérales manufacturées

La mise en œuvre des laines minérales manufacturées a enfin ses règles de l’art. Une aubaine à l’heure de la recherche de caractéristiques thermiques de plus en plus performantes.

 






photo : www.build-green.fr/la-laine-de-verre-si-revolutionnaire

 

Le NF DTU 45.10 « Travaux de bâtiment – Isolation des combles par panneaux ou rouleaux en laines minérales manufacturées » donne les prescriptions techniques pour la réalisation des travaux d’isolation par l’intérieur des combles à l’aide d’isolants en laines minérales de roche ou de verre, manufacturées, sous forme de panneaux ou rouleaux.

 

Domaine d'application du NF DTU 45.10

 

Le NF DTU 45.10 vise l’isolation des :

  • rampants ;
  • combles aménagés ;
  • planchers des combles perdus ;

mis en œuvre dans des locaux résidentiels ou non.

 

Il s’applique :

  • aux locaux :
    • à faible et moyenne hygrométrie ;
    • ponctuellement et temporairement rafraîchis en période chaude par un système d’appoint associé à une ventilation mécanique, lorsque la température de consigne est telle que l’écart de température entre l’intérieur et l’extérieur est inférieur à 5 °C ;

 

  • à l’isolation des combles associés :
    • à des charpentes traditionnelles en bois ou à des fermettes industrialisées ;
    • aux couvertures conformes aux NF DTU 40.11, NF DTU 40.13, NF DTU 40.14, NF DTU 40.21, NF DTU 40.211, NF DTU 40.22, NF DTU 40.23, NF DTU 40.24, NF DTU 40.241, NF DTU 40.25, NF DTU 40.37, NF DTU 40.41, NF DTU 40.44, NF DTU 40.45 et NF DTU 40.46, lorsque la ventilation des sous-faces de couvertures est conforme aux prescriptions de ces textes ;
    • aux parements intérieurs courants à base de plaques de plâtre cartonnées ;
    • aux plafonds suspendus en éléments de terre cuite ou modulaires ;
    • aux menuiseries en bois qui traitent des lambris.

 

Le NF DTU 45.10 est applicable pour des travaux neufs ou de rénovation à réaliser dans toutes les zones climatiques et naturelles françaises métropolitaines, à l’exception du climat de montagne.

 

Il ne traite pas :

  • des locaux climatisés ;
  • de l’isolation réalisée à partir d’isolants en vrac ;
  • du calorifugeage des gaines et des conduits.

 

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle de juillet 2020.

 

Les exigences que doivent respecter les matériaux et les matériels nécessaires à la réalisation des travaux d’isolation des combles par panneaux ou rouleaux en laines minérales manufacturées (isolants, pare-vapeur, adhésif, etc.), sont données dans la partie 1-2 du NF DTU 45.10.

                                                                                      

Mise en œuvre : les conditions indispensables à respecter

 

L’isolation des combles ne peut être envisagée que si les conditions ci-dessous sont satisfaites :

  • les combles sont accessibles ;
  • la vérification générale du bâtiment est faite (traversée, fissurations, mise hors d’eau effective, bois de charpente sec et sain, etc.) ;
  • les données suivantes ont bien été transmises à l’entreprise de travaux :
    • la zone climatique de localisation du chantier ;
    • le type de paroi à isoler (rampant, plancher, etc.) ;
    • les caractéristiques d’hygrométrie, de ventilation et de chauffage des locaux se situant sous la paroi à isoler ;
    • l’emplacement des divers réseaux situés dans la zone à isoler ;
    • la nature des supports pour la nouvelle isolation ainsi que l’éventuelle présence de spots d’éclairage ;
    • l’éventuelle présence d’une trappe d’accès et d’une rehausse de l’épaisseur de l’isolation autour de celle-ci.

 

En travaux neufs, les informations suivantes doivent également être connues :

  • les divers éléments de conception de la couverture ;
  • le type de ventilation du volume du comble perdu (dans le cas de la réalisation d’une isolation sur plancher de comble perdu) ;
  • l’éventuelle présence d’un écran HPV (en cas d’isolation en rampant) ;
  • le dimensionnement du plafond s’il s’agit d’un plafond suspendu en plaques de plâtre ;
  • la localisation des conduits de fumée et la distance de sécurité à respecter ;
  • les modalités d’accès au comble ;
  • l’éventuelle présence d’un chevêtre support de la trappe d’accès au comble.

 

Les points à vérifier avant les travaux de rénovation

 

Pour les travaux de rénovation, en complément des conditions générales, de nombreux points sont à considérer comme la vérification :

  • de la présence de conduit de fumées dans la zone à isoler et, le cas échéant, la prise en compte des prescriptions du NF DTU 24.1 à considérer ;
  • de la masse répartie rapportée par l’isolant prévu ;
  • de la déviation des réseaux afin qu’ils soient situés côté intérieur une fois l’isolation mise en œuvre.

 

Les produits isolants et les accessoires doivent être stockés à l’abri des intempéries, des dégradations et déchirures d’emballages éventuelles.

 

Avant mise en œuvre de l’isolation, une reconnaissance des divers réseaux présents doit être réalisée.

 

Dans certaines situations au regard de la diffusion de la vapeur d’eau dans les parois, il pourra être nécessaire de prévoir un pare-vapeur pour éviter tout risque de condensation. Par défaut, il pourra s’agir d’une membrane souple dont la valeur sd doit être supérieure ou égale à 18 m ou 57 m selon les cas. Toutefois, d’autres configurations peuvent être envisagées.

 

Mise en œuvre de l'isolant dans les combles

 

D’une manière générale, les lés d’isolant sont mis en œuvre bord à bord, sans espace, pour conserver l’homogénéité thermique de la paroi, ni compression sur l’épaisseur exception faite d’une compression partielle et ponctuelle jusqu’à 10 % au niveau des ossatures, des fixations ou des passages de gaines et câbles.

 

Dans le cas de bâtiments existants, l’ancien isolant peut être conservé seulement s’il recouvre l’ensemble de la paroi. En complément :

 

  • pour les combles perdus, le pare-vapeur n’est pas nécessaire si le comble est ventilé conformément aux prescriptions des NF DTU correspondants ;
  • en cas d’isolant avec surfaçage, hors toile de verre, déjà en place sur une paroi en rampant de couverture de combles, il devra être lacéré de 2 entailles significatives par m2.

 

Pour les planchers de combles perdus, la mise en œuvre va dépendre du support d’isolation, comme par exemple :

 

  • plancher béton ou maçonné : déroulé ou pose de l’isolant directement sur le plancher, sans lame d’air ni fixation. Les lés sont posés à bords jointifs, en une ou deux couches, jusqu’à la panne sablière et remontés sur celle-ci ;
  • plancher bois : déroulé ou pose de l’isolant directement sur le plancher, sans lame d’air ni fixation. Les lés sont posés à bords jointifs, en une ou deux couches, jusqu’à la panne sablière sans obturer la ventilation de la sous-face de couverture en rive de toiture ;
  • plafonds suspendus : déroulé ou pose de l’isolant directement sur le plafond, sans lame d’air ni fixation. Les lés sont posés à bords jointifs, en une ou deux couches, jusqu’à la panne sablière et remontés sur celle-ci. L’isolation peut être réalisée en-dessous, entre, ou au-dessus des solives. Pour les deux derniers cas, et si l’isolant est posé en deux couches, la première couche est de même hauteur que la solive avec un déroulement dans le sens des solives. La deuxième couche est réalisée dans le sens perpendiculaire aux solives.

 

Combles aménagés : la ventilation de la couverture indispensable

 

Dans le cas de l’isolation en rampant de combles aménagés, la ventilation de la couverture est indispensable. L’épaisseur de la lame d’air continue le long du versant de la toiture, les dispositifs ainsi que les sections de ventilation sont prescrits dans les NF DTU des séries 40.1 et 40.2. La ventilation de la sous-face de l’écran peut être envisagée à l’aide :

 

  • d’une lame d’air minimale de 2 cm d’épaisseur en sous-face de l’écran associée à des dispositifs à l’égout et au faîtage ;
  • d’une lame d’air de 2, 4 ou 6 cm minimum respectivement dans le cas d’écran HPV, de longueurs de rampants inférieures ou égales à 12 m ou supérieures à 12 m ;
  • du raccordement d’un écran HPV au niveau de la ligne de faîtage ou d’arêtier.

 

L’article 6 de la partie 1-1 du NF DTU 45.10 est consacré au traitement des points singuliers et notamment les raccords d’angles, les planchers de faux-combles, les dispositifs d’éclairage encastrés, etc.

 

N.B. : Cette fiche rapporte l’essentiel du NF DTU 45.10. Elle ne se substitue en aucun cas à ce document normatif. Pour tout complément souhaité sur ce type de mise en œuvre, consultez le NF DTU disponible auprès de l’AFNOR ou du CSTB.

 

Photo ©Isover Saint-Gobain


Source : batirama.com

Articles qui devraient vous intéresser

2 Commentaires


- -
  • par Lecteur-258
  • 0
  • 0

Bien vu et merci pour votre commentaire, nous corrigeons derechef. Cordialement. La rédaction


- -
  • par Régis
  • 0
  • 0

Bonjour, Le DTU 45.10 Isolation des combles par panneaux ou rouleaux en laines minérales manufacturées concerne l'Isolation des combles par panneaux ou rouleaux en laines minérales manufacturées... AVEC des PANNEAUX ou des ROULEAUX ! revoir l'illustration ;-)

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.
 
ARTIDEVIS Autopub

Produits





Articles

Votre avis compte

La situation sanitaire mérite-t-elle des mesures radicales pour freiner le virus ? (97 votants)
Certainement, pour sauver de nombreuses vies
Non, cela risque de tuer l'économie et les artisans